Scintillante New York !

Ah Manhattan…le « borough » – ou quartier – tout scintillant, où foules, taxis, voitures de police, vélos et calèches se partagent les rues, comme dans ces films de western. Intense, hallucinante, excitante, exaltante : bienvenue à New York City, la ville de tous les fantasmes, de tous les clichés, de tous les rêves…

Manhattan est l’un des endroits les plus emblématiques des États-Unis et bien souvent celui que l’on imagine quand on pense à  «New York». Qui n’a pas entendu parler de Central Park, de l’Empire State Building ou de la Cathédrale Sant-Patrick? Le quartier abrite le mythique théâtre de Broadway et la Times Square qui ne se repose jamais, ainsi que des musées, des restaurants et des salles de concert de renommée mondiale.

Mais il y a plus à New York que Manhattan. La ville de New York se compose de 5 boroughs, chacun aussi différent que l’autre. Il est rare de trouver autant de diversité dans une même région métropolitaine. Brooklyn est reconnu pour ses artistes et ses jeunes familles en quête de calme et de sécurité, loin du chaos des autres quartiers tels que Manhattan ou le East Side. D’autant plus que l’on y retrouve les prix de loyer les plus abordables.

Ensuite, à Williamsburg, vous pourrez profiter de la musique live et du shopping vintage tous les soirs. Si vous voyagez avec des enfants, laissez-les errer et se délecter dans les espaces ouverts de Prospect Park et Park Slope. En outre, vous ne pouvez pas aller à New York sans traverser le pont de Brooklyn ou se balader le long de la promenade panoramique de Brooklyn Heights. Sans doute les restaurants décontractés de la région vous attireront pour un cocktail bien mérité et bien plus encore.

Le Bronx, lui, subi toujours ses a priori de quartier dangereux, mais les new-yorkais reconnaissent tout de même l’authenticité de certaines rues et quartiers, telle qu’Arthur Avenue pour les meilleurs restaurants italiens de la ville. Les Fordham et Belmont de la région, alias la «vraie petite Italie» sont une véritable attraction culturelle. Le Bronx abrite également les Yankees de New York, le zoo du Bronx et le Jardin botanique de New York et est aussi, comme nous le savons tous, le berceau du hip-hop. Incontournable: le pittoresque petit village maritime de City Island et ses sublimes fruits de mer. Flânez le long du Grand Concourse dans le sud du Bronx pour des merveilles art déco.

Il y a ensuite Queens, le produit d’une diversité culturelle sans égale, où règnent l’harmonie et la tolérance. Au cœur de ce métissage ethnique se trouvent d’extraordinaires monuments culturels, des musées mondialement reconnus, de vieilles maisons cozy et pleines de charme, des galeries d’art et des restaurants représentant des nationalités de tous les continents. Queens a quelque chose pour tous les goûts. Les amateurs de sport peuvent regarder les New York Mets jouer au baseball à Citi Field et non loin de là, voir les meilleurs joueurs de tennis du monde s’affronter à l’US Open. La délicieuse cuisine grecque d’Astoria ou l’authentique cuisine chinoise à Flushing complèteront une journée bien remplie. N’oubliez pas l’art imaginatif et avant-gardiste de MoMa PS1 et de Socrates Sculpture Park à Long Island City ou la flore spectaculaire du Jardin botanique de Queens.

Mais parmi les cinq arrondissements de New York, Staten Island est le plus facilement oublié. Bien que la région soit quelque peu déconnectée du reste puisqu’il n’y a pas de métro, c’est une partie de la ville qui regorge de musées, de sites historiques, de plages et de parcs. Offrez-vous une vue éblouissante sur Manhattan, Ellis Island et la Statue de la Liberté lors d’un trajet gratuit à bord du ferry Staten Island, une attraction à part entière.

Vous pouvez toujours prendre un bus hop-on-hop-off ou rejoindre l’une des nombreuses visites à pied de Manhattan et Brooklyn, y compris un tour des arts de la rue ou une promenade fantôme. Hautement recommandée est la promenade autour du village de Greenwich si vous voulez revivre l’histoire de la fondation de ce mélange à damiers des rues du centre-ville par les Hollandais au 17ème siècle. Promenez-vous dans les rues où Bob Dylan a composé ou où Martin Scorsese et Robert De Niro ont joué comme enfants. Bien sûr, il y a aussi un itinéraire hip-hop animé par des musiciens impliqués dans l’histoire du genre, qui partagent volontiers leur histoire personnelle avec l’éloquence propre à ceux qui savent rimer.

New York, New York…une ville à voir au moins une fois dans sa vie…mais dès qu’on y goûte, on ne peut plus résister ! Que ce soit votre première fois ou votre centième, cette ville vous adoptera rapidement et ne vous laissera jamais vous ennuyer.

Trouver un stage aux Etats-Unis – 2e partie

Première partie de l’article disponible ici.

Pour faire un stage d’été aux Etats-Unis, pourquoi pas le créer vous-même ! N’ayez pas peur de faire votre propre démarche et de solliciter les sociétés américaines directement. Surtout si vous désirez faire un stage au sein d’une société particulière, même si elle n’a pas annoncé d’offrir de stages. Prenez l’initiative, contactez l’entreprise en décrivant vos compétences et comment vous pourrez contribuer.

Ne vous laissez pas décourager si le stage en question n’a pas de rémunération. Décrocher un stage pourrait amener à autres choses, vous permettra de faire du networking, faire de nouvel rencontre, goûter à la culture américaine, de mettre en lumière vos capacités et comment la société pourra en tirer bénéfice. C’est également une chance de pouvoir transformer le stage en emploi permanent. D’autant plus que plusieurs stages donne une enveloppe de 2.000 euros en moyenne pour compenser le manque de rémunération et couvrir certains de vos frais durant votre séjour aux USA.

Après avoir déterminé vos critères en terme de stage, effectuer une recherche sur Internet pour identifier les sites d’embauche. Ces sociétés de recrutement sont souvent spécialisés dans les stages d’été pour étudiants. Faites une liste des sociétés qui sont en phases avec vos critères. Allez également consulter la presse afin de vous familiariser avec chacune de ces entreprises. Ceci vous permettra de mieux rédiger votre CV et lettre de motivation (“cover letter” en américain). Pour avoir des retours positifs, il faut impérativement rédiger des lettres personalisées et adressées à chacune des sociétés que vous ciblez…envoyer des centaines de lettres standard ne donnera aucun résultat.

Expédiez votre “cover letter” et “resume” (CV) par courriel directement au responsable de recrutement, ou du moins à la personne qui sera votre responsable hiérarchique. Souvent il est facile de trouver le nom de ces personnes. Le suivi sera indispensable, ceci démontrera votre motivation, et en même temps fera très certainement monter votre dossier dans la “short list” des meilleurs candidats.

Envoyer une lettre de remerciement — appelé “thank you note” aux USA — après avoir été contacté par une de vos sociétés cibles, peut faire toute la différence. C’est une règle culturelle, vous aurez une bonne longeur d’avance sur les autres candidats si vous l’appliquez systématiquement.

Finalement, renseignez vous sur le type de visa requis pour l’embauche dans le cadre d’un stage. Souvent les sociétés qui recrutent ne sont pas forcément au courant des dernières règles américaines. Le programme de visa ESTA (Electronic System for Travel Authorization) peut s’avérer utile pour un séjour de courte durée, mais il faut vérifier auprès des autorités américaines pour prendre connaissance des évolutions de ce programme.

Voilà pour nos conseils, bonne chance dans votre recherche de stage !

Trouver un stage aux Etats-Unis – 1ère partie

Beaucoup d’étudiants français cherche un travail aux USA, surtout durant la période d’été.

Il est aujourd’hui plus compliqué de sécuriser un emploi saisonnié — c’est-à-dire un stage d’été — surtout depuis l’application de nouvelles règles ces dernières années. D’autant plus que la situation économique américaine freine l’embauche, surtout lorsqu’il s’agit de main d’oeuvre étrangère.

Dans ce nouveau contexte, comment réussir à trouver le bon stage ?

Premièrement, assurez-vous de faire le choix qui vous convient. Prenez le temps de définir ce que vous souhaitez :

  • Quel type d’entreprise je souhaite intégrer ?
  • Une société américaine ou européenne ?
  • Dans quel domaine ou industrie ?
  • Quel est le poste que je souhaite décrocher ?
  • Suis-je prêt à travailler sans être rémunéré ?
  • Combien de temps je souhaite rester aux USA ?
  • Dans quelle(s) ville(s) ?

Se dire que ” je souhaite partir 4 mois à Miami ” n’est pas concret, et vous risquez d’être très déçu. Plus vous serez précis, plus vous aurez du succès. D’autant plus que le bon stage peut vous amener très loin, voir même l’offre d’un emploi stable dans la durée, qui pourrait vous permettre de vous expatrier.

Deuxièmement, n’ayez pas peur de vous affirmer et de valoriser vos qualifications. Votre futur employeur doit apprécier vos qualités et ce que vous apportez à la société : votre formation, vos études, votre parcours de vie…tous ces critères peuvent faire la différence entre vous et un autre candidat.

Dans la prochaine partie de cette article, nous allons élaborer sur les démarches à suivre lors de votre recherche de stage, notamment la différence entre un visa temporaire et le nouveau programme ESTA.

Vous pensez migrer aux Etats-Unis ? Quelques conseils…

Un nombre croissant de français souhaitent s’installer aux USA dans l’espoir d’une meilleure situation. Trouver du boulot, avoir un plus gros salaire, payer beaucoup moins d’impôt qu’en France. Ce ne sont pas les motivations qui manquent.

Mais s’expatrier peut s’avérer compliqué, car dans la plupart des cas, il faut faire les démarches soi-même. Mais par où commencer ? Quelles sont les informations nécessaires pour réussir son installation ? Quelles sont les premières étapes ?

Plusieurs questions viennent à l’esprit lorsqu’une personne souhaite partir aux Etats-Unis. Est-ce même une possibilité ? Ou un fantastme ?

La première étape est d’effectuer une recherche en ligne. Internet est une mine d’information. Ensuite, un tour chez le libraire local permettra d’appronfondir cette première recherche : livres, CDs, vidéos…ce n’est pas les sources d’information qui manquent. Mais vous serez d’accord : trop d’information peux mener à la paralysie. Et en plus, il faut s’assurer que ces sources sont d’actualité.

Quelques questions qu’il faut se poser :

  • Si j’amène mes biens avec moi, combien de temps d’avance dois-je préparer le transport avec un déménageur ?
  • Dois être en bonne santé, ou du moins avoir une assurance médicale qui puisse me suivre ?
  • Comment puis-je obtenir une couverture sociale aux Etats-Unis ?
  • Quel type de visa ai-je besoin ? Est-ce que programme ESTA couvre l’expatriation, ou seulement les courts séjours ? Et combien de temps avant mon départ dois-je faire ma demande de visa ?
  • Si je dois mon conjoint qui est transféré aux USA pour son boulot, dois-je forcément démissionner de mon propre emploi ? Ou existe-t-il d’autres possibilités, telles que les congés sans solde, les années sabatiques, etc ?
  • Si nous avons des enfants, quelles sont les démarches à suivre pour les inscriptions scolaires ?
  • Pour des étudiants français, quels sont les choix les plus adaptés en terme de scolarité ?
  • Combien de temps avant d’obtenir un visa ?
  • Dois-je prévenir le fisc français ?
  • Les animaux domestiques sont-ils acceptés sans quarantaine ?
  • Pour trouver un logement, dois-je passer par des agences ? Faut-il beaucoup de temps pour trouver un logement convenable ?

Voici quelques exemples de questions de bases qu’il faut se poser avant de partir s’installer aux Etats-Unis. Bon voyage !