À quoi servent les champs relatifs aux réseaux sociaux de la demande ESTA ?

reseaux sociaux et demande esta

Réseaux sociaux sur la demande ESTA

La demande ESTA est un processus essentiel pour être autorisé à se rendre aux États-Unis sans Visa. Il faudra procéder au remplissage d’un formulaire, dans lequel figurent plusieurs champs relatifs aux comptes du demandeur sur les réseaux sociaux. Cela constitue un sujet d’inquiétude pour de nombreux particuliers désireux d’effectuer un séjour au pays de l’oncle Sam. Pour apaiser toutes vos craintes, découvrez les principales raisons qui poussent l’ambassade américaine au traitement de vos données sur les réseaux sociaux.

Pourquoi interroge-t-on le demandeur sur ses comptes de réseaux sociaux ?

Différents aspects sont pris en compte durant l’analyse des comptes sur les réseaux sociaux, pour chaque demande ESTA effectuée par les voyageurs. Toutefois, cela se fait dans le respect des obligations légales et de la loi relative à la protection des données.

La détection de menaces potentielles à la sécurité des États-Unis

Avant d’accorder un Visa pour les États-Unis, le CBP doit vérifier si le demandeur n’a envoyé aucun message via les réseaux, visant à encourager des activités illicites. Parmi celles-ci figurent le soutien et l’appartenance à un groupe terroriste. De même, envoyer des messages à des fins de prospection pour encourager certaines croyances ou causes pourrait alerter le CBP sur les véritables intentions du demandeur.

La confirmation de l’identité du demandeur

La deuxième mission du CBP est de confirmer si le demandeur est bel et bien celui qu’il prétend être à travers la collecte des données à caractère personnel. La protection des données personnelles est en effet un aspect très important aux yeux des USA. En d’autres mots, l’ambassade américaine se charge de scruter votre compte à la recherche d’informations contraires à celles inscrites dans le formulaire.

Il faudra notamment vérifier l’identité, la nationalité et l’emploi exercé par le demandeur puis transmettre ces données pour études. Les traitements de données personnelles peuvent être décisifs pour la requête du demandeur. Il est donc important de fournir des informations qui concordent avec celles présentes sur les réseaux sociaux, lors du remplissage du formulaire ESTA.

Le prélèvement de données utiles en cas d’examen manuel

Au cas où le demandeur doit subir un examen manuel, certaines informations présentes sur ses comptes de réseaux sociaux sont prélevées suivant des mesures techniques. Le lieu de résidence et les lieux dans lesquels il s’est rendu durant les dernières années sont scrupuleusement étudiés par le CBP.

Tout réseau social possède des données sur le voyageur qui peuvent être prises en compte pour des mesures de sécurité. Il y a par exemple les noms et prénoms des membres de sa famille ou encore des informations sur son emploi.

L’établissement du profil psychologique du demandeur

Consulter ces données sur les comptes de réseaux sociaux des demandeurs d’ESTA permet au CBP d’établir leur profil psychologique tout en garantissant la loi informatique. Parmi celles-ci se trouvent la nationalité, les convictions religieuses et les antécédents criminels du demandeur.

À cela s’ajoutent les liens et les diverses interactions du voyageur sur les réseaux sociaux. Si celles-ci indiquent des penchants ou des comportements suspects, la demande de Visa sera refusée après exercice de l’autorité de contrôle.

Quelles sont les données auxquelles le CBP aura accès ?

Dans le formulaire de demande ESTA, il est demandé au voyageur d’indiquer le prestataire ou la plateforme d’échanges sur laquelle il a ouvert son compte. À cela s’ajoutent les identifiants qui lui permettent d’accéder à sa page sur le réseau social. Bien que cela semble facultatif, les informations qui s’y trouvent sont capitales pour l’ambassade américaine et ses prestataires de service.

Les informations personnelles auxquelles le CBP aura accès durant la vérification de votre compte dépendent avant tout de vos paramètres de confidentialité. En effet, il est nécessaire que les paramètres adoptés sur vos comptes permettent une consultation publique et le transfert de données. Cela signifie que les utilisateurs qui ne figurent pas dans votre liste d’amis ou d’abonnés peuvent consulter la page contenant des données personnelles.

Dans le cas où ces paramètres empêchent toute consultation publique, le CBP se réserve le droit de contacter les administrateurs du réseau social pour accéder à certaines données. En réalité, les personnes chargées de la gestion de la plateforme devront communiquer au CBP, toute information utile à son enquête.

Parmi les réseaux sociaux qui sont en étroite collaboration et effectuent l’échange de données personnelles avec le CBP figurent Instagram, Facebook, YouTube et Twitter. De même, LinkedIn et Flickr sont des plateformes auxquelles les autorités américaines ont accès, pour se renseigner sur le voyageur et consulter ses données.

Par contre, Snapchat ne permet pas au CBP d’obtenir ni de traiter ces informations confidentielles sur les utilisateurs. La plateforme accentue le niveau de protection pour une meilleure sécurité des données utilisateurs en respect de la loi informatique et libertés.

Quelles seront les influences des informations prélevées sur votre demande ?

De nombreux voyageurs se demandent en quoi les informations figurant sur les médias sociaux pourront influer sur le choix du CBP. Le traitement des données personnelles suffit-il pour autoriser ou non leur séjour aux USA ? En vérité, ces données sensibles relevées par les responsables de l’immigration américains les aident seulement pour l’évaluation du dossier des demandeurs.

L’objectif de la collecte des informations relatives aux comptes de réseaux sociaux est d’obtenir assez d’arguments pour leur décision. Ainsi, le CBP approuvera votre demande, lorsque plus aucun doute ne subsistera concernant vos intentions une fois sur le territoire américain.

Par exemple, la demande aboutira à un rejet si la collecte de ces informations sur le compte de réseau social donne des renseignements différents de ceux du formulaire. Toutefois, les traitements de données surviennent généralement lorsque les demandes sont examinées manuellement par le CBP.

Comment l’ESTA analyse-t-elle vos informations sur les réseaux sociaux ?

Le CBP suit une procédure préétablie pour analyser les données et demandes personnelles du voyageur sur les réseaux sociaux. Ainsi, pour les demandes d’autorisation ESTA il faudra traiter les données dans le respect de la vie privée et de la politique de confidentialité relative aux données utilisateurs. Celle-ci a été mise en place par les initiateurs de l’ESTA afin de protéger les droits des personnes.

En outre, le processus suivi par l’organisme responsable du traitement des données est détaillé dans la SORN (System of Records Notice) de l’ESTA. Il s’agit d’une rubrique figurant sur le site officiel de la DHS. Elle se trouve également dans la PIA (Privacy Impact Assessment) qui est en réalité une étude d’impact sur la protection de la vie privée.

Dans le cas où le demandeur exerce son droit d’opposition en n’acceptant pas les termes régissant la politique de protection utilisateur, il peut délibérément omettre les renseignements facultatifs de l’ESTA. Parmi ces renseignements se trouvent les données collectées sur les comptes de réseaux sociaux du demandeur.

Par contre, le voyageur devra nécessairement remplir les champs obligatoires du formulaire de l’ESTA. Sans transmettre ses données, il serait difficile, voire impossible pour une personne étrangère, de se rendre aux États-Unis. Dans le cadre de ce Programme d’exemption de visa, il faudra par exemple mettre les données concernant votre point de contact aux USA.

Bien sûr, le demandeur doit aussi fournir les coordonnées de personnes physiques à contacter en cas d’urgence. Il peut s’agir de citoyens des États-Unis ou une personne physique vivant à l’étranger.

Faut-il vous inquiéter à chaque remplissage du formulaire ESTA ?

Même si indiquer les données relatives aux comptes du voyageur sur les médias sociaux est facultatif sur le formulaire de l’ESTA, il faudra les renseigner. C’est en réalité ce qui est recommandé pour les personnes souhaitant se rendre aux États-Unis sans le Visa. Toutefois, ces catégories de données doivent être pertinentes si vous comptez les marquer dans les différents champs relatifs aux réseaux sociaux.

Fournir vos données de réseaux sociaux n’a que peu d’impact sur le choix du CBP d’autoriser ou non l’entrée des visiteurs sur le territoire américain. Néanmoins, elles lui seront très utiles pour éliminer durant un examen manuel, tous risques pour la sécurité intérieure du pays.

Aussi, il relève de la responsabilité du demandeur, de procéder à une lecture attentive du règlement général de l’ESTA avant toute exécution du contrat. Il serait judicieux pour les personnes concernées de le faire, avant qu’elles n’acceptent le transfert de données relatives à ses comptes sur les réseaux sociaux. Bien sûr, le CBP veillera à la protection des données à caractère personnel pendant et après la procédure.