Le Kentucky Derby est un évènement important aux USA

Qu’est-ce que le Kentucky Derby ? 

Le Kentucky Derby est une course hippique de plat se déroulant au mois de mai sur l’hippodrome de Churchill Downs, à Louisville, dans le Kentucky aux États-Unis.

Demandez votre ESTA autorisation aujourd’hui et assistez à cet événement tout à fait unique, en visitant une partie des États-Unis qui ne figure pas dans la carte touristique “normale”, et qui vous laissera un souvenir marqué au fer rouge.

Il s’agit d’une course de groupe I réservée aux chevaux de 3 ans. C’est la première étape de la Triple Couronne américaine, avant les Preakness Stakes et les Belmont Stakes. Elle se dispute sur la distance de 2 000 mètres, piste en sable, et l’allocation s’élève à 2 millions de dollars. Surnommée « Run for roses », c’est le plus grand événement des courses américaines. 160 000 à 180 000 spectateurs assistent à chaque édition.

Cette célèbre course hippique est inaugurée en 1875. Cela fait 145 ans que les citoyens américains attendent le Kentucky Derby chaque 1er samedi du mois. 

Kentucky Derby USA
 

Qui a eu l’idée de cet événement ?

Cet événement est l’idée du colonel Colonel Meriwether Lewis Clark Jr.  Il s’est inspiré des courses de chevaux populaires en Angleterre et notamment en France. C’est dans la région du Kentucky, connu pour son élevage de chevaux que Meriwether Lewis Clark Jr  a construit Churchill downs, le célèbre hippodrome.

Depuis 1875 l’hippodrome Churchill Downs  a organisé cette course de chevaux qui a rendu accro tous les Américains. Cette course hippique met en vedette des chevaux ‘thoroughbred’, est non anglo-saxon qui se réfère aux montures anglaises, qu’on appelle des pur-sang.

Les chevaux qui participent à cette course, sont âgés de trois ans. Ils sont formés à galoper des courses d’un mile et quart (2011,98 mètres) en seulement deux minutes.  Depuis ses débuts, cette course a lieu le premier samedi du mois de mai. Ce sport hippique est connu également pour son nom donné par tous les américains : les meilleurs deux minutes dans le monde du sport.
 

Les traditions liées à la course hippique

En plus de la course en elle-même, de nombreuses traditions jouent un rôle important dans l’atmosphère du Derby. Comme par exemple, le Mint Julep, une boisson glacée, mélange de bourbon, de menthe et de sirop sucré est la boisson traditionnelle de la course. Le plat le plus populaire se nomme quant à lui Burgoo. Il est composé de bœuf, de poulet, de porc et de crudités.

Le Derby est fréquemment nommé The Run for the Roses (La Course pour les Roses) car un bouquet composé de 554 roses rouges est offert chaque année au vainqueur de la course. Cette tradition provient du New-Yorkais E. Berry Wall, personnalité mondaine qui offrit en 1883 des roses aux femmes venues regarder la course.

 

Quelle est l’origine de la Statue de la Liberté ?

La statue de la Liberté : que faut-il savoir ?

Si vous possédez votre ESTA pour un voyage aux USA, vous irez certainement visiter le symbole des USA, la statue de la Liberté.

Symbole d’une amitié entre la France et les États-Unis, la statue de la Liberté dont l’origine reste française, est devenue le symbole de l’Amérique. Amitié qui obligera la France a donné un présent aux États-Unis dont la valeur perdura dans le temps et brillera aux yeux du monde.

Genèse de la statue de la Liberté

Après avoir acquis son indépendance, les États-Unis vont célébrer le centenaire de l’indépendance. Cependant, ils entretiennent avec plusieurs pays des relations multiformes. Pour témoigner de son amitié à l’occasion de la célébration du centenaire de l’indépendance des États-Unis, la France décide d’offrir un présent à ce pays ami.
 

Le choix du présent à offrir n’était pas du tout aisé vu l’ampleur de l’évènement à célébrer. C’est alors que le célèbre juriste et homme politique ÉDOUARD DE LABOULAYE pense à un ouvrage qui rentrera dans la catégorie des plus beaux-arts du monde.
 

Il va donc se tourner vers les professionnels des arts et métiers pour inviter l’artiste Auguste Bartholdi qui s’est joint au projet de construction d’une statue colossale pour les États-Unis. Ce fut sous le règne de Napoléon III et l’idée remonte depuis 1865.
 

Amerique de Nord Esclavage

L’éminent juriste, lors d’un diner secret avec ses amis, projette de célébrer la fin de la guerre de Sécession et de rendre hommage au président ABRAHAM LINCOLN pour ses efforts dans le combat pour l’abolition de l’esclavage.
 

Le choix du type de monument est de liberté et les valeurs démocratiques unissant ces deux pays. Trop prétentieux pour l’empereur, ce projet a été muri clandestinement et c’est jusqu’en 1871 que Bartholdi fait le choix du lieu qui abritera ladite statue.
 

Ce choix a été porté sur « l’île Bedloe », actuelle Liberty Island où est construit le gigantesque monument.
 

Description de la statue de la Liberté

La statue géante communément appelée « Lady Liberty » par les Américains a 46 mètres de hauteur. Elle est érigée sur un socle de 47 mètres sur « Liberty Island » haut de 93 mètres. Inspirée des sculptures colossales de l’antiquité, elle est conçue à partir de feuille de cuivre.
 

Sa couleur verte actuelle est due à une oxydation liée à la durée de l’ouvrage. En la regardant, on voit directement une sorte de femme vêtue d’une robe drapée on dirait une déesse. Sa main droite porte la torche de la statue de la Liberté symbolisant la lumière de la raison.
 

Sa main gauche porte une table de lois rappelant la date de la Déclaration d’indépendance des États-Unis. Sur sa tête, on retrouve une couronne représentant le rayonnement des connaissances, et les chaînes brisées à ses pieds font référence à l’abolition de l’esclavage.
 

Ce joyau emblématique est le symbole d’une longue histoire entre la France et les États-Unis. Cette statue de 80 tonnes installée dans la ville de New York est devenue une exposition universelle et occupe une place importante dans la vie sociopolitique mondiale au regard du nom qu’on lui a donné : « la Liberté éclairant le monde ».
 

Où a été construite la statue de la Liberté ?

À l’entame de la 3e République française, le projet clandestin va faire surface après avoir passé 10 ans dans le noir. L’initiateur du projet souhaite que la statue soit un don du peuple français et refuse l’utilisation des financements extérieurs pour sa construction. Il crée par la suite l’Union franco-américaine pour collecter des fonds privés.
 

Pendant ce temps, l’artiste Bartholdi a commencé les travaux dans les ateliers de la cuivrerie Gaget Gauthier et cie à Paris. Les concepteurs de l’armature du colosse sont successivement l’architecte Eugène Viollet-le-Duc, puis le célèbre ingénieur Gustave Eiffel auteur de la tour Eiffel en France.
 

La tete de la Statue de la Liberte a Paris

Ils commencent par concevoir un pylône métallique intérieur et une structure légère capable de résister aux vents violents de la baie de New York. C’est en 1884 que le joyau a été érigé pour la première fois à Paris avant d’être transporté aux États-Unis.
 

L’initiateur du projet LABOULAYE meurt avant la donation du joyau. Ce lion ne va malheureusement pas voir briller son idée sur le sol américain. Se sont ses collaborateurs au projet, deux brillants sculpteurs français, Bartholdi et Ferdinand de Lesseps qui ont signé le 4 juillet 1884 l’acte de donation de « La Liberté éclairant le monde » au peuple américain.
 

Comment a été déplacée la statue de la France pour les États-Unis ?

En 1885, le monument entame sa marche. Il est démonté et disposé dans près de 300 caisses. Ce fut d’ailleurs le premier monument géant en « kit » de l’histoire. Les caisses ont été transportées par voie ferroviaire de Paris à Rouen avant d’être embarquées à bord de la frégate L’Isère.
 

Le 21 mai 1885, la cargaison quitte Rouen et voyage en mer. Le voyage n’a pas été aisé parce que deux jours après le départ du navire, une tempête détourne sa trajectoire. Ce n’est que le 17 juin 1885 que le navire a été retrouvé et a continué sa navigation jusqu’à la baie de New York où il était attendu par une dizaine de bateaux.
 

Le joyau n’a pas été érigé immédiatement à son arrivée parce que le socle devant l’accueillir accusait un retard dans sa construction.
 

Ce retard était lié au manque de moyen financier. Ce n’est qu’après l’appel à contribution qu’avait lancé Joseph Pulitzer dans son journal The World que les fonds nécessaires pour achever la construction du socle avaient été récoltés. Les kits ont donc été montés et postés au sommet d’une montagne de 93 mètres de haut.
 

Le symbole de la statue de la Liberté

Au regard de toutes les difficultés observées depuis le départ du projet jusqu’à sa réalisation, il faut dire que le monument géant n’a pu être inauguré que 10 ans après la célébration du centenaire de l’indépendance américaine. Un projet qui a pourtant débuté il y’a 21 ans. Ce retard dans la donation n’a en rien l’amitié franco-américaine.
 

Immigrants La Statue de la Liberte

Depuis lors, de millions d’immigrants qui arrivent dans la ville de New York sont accueilli premièrement par ce gigantesque flambeau de cuivre. Cet ouvrage monumental symbolise les idéaux des libertés de justice et incarne le rêve d’un avenir meilleur, un nouveau départ pour le peuple américain.

Où sont situés les États-Unis ?

Les États-Unis sont un pays qui traverse un continent dont la majeure partie du territoire est située en Amérique du Nord. Dans cette partie du pays, on retrouve de grandes villes comme Boston, Chicago, Las Vegas, Miami, Nouveau-Mexique, New York, Washington, etc. L’état américain a la structure politique d’une république constitutionnelle fédérale avec un système présidentiel composé de 51 États, dont 48 sont à proximité et forment le territoire américain.
 

Les USA sont bordés à l’est par l’océan Atlantique, au sud-est par le golfe du Mexique et à l’ouest par l’océan Pacifique. Le pays est bordé par le Canada au nord et au sud-ouest par le Mexique. Les deux États non limitrophes sont l’Alaska, situé dans le nord-ouest du Canada, et Hawaï, un archipel au milieu de l’océan Pacifique Nord.
 

En outre, le pays comprend 14 territoires sur les îles disséminées dans le Pacifique et la mer des Caraïbes. Le climat des États-Unis est extrêmement divers. La géographie du pays abrite une grande variété de flore et de faune, faisant des États-Unis l’un des 17 pays divers de la planète.
 

Ce n’est pas tout ! Le pays compte de beaux parcs nationaux comme le parc national du Lac Mono en Californie ou encore le monument Valley en Arizona et Utah.
 

La capitale fédérale des États-Unis est Washington. C’est une ville située dans le District de Columbia, une zone à l’extérieur des 51 États. La devise utilisée est le dollar américain. Le drapeau américain est composé de 13 bandes rouges et blanches et de 51 étoiles. Il n’y a pas de langue officielle aux États-Unis, bien que la langue nationale de facto soit l’anglais américain.
 

Les frontières

Les États-Unis sont bordés au nord par le Canada, à l’est par l’océan Atlantique, au sud par le golfe du Mexique et le Mexique, et à l’ouest par l’océan Pacifique.

les frontieres des USA

République fédérale composée de cinquante États et d’un district fédéral, ayant quelques îlots dans le Pacifique (Midway, Wake), les États-Unis exercent également la tutelle de certaines îles et certains archipels du Pacifique et des Caraïbes, qui ont le statut d’État associé (Puerto Rico), des territoires « librement associés » (République des Îles Marshall, États fédérés de Micronésie et République de Belau) ou des territoires « non constitués » aux États-Unis (Samoa américaines, Guam, îles Vierges).
 

La superficie des États-Unis

Avec un territoire de 9 826 630 km², dont 1 717 854 km²  en Alaska et 151 940 km — en Floride, les États-Unis forment un « État-continent », le quatrième au monde par son envergure, doté de deux façades océaniques. D’Est à l’Ouest, les États-Unis s’étendent sur 4 517 km et du Nord au Sud sur 2 572 km.
 

En raison de l’envergure de son territoire, le pays de l’oncle Sam a une grande variété de climats et de paysages. Le point le plus élevé de l’Amérique est situé en Alaska, au sommet du mont McKinley (la hauteur est de 6, 194 km). Le point le plus bas se trouve en Californie, à Death Valley, à 86 m sous le niveau de la mer.
 

Le relief et les Rocheuses des USA

La structure physique des États unis est très simple, comme le continent nord-américain. Il existe 3 grandes chaînes de méridiens que suivent d’ouest en est : les grandes plaines centrales, le système montagneux des rocheuses, les anciennes montagnes des Appalaches, bordées par une étroite plaine côtière sur l’Atlantique.

montagnes USA

L’ouest du pays est occupé par la longue cordillère nord-américaine. Connue sous le nom de montagnes Rocheuses, elle forme un système orogénique complexe d’une largeur maximale de 1 500 km entre Denver et San Francisco.
 

Il est divisé en trois groupes : au centre, on retrouve les hauts plateaux désertiques, à l’ouest les chaînes du Pacifique et à l’est une imposante barrière de montagne. Ce dernier culmine à 4 399 m, au sommet du mont Elbert.
 

Les chaînes principales sont la chaîne Bitterroot et les montagnes de la rivière Salmon au nord, la chaîne Front et les montagnes San Juan au centre et les montagnes Sangre de Cristo au sud.
 

Les grandes plaines

Les grandes plaines intérieures qui forment la partie centrale du continent nord des États-Unis sont un immense bassin sédimentaire drainé par le système fluvial Missouri-Mississippi.
 

Sous les Rocheuses s’étendent les « Hautes Plaines », hauts plateaux de piémont (Llano Estacado) culminant à près de 2 km d’altitude, profondément coupés par les affluents de la rive droite du Mississippi (Missouri, Arkansas).
 

Ils se connectent, par un glacis légèrement incliné vers l’est, aux plaines centrales (plaines centrales). Au sud, en revanche, ils dominent la plaine côtière du golfe du Mexique par un escarpement (Balcones Escarpment).
 

Les Appalaches

C’est une chaîne de montagnes longeant l’est de l’Amérique du Nord, s’étendant sur 2000 km de la frontière canadienne à l’Alabama au golfe du Saint-Laurent. Il mesure près de 500 km de large à la hauteur de la Pennsylvanie.
 

Massif primaire qui date d’un passé antique, usé à l’ère secondaire, élevé et rajeuni au tertiaire, puis creusé par des glaciers quaternaires, cette chaîne de montagnes s’est formée à l’ouest par des plateaux calcaires au centre par une succession de crêtes et de sillons parallèles, et à l’est par la Blue Ridge, qui s’élève entre 1 500 et 2 000 m de hauteur.
 

Une série d’écluses permettent la traversée transversale. Au nord-est, la chaîne de montagne du nord (Nouvelle-Angleterre) est constituée de plusieurs massifs façonnés par les glaciers quaternaires à l’origine d’une multitude de lacs et d’une côte rocheuse découpée par des fjords.
 

Le climat aux États-Unis

Le climat aux États-Unis est du type continental. Il est caractérisé par une amplitude thermique annuelle élevée et de faibles précipitations.
 

le climat des etats-unis

Cependant, en fonction de la combinaison de différents facteurs comme l’extension en latitude, l’échelle continentale, les masses d’air, la typographie et la présence de courants marins froids ou chauds, le climat aux États-Unis peut varier.

Quel est l’Etat le plus riche des Etats-Unis ?

Les États-Unis sont la première puissance économique du monde. En 2019, c’est le pays riche par excellence et constitue la 1ère étape du classement du produit intérieur brut. Le Fonds monétaire international estime son PIB à 21 345 milliards de dollars, soit une croissance de 4,2 % par rapport à 2018.
 

La Chine occupe la deuxième place avec 13,46 milliards de dollars, suivie du Japon avec 5,07 milliards de dollars. Vient ensuite l’Allemagne avec 4,03 milliards de dollars. La Californie est classée 5e avec un PIB de 2,94 milliards de dollars.
 

Ainsi, l’État le plus riche des États-Unis, la Californie, serait la cinquième puissance économique du monde si elle était indépendante. Le gouvernement américain a réussi à dépasser la Grande-Bretagne. La « Golden State » se targue d’avoir plusieurs atouts qui lui ont permis de devancer de grandes puissances comme le Royaume-Uni et la France.
 

Le taux de croissance en Californie

L’Etat de la Californie représente approximativement un tiers de la population des États-Unis, soit 40 millions d’habitants. Durant ces 5 dernières années, la Californie a connu une croissance économique annuelle moyenne de 3 %.

Californie

Le Japon, l’Allemagne et le Royaume-Uni qui sont plus peuplés ont un taux de croissance beaucoup plus faible. Les États-Unis ont eux-mêmes relevé une croissance moyenne de 2,2 % sur ces 5 années, tandis que les États de la zone euro ont progressé de 2,4 %.
 

Après la crise financière il y a dix ans, l’État de la Californie a connu une croissance beaucoup plus rapide que les pays les plus peuplés comme le Brésil et la France. Le produit intérieur brut est 60 % plus élevé que celui du Texas, le deuxième État américain le plus grand.
 

La croissance de la population en Californie

La Golden state occupe une place importante par rapport aux autres pays du monde concernant certains indicateurs économiques, concernant la croissance démographique et l’investissement, l’innovation, la croissance du revenu personnel, de la richesse des actions et des obligations.
 

Les difficultés liées au climat, à la sècheresse, aux inondations, aux x de brousse et aux conditions de vie ont favorisé l’augmentation du taux de pauvreté en Californie. La densité de sa population s’est accrue de 19,3 % au cours des vingt dernières années d’où le pays possède le taux de pauvreté le plus élevé des USA.
 

Au cours de la même période, les USA et la chine ont vu leurs populations augmenter respectivement de 18,3 % et 9,8 % alors que celles du Japon et l’Allemagne ont baissé respectivement de 0,3 % et 2 %.
 

Au cours de la dernière décennie, la Californie a vu son taux de chômage baissé de 7,9 points de pourcentage pour atteindre les 4,2 %, contre 6,1 points de pourcentage aux États-Unis dans l’ensemble. Pour l’Allemagne 3,1 points de pourcentage, le Japon 2,8 points et la Chine 0,5 point.
 

La prospérité de la Californie dépend de ses multiples entreprises technologiques et médicales qui attirent d’autres entreprises mondiales en quête d’innovations. Les recherches et les innovations représentent près de 17 % de son activité économique contre 16 % en Allemagne, 13 % en Chine, 11 % au Japon et 10 % aux États-Unis.
 

La Californie, des atouts indéniables

Le classement qu’occupe la Californie en matière de puissance économique mondiale est lié à sa célèbre ville Silicon Valley située au sud de la baie de San Francisco. Cette ville est le pôle des industries de pointe. La Silicon Valley attire chercheurs, des startups et grandes entreprises en quête d’innovations dans le domaine des nouvelles technologies et de l’informatique. Le siège social d’Apple, Facebook et Google se trouve dans cette région.

silicon valley

Cet État abrite aussi des grandes universités et grands centres de recherche qui attirent les entreprises en quête d’innovations. Ces atouts lui permettent d’avoir une économie stable et dynamique, facteur de son développement.
 

La position géographique de ce pays lui est très bénéfique. Elle est bordée par l’océan pacifique et frontalier avec le Mexique où se développent des usines de sous-traitance appelées « maquiladoras ». En plus, cette position géographique lui donne accès à de nombreuses ressources naturelles lui permettant de développer son économie.
 

Enfin, la Californie possède d’importants sites culturels comme Hollywood et Disneyland et villes touristiques à l’instar de Los Angeles ou San Francisco.
 

Augmentation des rendements sur les marchés financiers

Le Golden State présente de grands atouts pour les investisseurs sur les marchés financiers. Au cours des 12 derniers mois, les bons du Trésor californiens ont affiché un rendement total de 6,5 %, contre 3,9 % pour les bons du Trésor américain. Au cours de la même période, La Chine, le Japon et l’Allemagne ont perdu respectivement 0,3 %, 2,9 % et 5,5 %.
 

Au cours de la dernière décennie, les sociétés cotées en Californie ont enregistré un rendement de 420 %, contre 239 % aux États-Unis, 121 % en Allemagne, 70 % au Japon et 57 % en Chine. L’accroissement de cette performance dépend non seulement du secteur technologique, mais aussi du secteur de l’énergie, de la communication, de l’industrie et les biens de consommation.
 

L’année dernière, il y’a eu augmentation du chiffre d’affaires des sociétés cotées en Californie à hauteur de 23 % contre 14 % pour le reste des États-Unis, 19 % pour la Chine, 10 % pour le Japon et 3 % pour l’Allemagne. Ces résultats sont la conséquence de la plus grande marge qu’aux sociétés de Californie.

NYSE

L’enregistrement d’un chiffre d’affaires de 100 $, par les sociétés californiennes leurs permettent de réaliser un bénéfice brut moyen de 57 $, contre 49 $ aux États-Unis, 39 $ au Japon et en Allemagne et 35 $ en Chine. Ces meilleures performances ont permis à cet État de créer plus d’emplois.
 

Le nombre d’emplois crée à augmenter de 15 % au Golden State contre 8 % en Chine, 7,5 % aux États-Unis, 4 % en Allemagne et 2 % au Japon.

Qui a été le premier Colomb en Amérique ?

L’Amérique est l’un des cinq continents qui composent le monde aujourd’hui. Avec une superficie totale de 42 000 000 Km2 et une population allant à plus de 843 600 000 habitants, le continent est formé de deux grandes masses de formes triangulaires.

 

On parle généralement d’une part de l’Amérique du Nord et d’autre part de l’Amérique du Sud. Au fil du temps, avec l’aide de la colonisation européenne, l’Amérique s’est complètement transformée.

 

C’est ainsi qu’il reste clairement visible que l’Amérique du Nord est fondamentalement d’obédience britannique (le principal colonisateur étant la Grande-Bretagne), avec quelques exemples comme les États-Unis, le Canada.

 

Sans oublier quelques traces laissées par les Espagnols, ce qui donne lieu à quelques territoires dont la principale langue de communication est l’Espagnol (à l’instar de l’État de la Floride aux USA et bien plus).

 

L’Amérique du Sud quant à elle, est fondamentalement hispanique. Généralement nommée Amérique latine, cette partie du continent américain a été colonisée par les Espagnols et les Portugais. C’est ce qui explique le fait que la quasi-totalité de ses pays parle espagnol et le portugais n’est parlé qu’au Brésil.

 

Après tout cela, nous sommes curieux de savoir quelle est l’origine du nom « Amérique », quels étaient les premiers habitants de l’Amérique et qui était effectivement le premier à découvrir ce Nouveau Monde dont la diversité culturelle est exceptionnelle.

 

Quelle est l’origine du nom « Amérique » ?

 

Le nom « Amérique » vient de Amerigo. Amerigo est en réalité le prénom d’un navigateur italien qui s’appelait Florentin Amerigo Vespucci ou encore Florentin Améric Vespuce en traduction française.

 

En effet, c’est en 1507 que le géographe Lorrain Martin Waldseemüller entreprend de produire un planisphère nommé « planisphère de Waldseemüller ». Ce planisphère était conçu dans le but de représenter de manière précise la région méridionale de l’hémisphère ouest.

 

C’est au cours de cet exercice qu’il a décidé de donner le nom « America » à cette partie du monde qui était jusque-là appelée « Nouveau Monde ». Le nom « America » est en réalité la forme féminisée du prénom Améric du navigateur Améric Vespuce à qui le géographe a décidé de rendre hommage.

 

En effet, cet hommage naît du fait que le navigateur Vespucci a fait plusieurs voyages au Nouveau Continent ou Nouveau Monde entre 1499 et 1502 ; et il est l’un des premiers Européens ayant pu comprendre que le Nouveau Monde était un continent autre que l’Asie.

 

C’est à cause de ce travail qu’il trouve élogieux que Martin Waldseemüller décide d’attribuer la découverte de cette partie du monde à Vespucci, en la dénommant « America » sur son planisphère.

 

Le nom « America » a par la suite été suggéré par un certain Thomas Paine (ou encore Payne), publiciste américain d’origine britannique, qui a longtemps lutté pour l’indépendance des USA. Et sa suggestion a bel et bien été prise en compte.

 

Puisque, pour la première fois, ce nom a été adopté par les 13 colonies britanniques qui ont mené la guerre de l’indépendance des USA. C’est ainsi que, lors de la déclaration d’indépendance des États-Unis le 4 juillet 1776, le nom est finalement adopté.

 

Cette appellation commence donc à apparaître dans les documents officiels des « États-Unis d’Amérique » ou encore « United States of America » en anglais, étant donné que les USA sont le premier pays à être déclaré indépendant dans le monde.

 

Quels sont les premiers habitants de l’Amérique ?

 

Selon des études plus récentes, les premiers habitants de l’Amérique seraient originaires de l’Asie du Sud-Est. Ils commencent par occuper l’Australie depuis environ 60 000 ans aujourd’hui, avant d’arriver en Amérique. Ces premiers occupants de l’Amérique, par ailleurs parents des actuels Aborigènes d’Australie, auraient disparu.

 

Néanmoins, les premiers habitants du Nouveau Monde, les mieux connus aujourd’hui, sont les Amérindiens. Ces derniers étaient des hommes venus d’Asie, qui ont traversé le détroit de Béring en deux grandes vagues.

 

Les Amérindiens ont occupé la terre américaine il y a plus de 30 000 ans. Ils sont d’ailleurs encore présents dans certaines réserves, après avoir subi les affres de la colonisation. On peut citer entre autres les massacres, les maladies venues du côté de l’Atlantique, l’exploitation économique.

 

De manière progressive, les Amérindiens ont tendance à disparaître étant entendu qu’ils deviennent de plus en plus métissés. Mais, cette disparition commence en réalité juste après l’arrivée de Christophe Colomb en Amérique.

 

Son arrivée a eu comme principale conséquence dramatique, la disparition de millions d’indigènes. Plus de la moitié de la population amérindienne a disparu de la fin du 15e siècle jusqu’au 17e siècle.

 

Christophe Colomb est-il le premier à découvrir l’Amérique ?

 

Selon certaines recherches scientifiques confirmées en 1960, il est établi que Christophe Colomb n’est pas le premier qui a découvert l’Amérique. Les sagas du Vinland nous indiquent que le Nouveau Monde a été découvert par les Vikings.

 

Les Vikings étaient des guerriers, navigateurs et marchands des pays scandinaves qui ont entrepris plusieurs expéditions maritimes et fluviales vers les côtes nord-ouest de l’océan atlantique et sur le continent nord-américain, à partir du 8e siècle.

 

L’une des principales raisons des expéditions de ces Vikings était la recherche du bois puisqu’ils étaient constamment en manque. Il est dit que les Vikings utilisaient du bois de manière abondante.

 

Ils s’en servaient pour cuisiner leurs différents repas, pour construire les navires avec lesquels ils se déplaçaient, pour construire leurs maisons et aussi pour fabriquer plusieurs outils comme les meubles et autres objets de ce genre.

 

La saga est un mot scandinave qui renvoie à un ensemble de récits et légendes en prose, rédigés dans les pays scandinaves (Islande, Norvège, etc.) du 12e au 14e siècle. Ce n’est qu’en 1960, à la suite des fouilles archéologiques effectuées dans la zone septentrionale de l’île de Terre-Neuve, que ces récits ont été confirmés.

 

En effet, c’est autour de l’année 1000 que Leif Erikson, un Scandinave, navigue vers l’Amérique du Nord, depuis le Groenland. Il arrive sur un territoire qu’il va nommer Vinland, c’est-à-dire « la terre des vignes ».

 

Par la suite, quelque temps après, Thorfinn Karlsefni, l’un de ses compagnons, réussit à implanter un village à Terre-Neuve. Et Karlsefni et Gudrid Thorbjarnardottir mettront au monde un enfant appelé Snorri qui est considéré comme le premier Européen né sur « la terre des vignes ».

 

Malheureusement, les Vikings ne parviendront pas à implanter de vraies colonies sur cette terre qu’ils ont découvert, et quitteront ce territoire quelques années après.

 

Il est indiscutable que l’arrivée de Christophe Colomb en Amérique, le 12 octobre 1492, a favorisé ou alors intensifié les explorations et la colonisation européenne qui ont complètement changé l’image de ce continent juste après.

 

Colomb a quasiment révélé l’Amérique au monde entier. Il a presque ouvert le chemin de l’exploration, de la colonisation et par conséquent le chemin des relations entre le Nouveau Monde et les autres continents comme l’Europe d’abord, ensuite l’Asie et l’Afrique. Tel est le plus grand mérite de Christophe Colomb, et non le fait de découvrir l’Amérique tel que cela a été longtemps énoncé.

 

Par ailleurs, plusieurs autres hypothèses, bien qu’elles ne soient pas prises en compte par les historiens, ont aussi été mises en avant sur la découverte de l’Amérique. Avant 1492, ces hypothèses arguent que les Phéniciens auraient passé un peu de temps en Amérique, au Brésil notamment, à cause de certaines traces retrouvées au 19e siècle.

 

Les Égyptiens aussi, leur présence est déduite en Amérique, à travers l’existence de certaines herbes originaires du continent américain (comme dont le tabac) dans des momies âgées de 3 300 ans en Égypte.

 

On peut aussi citer l’hypothèse des Polynésiens. À l’issue des études effectuées sur des patates douces, des chercheurs ont pu déduire que ces patates auraient été importées d’Amérique, plus de 2 500 ans avant l’arrivée de Colomb.

 

Avec la découverte de quelques pièces de monnaie et d’un buste au Mexique, certains chercheurs ont pu dire que les Romains auraient atteint les côtes américaines avant Colomb.

 

On évoquera aussi brièvement certaines hypothèses comme celles des Chinois, les Grecs, les Arabes, les Basques, les Bretons, les Normands, les Turcs, etc. Sans oublier aussi de mentionner un nom qui revient parmi ces différentes hypothèses, celui de Jean Scolvus qui aurait foulé le sol américain dans les années 1476.

 

A lire :

Quels sont les états des États-Unis ?

Quelle est la signification du drapeau américain ?

Pourquoi il y a 13 rayures sur le drapeau des États-Unis ?

Quand on été créé les États-Unis ?

Quand ont été créé les États-Unis ?

Les États-Unis sont un pays d’Amérique du Nord constitué d’une cinquantaine d’États fédérés. Considéré aujourd’hui comme le pays le plus puissant, ou du moins l’un des pays les plus puissants du monde puisque les puissances comme la Chine et autres lui sont des concurrents sérieux, les USA possèdent une richesse culturelle assez remarquable.

 

En effet, c’est un pays très diversifié et multiculturel. Cette diversité est visible sur presque tous les aspects, que ce soit sur la forme du pays, son climat, sa végétation, etc. Le pays possède aussi une population variée avec des races diverses et une panoplie de langues parlées dans tout son territoire.

 

C’est sans doute cette diversité qui fait la beauté de ce pays, et qui constitue probablement le socle de son pouvoir économique. C’est pourquoi nous nous proposerons de présenter brièvement l’histoire des USA.

 

Nous la présenterons en commençant par sa colonisation jusqu’à son indépendance. Ensuite, on reviendra aussi sur sa démographie, sa géographie, sa grande population et autres.

 

De la colonisation à l’indépendance des États-Unis

 

Après la découverte de l’Amérique en 1492 par Christophe Colomb, comme nous le renseigne l’histoire, l’Amérique qui était occupée à cette époque par les Amérindiens, vont connaître les explorations des pays étrangers.

 

Il s’agit en ce moment de l’Espagne, de la France, de la Grande-Bretagne, des Pays-Bas entre autres. Et après, s’en suivra la colonisation. Le début de la colonisation européenne qui est donc fixé au 15e siècle a pour grande figure la grande Bretagne.

 

Non seulement c’est cette Grande-Bretagne qui occupe quasiment tout le territoire, mais aussi c’est elle qui commence à fonder les différents États qui existent aujourd’hui. À partir de 1607, elle commence à mettre sur pied ses colonies qui seront des États plus tard.

 

Le 14 mai 1607 plus précisément, elle fonde sa première colonie : la Virginie. Par la suite, elle implante 12 autres colonies britanniques sur le long de la côte Atlantique. C’est à partir de ce moment que les États-Unis commencent à prendre forme.

 

Le pays est désormais constitué de 13 colonies. Ces treize colonies qui forment les USA à cette époque-là vont engager plusieurs conflits contre la Grande-Bretagne dont elles (les colonies) essaient de se débarrasser afin d’obtenir leur autonomie.

 

Et ce sont ces différents conflits qui vont mener à la guerre de l’Indépendance qui a éclaté en 1775. À la suite de cette guerre, il va s’en suivre le 4 juillet 1776, la proclamation de l’indépendance de ces treize colonies.

 

Après la proclamation de cette indépendance, les 13 colonies britanniques vont se fédérer pour former les USA (les États-Unis d’Amérique). Mais, ce n’est qu’en 1783 que les USA seront véritablement reconnus comme étant un pays autonome.

 

Les États-Unis d’Amérique deviennent en ce moment le tout premier pays du monde ayant obtenu son indépendance. Son premier drapeau est alors constitué de 13 étoiles qui symbolisent les 13 États fédérés qui forment le pays.

 

Et progressivement, au-delà de ces treize États, d’autres États se sont constitués au point d’avoir la cinquantaine que compte le pays de nos jours. S’il faut donc répondre à la question qui est celle de savoir quand et comment sont nés les États-Unis, on dira tout simplement que les États-Unis sont la conséquence de la colonisation.

 

Les USA sont nés de la colonisation européenne, plus précisément de la mise sur pied des colonies britanniques par la Grande-Bretagne. Et ce sont ces colonies qui deviendront plus tard les treize premiers États qui vont constituer le pays.

 

Comment est né le nom « Amérique » ?

 

Le nom « Amérique » vient de Amerigo. En fait, Amerigo c’est le nom d’un navigateur italien dont le nom complet était Florentin Amerigo Vespucci ou encore Florentin Améric Vespuce en français. Tout commence en 1507, lorsque le cartographe Lorrain Martin Waldseemüller produit le planisphère de Waldseemüller.

 

Lorsqu’il a produit ce planisphère qui représentait plus précisément la région méridionale de l’hémisphère ouest, il a décidé d’y inscrire le nom « America » en hommage au navigateur Améric Vespuce. « America » est en réalité la forme féminisée du prénom Améric.

 

En effet, cet hommage naît du fait que le navigateur Vespucci a fait plusieurs voyages au Nouveau Continent ou Nouveau Monde entre 1499 et 1502. C’est pour cette raison que Martin Waldseemüller décide de lui attribuer la découverte de cette partie du monde en la dénommant « America ».

 

Ensuite le nom « America » a été suggéré par un certain Thomas Paine, publiciste américain d’origine britannique, qui a longtemps lutté pour l’indépendance des USA. Et la suggestion a été prise en compte.

 

Et, pour la première fois, ce nom a été adopté par les 13 colonies britanniques qui ont mené la guerre de l’indépendance des USA. C’est ainsi que, lors de la déclaration d’indépendance des États-Unis en juillet 1776, le nom est finalement adopté.

 

Par conséquent, puisque ce sont les différentes colonies qui sont devenues des États fédérés plus tard, le pays a finalement été désigné « États-Unis d’Amérique » ou encore « United States of America » en anglais. D’où l’abréviation « USA » ou encore « US ».

 

La démographie et la géographie des USA

 

Les USA sont un pays assez vaste, qui a une superficie totale de 9 833 517 Km2. Ce pays dont la capitale est Washington a une population totale estimée à 328 239 523 habitants, si on s’en tient aux derniers chiffres rendus publics en 2019.

 

Avec une densité qui est de 33 habitants/Km2, cet ensemble d’États fédérés est entouré par l’océan Atlantique à l’Est, par le golfe du Mexique au Sud-Est et par l’océan pacifique à l’Ouest.

 

Au Nord, il est limitrophe au Canada. Et au Sud-Ouest, c’est avec le Mexique qu’il partage la frontière. Mais rappelons que deux États des USA ne sont limitrophes à aucun autre pays. Il s’agit de l’État d’Alaska et de celui d’Hawaii.

 

L’Alaska se trouve au Nord-Ouest du Canada et l’État d’Hawaii qui est en réalité un archipel, est situé au milieu de l’océan Pacifique-Nord. Sans oublier que ce pays a plusieurs autres territoires insulaires qui sont cachés dans la mer des Caraïbes et dans le Pacifique aussi.

 

Les langues et les races des USA

 

Plusieurs langues sont parlées aux USA. Ce pays compte plus de 380 langues parlées dans tout son territoire. De toute évidence, c’est l’anglais américain qui est la langue la plus parlée aux États-Unis.

 

Les USA n’ont pas institué une langue officielle. Mais de façon naturelle, c’est l’anglais qui est considéré comme la langue officielle et est parlé par 95 % de la population. C’est aussi la langue utilisée par l’administration américaine.

 

Par ricochet, c’est elle qui domine dans les documents légaux, administratifs et officiels du pays. Par exemple, 96,18 % de la population du Mississippi parle anglais. 95,05 % de la population en Alabama et 94,56 % des habitants de l’État du Vermont parlent anglais. Certains États comme la Californie n’ont pour seule langue l’anglais.

 

Mis à part l’anglais, l’espagnol est aussi relativement utilisé. C’est d’ailleurs la deuxième langue la plus utilisée du pays. La langue espagnole est très implantée dans les États du Sud qui sont essentiellement hispanophones, c’est le cas des États comme la Floride, etc.

 

Au-delà de cette prédominance de l’anglais et de l’espagnol dans certaines zones, on remarque aussi une forte présence des langues indigènes qui sont même les plus dominantes. On a par exemple la langue amérindienne qui était la langue de communication des autochtones d’Amérique du Nord.

 

Cette langue reste malgré tout présente dans la culture américaine d’aujourd’hui. On citera par ailleurs d’autres langues comme l’hawaïen, le chamorro, le vietnamien, la langue coréenne, la langue arabe, le russe, etc.

 

Par ailleurs, plusieurs races existent aux USA. On a certes la race blanche et de la race noire qui sont les plus en vue, mais elles ne sont pas les seules, il existe aussi d’autres races.

 

Dans l’ensemble, les États-Unis sont constitués des Blancs qu’on appelle généralement des Caucasiens, des Noirs ou les Afro-Américains, des Hispaniques ou des Latinos, des Amérindiens, des Asiatiques et des Océaniens ; sans compter les races hybrides.

 

A lire :

Quels sont les Etats des Etats-Unis ?

Quelle est la signification du drapeau Américain ?

Pourquoi 13 rayures sur le drapeau USA ?

 

 

Pourquoi y a-t-il 13 rayures sur le drapeau américain ?

 

Vous possédez votre visa pour les USA et depuis, vous vous intéressez fortement à l’histoire des Etats Unis. Mais alors, pourquoi y a-t-il 13 rayures sur le drapeau américain ?

Chaque pays du monde a ses propres symboles, dont les drapeaux font partie. Le drapeau national est toujours unique et représente la culture, l’histoire de ce pays. En examinant de plus près le drapeau américain, il voit qu’il y a treize rayures alternant des bandes horizontales rouges et blanches, des étoiles blanches, etc. Ce n’est pas dû au hasard. Cela a bien à voir avec le passé et les origines des États-Unis d’Amérique.

 

Pour le peuple de l’oncle Sam, c’est un symbole très important. Sur le drapeau américain, on aperçoit trois couleurs : bleu, rouge et blanc. La couleur bleue symbolise la loyauté, le dévouement, l’amitié, la justice et la vérité. Ensuite, la couleur rouge met en lumière le courage, le zèle et la ferveur. Le blanc représente la pureté et la droiture. Les étoiles réunies dans la zone de couleur bleue évoquent tous États de l’Amérique.

 

Le drapeau américain a été adopté en 1959 sous la présidence de Dwight D. Eisenhower. C’est aussi la date à laquelle l’Alaska devient un État des États-Unis. Il représente l’union des États. Par rapport à cela, les 13 bandes symbolisent les treize colonies qui ont formé la nation. Nous vous proposons de découvrir dans cet article ces 13 États.

 

Le New Hampshire

 

Le New Hampshire est une colonie instituée en 1638 par John Wheelwright. Cette colonie est devenue un État de l’Union le 21 juin 1788. C’est le premier état à voter la déclaration d’indépendance le 4 juillet 1776. Cet État est situé dans la région de la Nouvelle-Angleterre et se caractérise par ses villages pittoresques et ses vastes étendues sauvages.

 

Les principales villes du New Hampshire sont : Concord, Manchester, Nashua, Derry, Rochester, Salem, Dover, errimack, Londonderry, Hudson. La devise du New Hampshire est : vivre libre ou mourir.

 

Le Massachusetts

 

Le Massachusetts était à l’origine formé de deux États distincts : la colonie de Plymouth des pères pèlerins (1620) et la colonie puritaine de Massachusetts Bay (1630). Ses principales villes sont : Boston, Worcester, Springfield, Lowell, Cambridge, Brockton, New Bedford, Fall River, Lynn, Quincy, Plymouth, Salem, Lexington, Concord. Le Freedom Trail de Boston (capitale du Massachusetts) est une ligne rouge qui traverse les sites symboliques de la Révolution américaine.

 

Le Rhode Island

 

Il s’agit d’une colonie créée à Providence en 1636 sur des terres achetées à la tribu des Narragansetts, par un jeune pasteur Roger Williams et les frères Brown, tous dissidents du Massachusetts. Roger Williams, l’un des premiers à contester l’autorité locale sous John Winthrop a été chassé de la baie du Massachusetts par les puritains. Le Rhode Island est devenu un État de l’Union le 29 mai 1790.

 

Le Rhode Island est l’État le plus petit des USA, mais également l’un des plus peuplés. Les principales villes sont : Providence, Warwick, Cranston, Pawtucket, Woonsocket, Coventry, Cumberland, Portsmouth, Newport.

 

Le Connecticut

 

Le Connecticut est une colonie instituée en 1636 par Thomas Hooker à Hartford, sa capitale. C’est un état américain du sud de la Nouvelle-Angleterre. C’est une combinaison des villes côtières et des zones rurales parsemées de petites villes. Le Connecticut est devenu un État de l’Union le 9 janvier 1788.

 

Les principales villes de Connecticut sont : Hartford, New-Haven, Bridgeport, Stamford, Waterbury, Norwalk, Danbury, New Britain, Greenwich. La ville de New Haven doit sa notoriété à l’université de Yale et à son illustre musée d’histoire naturelle Peabody.

 

Le Delaware

 

C’est une colonie qui a été créée en 1638. Le Delaware est un État de la côte des USA, bordé à l’ouest et au sud par l’État de Maryland, au nord par l’État de la Pennsylvanie, à l’Est par l’État du New Jersey et l’océan Atlantique. Le Delaware est devenu un État de l’Union le 7 décembre 1787, le premier à ratifier la Constitution.

 

Les principales villes de cet État sont : Douvres, Wilmington, Newark, Milford, Seaford, Middletown, Elsemere, Smyrna, New Castle, Georgetown. Sa capitale est Douvres.

 

Le Maryland

 

Il s’agit d’une colonie créée par Cecil Calvert Lord Baltimore et sa famille en 1632. Le Maryland est devenu un état de l’Union le 28 avril 1788. C’est un état du Mid-Atlantic caractérisé par ses multiples rivières et ses côtes qui bordent la baie de Chesapeake ainsi que l’océan Atlantique.

 

Les principales villes du Maryland sont : Annapolis, Baltimore, Frederick, Gaithersburg, Bowie, Rockville, Hagerstown. Sa plus grande ville, Baltimore, a longtemps été un important port maritime.

 

La Virginie

 

Il s’agit d’une colonie fondée par John Smith à Jamestown en 1607. En tant que l’une des 13 colonies, l’État possède des édifices historiques dont Monticello, la plantation emblématique du père fondateur Thomas Jefferson, à Charlottesville.

 

Jamestown Settlement et Colonial Williamsburg sont des musées qui donnent vie à l’histoire avec des reconstructions de l’époque coloniale et de la révolution américaine. Les principales villes sont : Richmond, Virginia Beach, Norfolk, Williamsburg, Chesapeake, Newport News, Hampton, Alexandria, Portsmouth, Roanoke, Lynchburg.

 

La Caroline du Nord

 

C’est une colonie créée par des colons de la Virginie en 1653. La Caroline du Nord est un État du sud-est des États-Unis qui offre un paysage varié allant des plages de l’océan Atlantique aux Appalaches. Elle est devenue un État des USA le 21 novembre 1789.

 

Ses principales villes sont : Raleigh, Charlotte, Greensboro, Durham, Greensboro, Winston-Salem, Fayetteville, Cary, High Point, Wilmington, Asheville. La plus grande ville de l’État c’est Charlotte. Cette dernière est le berceau de l’équipe des Carolina Panthers NFL et comprend des musées comme le NASCAR Hall of Fame.

 

La Caroline du Sud

 

Il s’agit d’une colonie créée par des colons anglais en 1663. La Caroline du Sud est un État du sud-est des États-Unis connu à littoral pour ses plages subtropicales et ses îles marécageuses.

 

Les principales villes de la Caroline du Sud sont : Columbia, Charleston, Greenville, Rock Hill, Mount Pleasant, Sparanburg, Sumter, Hilton Head Island, Florence. Charleston est une ville historique avec des maisons aux tons pastel, des plantations Old South et Fort Sumter.

 

La Géorgie

 

La Géorgie est une colonie fondée en 1733 par James Oglethorpe. C’est une ancienne république soviétique avec des villages du Caucase et des plages de la mer Noire. La Géorgie est devenue un État de l’Union des États unis le 2 janvier 1788.

 

Les principales villes de la Géorgie sont : Atlanta, Augusta-Richmond Countyl, Savannah, Columbus, Athens-Clarke Countryl, Macon, Roswell, Albany, Tbilissi. La capitale, Tbilissi, est connue pour son architecture diversifiée et le labyrinthe de rues pavées de sa vieille ville.

 

New York

 

Il s’agit d’une colonie fondée par Peter Minnuit sur l’île de Manhattan en 1626. New York est devenue un État de l’Union le 26 juillet 1788.

 

Ses principales villes sont : Albany, New York, Buffalo, Rochester, Yonkers, Syracuse, New Rochelle, Mount Vernon, Schenectady, Utica. Les attractions comprennent des gratte-ciel comme l’Empire State Building et l’immense Central Park.

 

Le New Jersey

 

Tout comme la Caroline du Sud, c’est une colonie créée par des colons anglais en 1664. Le New Jersey est devenu un État de l’Union le 18 décembre 1787. C’est un État du nord-est des États-Unis qui compte environ 130 milles de côtes sur la côte atlantique.

 

Les principales villes sont : Trenton, Princeton, Newark, Jersey City, Paterson, Elizabeth, Edison, Woodbridge, Dover, Hamilton, Trenton, Camden.

 

La côte du New Jersey abrite d’importantes villes balnéaires telles que la ville historique d’Asbury Park et Cape May, qui est décorée de bâtiments victoriens préservés.

 

La Pennsylvanie

 

C’est une colonie créée en 1682. La Pennsylvanie, un État du nord-est des États-Unis, est l’une des 13 colonies qui ont donné naissance aux États-Unis. Elle est devenue État de l’Union le 12 décembre 1787.

 

Les principales villes sont : Harrisburg, Philadelphie (30 000 habitants au XVIIIe siècle), Pittsburgh, Allentown, Érié, Upper Darby, Reading, Scranton, Bethlehem. Philadelphie est la plus grande ville de l’État de Pennsylvanie.

 

 

 

 

Quels sont les États des États-Unis ?

Vous avez votre billet d’avion et votre Esta Etats-Unis. Prêts à vous lancer à l’assaut des States. Mais connaissez-vous les Etats-Unis ?

Les USA sont un pays marqué tant par sa diversité culturelle, linguistique et raciale ; que par sa constitution géographique. Ce pays d’Amérique du Nord est en réalité une mosaïque d’États fédérés où le multiculturalisme bat son plein.

 

Lorsqu’on se réfère à l’histoire des USA, avec des événements historiques tels que la colonisation et l’esclavage, on comprend mieux pourquoi ce pays est autant diversifié. L’histoire nous renseigne justement de la présence des populations autochtones qui ont connu l’arrivée des colonisateurs et des esclaves venus d’Afrique pour la plupart.

 

En effet, les Amérindiens sont considérés comme les autochtones des États-Unis. À partir du 17e siècle, le territoire américain a été colonisé par plusieurs puissances comme l’Espagne, la France, les Pays-Bas et surtout la grande Bretagne qui occupait la plus grande partie du territoire.

 

Mais, il faut rappeler que les explorations avaient déjà débuté bien avant. Tout commence bien évidemment avec la découverte de l’Amérique en 1492, par Christophe Colomb. Et il faudrait attendre le 4 juillet 1776 pour que les USA deviennent un État indépendant.

 

Après avoir fait ce petit rappel historique qui nous permet d’avoir une idée sur les principales causes de la diversité culturelle des USA, on reviendra tour à tour sur les différents États fédérés qui constituent ce pays. Et de manière globale sur ses races et ses langues les plus en vue.

 

Les États fédérés des États-Unis et leurs capitales

 

Les USA comptent une cinquantaine d’États fédérés. Ces États commencent à se constituer à partir de l’indépendance du pays. Lorsque les USA deviennent indépendants, on a 13 colonies ou provinces qui étaient jusqu’à cette date dirigées par la Grande-Bretagne.

 

C’est la raison pour laquelle le premier drapeau des USA avait 13 étoiles qui symbolisaient à juste titre ces États qui formaient le pays à cette époque-là. Mais progressivement, d’autres États se sont constitués jusqu’au point d’avoir de nos jours 50 États.

 

Ce sont d’ailleurs ces 50 États qui sont représentés sur l’actuel drapeau des USA. À cet effet, on citera par ordre alphabétique ces différents États fédérés et on ne manquera pas de donner leurs capitales respectives et leurs gouverneurs. Ces États sont les suivants :

 

Alabama : avec pour capitale Montgomery, l’État de l’Alabama a pour gouverneur Kay Ivey.

 

Alaska : la capitale est Juneau, apparaît comme le plus grand État des USA, avec une superficie de 1 481 354 Km2. Son gouverneur est nommé Bill Walker.

 

Arizona : Doug Ducey est le gouverneur de l’État d’Arizona. Sa capitale est Phoenix.

 

Arkansas : c’est Little Rock qui est la capitale de l’Arkansas. Avec une superficie de 134 857 Km2, il est dirigé par Asa Hutchinson.

 

Californie : Sacramento est la capitale de l’État de Californie. Très puissant économiquement, cet État qui a pour surnom Golden State est dirigé par Jerry Brown.

 

Caroline du Nord : Raleigh est la capitale de l’État de Caroline du Nord. Son gouverneur c’est Roy Cooper.

 

Caroline du Sud : la capitale Columbia. Avec une superficie de 77 984 Km2, cet État est gouverné par Henry McMaster.

 

Colorado : l’État du Colorado a pour capitale Denver. Son gouverneur c’est John Hickenlooper.

 

Connecticut : Dan Malloy est le gouverneur de Connecticut. C’est Hartford qui est sa capitale.

 

Dakota du Nord : l’État de Dakota du Nord a pour capitale Bismarck. Doug Burgum est le gouverneur de cet État qui a pour superficie 178 648 Km2.

 

Dakota du Sud : avec une superficie de 196 541 Km2, Dakota du Sud dont la capitale est Pierre, a pour gouverneur Dennis Daugaard.

 

Delaware : la capitale de Delaware c’est Dover. Sa superficie est de 5 060 Km2 et son gouverneur s’appelle John Carney.

 

Floride : Rick Scott est le gouverneur de la Floride. Sa capitale est Tallahassee.

 

Géorgie : avec pour capitale Atlanta, l’État de Géorgie a une superficie de 149 977 Km2. C’est Nathan Deal qui dirige cet État.

 

Hawaii : cet État dont la capitale est Honolulu est géré par David Ige.

 

Idaho : avec pour capitale Boise, cet État est dirigé par Butch Otter.

 

Illinois : sa capitale Springfield. Son gouverneur c’est Bruce Rauner.

 

Indiana : avec pour capitale Indianapolis, Indiana a une superficie de 92 895 Km2. Eric Holcomb est son gouverneur.

 

Iowa : Des Moines est sa capitale. Son gouverneur est Kim Reynolds.

 

Kansas : sa capitale est Topeka et son dirigeant est Jeff Colyer.

 

Kentucky : sa capitale c’est Frankfort et son gouverneur c’est Steven Beshear.

 

Louisiane : la capitale de cet État est Bâton-Rouge, John Bel Edwards est son gouverneur.

 

Maine : cet État est dirigé par Paul LePage et sa capitale est Augusta.

 

Maryland : sa capitale est Annapolis. Son Gouverneur : Larry Morgan.

 

Massachusetts : la capitale est Boston et son Gouverneur est Charlie Baker.

 

Michigan : sa capitale est Lansing. Cet État est sous la gouverne de Rick Snyder.

 

Minnesota : St. Paul est la capitale, avec à sa tête Mark Dayton.

 

Mississippi : sa capitale est Jackson et le gouverneur est Phil Bryant.

 

Missouri Jefferson City est la capitale de cet État. Son Gouverneur est Mike Parson.

 

Montana : la capitale est Helena. L’État de Montana est sous l’autorité de Steve Bullock.

 

Nebraska : la capitale : Lincoln. Son Gouverneur est Pete Ricketts.

 

Nevada : Carson City est la capitale de cet État. Le Gouverneur est Brian Sandoval.

 

New Hampshire : cet Etat est placé sous l’autorité du Gouverneur Maggie Hassan, sa capitale est Concord.

 

New Jersey : le Gouverneur de cet État est Phil Murphy et sa capitale Trenton.

 

Nouveau-Mexique : sa capitale est Santa Fe. Son Gouverneur est Susana Martinez.

 

New York : cet État test dirigé par Andrew Cuomo.

 

Ohio : sa capitale est Columbus, son gouverneur s’appelle John Kasich.

 

Oklahoma : sa capitale est Oklahoma City. L’Oklahoma est Mary Fallin.

 

Oregon : Salem est sa capitale et son gouverneur est Kate Brown.

 

Pennsylvanie : sa capitale est Harrisburg. Gouverneur : Tom Wolf.

 

Rhode Island : sa capitale est Providence. L’État est sous la gouverne de Gina Raimondo.

 

Tennessee : sa capitale est Nashville. Bill Haslam est le Gouverneur de cet État.

 

Texas : sa capitale est Austin. Gouverneur : Greg Abbott.

 

Utah : sa capitale : Salt Lake City. Le gouverneur est Gary Herbert.

 

Vermont : sa capitale est Montpelier. Cet État est dirigé par Phil Scott.

 

Virginie : sa capitale est Richmond. Gouverneur : Ralph Northam.

 

Washington : sa capitale est Olympia. Le Gouverneur de cet État est Jay Inslee.

 

Virginie occidentale : le Gouverneur s’appelle Jim Justice. Sa capitale est Charleston.

 

Wisconsin : le Gouverneur est Scott Walker. Sa capitale est Madison.

 

Wyoming : sa capitale est Cheyenne. Gouverneur : Matt Mead.

 

Les langues les plus parlées aux États-Unis

 

L’autre spécificité des USA repose sur sa diversité linguistique. Plusieurs langues sont parlées aux USA. On dénombre plus de 380 langues parlées dans tout le pays. La plus grande majorité de ces langues sont des langues indigènes.

 

Il est clair que l’anglais américain est la langue la plus parlée aux États-Unis. Les USA n’ont pas institué une langue officielle. Mais de façon naturelle, c’est l’anglais qui se pose comme la langue officielle dans le sens où, il est parlé par 95 % de la population.

 

Sans toutefois omettre de relever que c’est la langue utilisée par l’administration américaine. Et donc, c’est elle qui domine dans les documents légaux, administratifs et officiels du pays. Par exemple, 96,18 % de la population du Mississippi parle anglais.

 

95,05 % de la population en Alabama et 94,56 % des habitants de l’État du Vermont parlent anglais. Certains États comme la Californie (très connue pour sa puissance économique) n’ont pour seule langue l’anglais.

 

À côté de l’anglais, l’espagnol est aussi assez utilisé. C’est la deuxième langue la plus utilisée du pays. La langue espagnole est très implantée dans les États du Sud qui sont essentiellement hispanophones, c’est le cas des États tel que la Floride, etc.

 

Au-delà de cette prédominance de l’anglais et de l’espagnol dans certaines zones, on remarque aussi une forte présence des langues indigènes. On a par exemple la langue amérindienne qui était la langue de communication des autochtones d’Amérique du Nord.

 

Cette langue reste néanmoins présence dans la culture américaine d’aujourd’hui. Bien plus, on peut citer d’autres langues comme l’hawaïen, le chamorro, le vietnamien, la langue coréenne, la langue arabe, le russe, etc.

 

Les races présentes aux USA

 

Ces nombreuses langues sus-évoquées expliquent à juste titre les différentes races qui peuvent coexister dans sur le territoire américain. De manière générale, on a deux types de races qui s’affrontent constamment aux USA.

 

Il s’agit de la race blanche et de la race noire. Ce sont en réalité ces deux races qui prédominent aux USA. Mais elles ne sont pas les seules, il existe aussi d’autres races.

 

Le pays est donc constitué des Blancs ou des Caucasiens, des Noirs (les Afro-Américains), des Hispaniques ou des Latinos, des Amérindiens (les natifs de l’État d’Alaska prioritairement), les Asiatiques et les Océaniens (les natifs d’Hawaï par exemple). En plus, on ajoutera les races hybrides.

Quelles sont les 13 colonies américaines

Quelles sont les 13 colonies américaines

 

L’histoire des États-Unis est vieille de plusieurs siècles. C’est à la faveur du mercantilisme naissant du XVIe siècle que certains pays d’Europe se sont lancés dans la conquête des nouveaux espaces de vie. Cette aventure leur a permis de faire la découverte de nouvelles terres, et donc, de l’Amérique.

 

Berceau des civilisations amérindiennes (Aztèque, Incas, Toltèque, Maya, etc.), l’Amérique a connu la visite de plusieurs colons après Christophe Colomb. On entend par colonie, un territoire ou région contrôlé ou dominé par un autre plus puissant.

 

Elle est généralement considérée comme une « terre promise » favorisant l’expansion des colons. Les États-Unis ont longtemps été une colonie espagnole, puis britannique. Il s’agit au total de treize colonies qui forment aujourd’hui le pays de l’oncle SAM.

 

Les 13 colonies britanniques : présentation et histoire

 

C’est entre le XVIIe siècle et le XVIIIe siècle que les Anglais établissent environ 13 colonies de peuplement en Amérique du Nord. Un véritable empire colonial dont les colonies accèdent toutes à l’indépendance en 1783 et formèrent les États-Unis d’Amérique.

 

Origine des 13 colonies anglaises d’Amérique

 

Le passage des Anglais en Amérique a laissé des traces indélébiles. De ce fait, les 13 colonies furent des territoires sous domination de la grande Bretagne. C’étaient des colonies britanniques situées sur la côte atlantique de l’Amérique et établies au cours du XVIIe et du XVIIIe siècle.

 

En effet, pour étendre l’Empire britannique contre les premiers colons espagnols, la Reine d’Angleterre a établi des colonies en Amérique du Nord. C’est à partir du XVIIe siècle (environ un demi-siècle après l’Espagne et la France) que l’Angleterre se lance dans la conquête des territoires coloniaux en Amérique.

 

Il faut noter que chaque colonie a été fondée dans des circonstances différentes. La plupart ont été créées après s’être échappées de la persécution religieuse en Europe. D’autres par contre recherchaient manifestement de nouvelles opportunités et de meilleures conditions de vie.

 

Présentation des colonies américaines

 

Les territoires ou colonies anglaises qui constituent ce que l’histoire a surnommé 13 colonies britanniques américaines sont :

 

La Virginie (1607) : fondée par John Smith à Jamestown, c’est la première et la plus ancienne des 13 colonies britanniques. En 1584, la Reine d’Angleterre commandite une expédition en Amérique qui fait découvrir la région nommée Virginie. En décembre 1606, une centaine de colons quittent Londres pour la Virginie avec pour seule mission, conquérir cette dernière. C’est ainsi qu’en 1607, ces colons fondent la ville de Jamestown en honneur du Roi Jacques 1er. La Virginie devient avec l’aide des Amérindiens, une colonie britannique. Cette colonie est devenue un État de l’Union le 25 juin 1788.

 

La colonie de New York (1626) : colonisée par Peter Minnuit, l’ancienne Nouvelle-Hollande (la New Netherlands) a été achetée par ce dernier aux Indiens contre une bouchée de pain (environ 24 dollars). Manquant de ressources nécessaires, les Hollandais ont donc été chassés par les Anglais qui rebaptisèrent leur nouvelle colonie sous le nom de « New York ». Cette colonie est devenue un État de l’Union le 26 juillet 1788.

 

La colonie de Massachusetts (1630) : persécuté par l’Église anglaise, un petit groupe de puritains anglais, en quête de liberté religieuse, ambitionne de découvrir de nouvelles terres pour une meilleure vie. Au sein du « Mayflower », nom donné au bateau qu’ils avaient emprunté, ce dernier est dévié de sa trajectoire initiale et accoste le Cape Cod. C’est ainsi que ces puritains anglais sont arrivés à fonder la colonie du Massachusetts dont le nom indien renvoie au « Site des grandes collines ». Cette colonie est devenue un État de l’Union le 06 février 1788.

 

La colonie du Maryland (1633) : fuyant les persécutions religieuses, environ deux cents colons quittent l’Angleterre à la recherche d’un Nouveau Monde en raison de leur foi. Arrivés dans la baie de Chesapeake, à l’embouchure du Potomac, ces derniers fondent une colonie (le Maryland, sous influence de Cecil Calvert Baltimore), où ils instaurent une grande tolérance religieuse. Notons que ces colons étaient essentiellement constitués des catholiques et des protestants. Cette colonie est devenue un État de l’Union le 28 avril 1788.

 

La colonie du Rhode Island (1636) : fondé par le théologien Roger Williams à Providence, ce dernier s’est rendu à Londres pour se procurer la patente britannique afin de faire reconnaître l’existence de la nouvelle colonie appelée Rhode Island. Ce n’est qu’en mai 1776 que la colonie proclame son indépendance. Cette colonie est devenue un État de l’Union le 29 mai 1790.

 

La colonie du Connecticut (1636) : elle a été fondée par Thomas Hooker à Hartford. Attiré par la fertilité de cette colonie, le Pasteur Hooker en compagnie de tous ses fidèles paroissiens s’installe dans la vallée du Connecticut. Cette colonie est devenue un État de l’Union le 9 janvier 1788.

 

La colonie du New Hampshire (1638) : discuté parmi les autres colonies, le New Hampshire ne devient une colonie britannique qu’en 1638. Fondé par John Wheelwright, le nom donné à cette colonie vient du Comté de Hampshire en Angleterre. Cette colonie est devenue un État de l’Union le 21 juin 1788.

 

La colonie Delaware (1638) : Cette colonie est devenue un État de l’Union le 7 décembre 1787.

 

La colonie de la Caroline du Nord (1653) : elle a été fondée par les colons virginiens. En effet, ce sont les pionniers anglais, en provenance de la Virginie qui ont colonisé la Caroline du Nord. Cette colonie est devenue un État de l’Union le 21 novembre 1789.

 

La colonie de la Caroline du Sud (1663) : la Caroline du Sud a été fondée par des colons anglais. Cette colonie est devenue un État de l’Union le 23 mai 1788.

 

La colonie du New Jersey (1664) : fondée par les Anglais, cette colonie est devenue quant à elle un État de l’Union le 18 décembre 1787.

 

La colonie de la Pennsylvanie (1682) : fondée également par les colons anglais, la colonie de la Pennsylvanie est devenue un État de l’Union le 12 décembre 1787.

 

Et enfin la colonie de la Géorgie (1732) : elle a été fondée par James Oglethorpe. Cette colonie est devenue un État de l’Union le 2 janvier 1788.

 

Comment des colonies britanniques américaines ont-elles été créées ?

 

En ce qui concerne la composition ethnique des 13 colonies anglaises, la Nouvelle-Angleterre était quasi Anglaise. Dans les colonies du Sud, les Anglais étaient les plus nombreux des colons européens tandis que dans les colonies moyennes, la population était plutôt métissée. Toutefois, avec une majorité de colons anglais. Il faut noter que chaque colonie a une histoire propre sur la façon dont elle a été fondée.

 

La plupart des colonies ont été fondées par des chefs religieux ou des groupes en quête de liberté religieuse (la Pennsylvanie, le Massachusetts, le Maryland, le Rhode Island et le Connecticut). D’autres par contre, ont été fondées dans l’espoir exclusif de créer de nouvelles richesses, de nouvelles opportunités commerciales ainsi que de nouveaux bénéfices pour les investisseurs potentiels.

 

Les raisons de l’établissement des colonies britanniques

 

L’une des raisons pour laquelle la Reine d’Angleterre désirait établir les colonies dans les Amériques est son souhait de développer l’Empire britannique et celui de contrer les Espagnols. Les Anglais espéraient trouver de nouvelles richesses, créer de nouveaux emplois et établir des ports de commerce tout le long de la côte américaine.

 

La révolution américaine et l’indépendance des États-Unis

 

De nombreux événements conduisirent à la révolution américaine. La rivalité coloniale entre la France et l’Angleterre (guerre de Sept Ans 17) a été l’un des facteurs déterminants. Dans le souci de dépouiller la France de ses colonies (Canada et Acadie), l’Angleterre a dû contracter des dettes colossales. Pour les rembourser, elle fit payer ce lourd tribut à ses colonies américaines.

 

De plus, l’Acte de Québec de 1774 portant sur les territoires de la nouvelle France vient une fois de plus mettre la discorde entre les colons britanniques qui n’approuvaient pas le contenu de l’acte. L’indignation et la colère grandissaient dans le territoire colonial, notamment dans la colonie de la Nouvelle-Angleterre.

 

Deux camps se forment, d’un côté, les loyalistes (rattachés aux colons) et de l’autre, les patriotes (ceux qui prônent l’autonomie). L’insurrection débutera en juin 1775 et la guerre d’indépendance dura jusqu’en 1783. Le traité de Paris et le traité de Versailles de 1783 reconnaissent l’indépendance des 13 colonies sous la dénomination d’États-Unis d’Amérique, et plus tard, la constitution des États-Unis en 1787.

 

 

Pourquoi y a-t-il 50 étoiles sur le drapeau américain ?

Pourquoi y a-t-il 50 étoiles sur le drapeau américain ?

Pourquoi y a-t-il 50 étoiles sur le drapeau américain ?

Le drapeau américain encore appelé « The Star-Spangled Banner » qui veut dire la « bannière étoilée » ou encore « Stars and Strips » qui signifie « étoiles et bandes », est un drapeau de taille unique, soit une hauteur de 10 unités et une largeur de 19 unités.

 

Le drapeau est l’un des éléments d’armoiries des Etats souverains. Chaque pays à un drapeau qui lui est spécifique. Toutefois, la complexité des différents signes du drapeau national américain fait sa particularité, car comptant parmi les drapeaux nationaux les plus significatifs.

 

L’origine de cet emblème américain suscite plusieurs interrogations, particulièrement celles relatives aux nombres d’étoiles représentés sur le canton du drapeau. Retenons que tous les drapeaux ont leur histoire.

 

Les différentes versions du drapeau américain

 

Le drapeau américain a connu de multiples changements depuis sa création. Elle a connu environ 27 versions différentes jusqu’à nos jours. Ceci est fonction du nombre d’États au sein de l’Union ou fédération.

 

La première version du drapeau américain (1777-1795)

 

La première version du drapeau américain a vu le jour un an après la déclaration des indépendances. À l’origine, le canton de ce drapeau ne contenait que 13 étoiles alignées sous forme circulaire et 13 bandes horizontales de couleur rouge et blanc. Ces dernières représentaient les 13 colonies britanniques devenues indépendantes.

 

La seconde version du drapeau américain (mai 1795)

 

Avec l’intégration dans l’Union, l’État du Vermont le 4 mars 1791 et Kentucky le 1er juin 1792, le nouveau drapeau des États-Unis a 15 étoiles et 15 bandes de couleur rouge et blanc.

 

Les autres versions du drapeau américain (1818-1960)

 

Suivi d’une autre modification après la seconde version, le drapeau américain est revenu à 13 étoiles. On passe ensuite à 20 étoiles suite à l’intégration dans l’Union des pays tels le Tennessy (juin 1796), l’Ohio (mars 1803), la Louisiane (1812), l’Indiana (1816), et le Mississippi (1817).

 

Le 4 juillet 1819, le drapeau américain comprend 13 bandes et 21 étoiles avec l’intégration dans l’Union de l’Illinois en décembre 1818.

 

Le 4 juillet 1820, le drapeau américain comprend 13 bandes et 23 étoiles avec l’intégration dans l’Union de l’Alabama en décembre 1819 et du Maine en mars 1820

 

Le 4 juillet 1822, le drapeau américain comprend 13 bandes et 24 étoiles avec l’intégration dans l’Union du Missouri en août 1821.

 

Le 4 juillet 1836, le drapeau américain comprend 13 bandes et 25 étoiles avec l’intégration dans l’Union de l’Arkansas en juin 1836.

 

Le 4 juillet 1837, le drapeau américain comprend 13 bandes et 26 étoiles avec l’intégration dans l’Union du Michigan en janvier 1837.

 

Le 4 juillet 1845, le drapeau américain comprend 13 bandes et 27 étoiles avec l’intégration dans l’Union de la Floride en mars 1845.

 

Le 4 juillet 1846, le drapeau américain comprend 13 bandes et 28 étoiles avec l’intégration dans l’Union du Texas en décembre 1845.

 

Un an plus tard, c’est-à-dire le 4 juillet 1847, le drapeau américain comprend 13 bandes et 29 étoiles avec l’intégration dans l’Union de l’Iowa en décembre 1846.

 

Le 4 juillet 1848, le drapeau américain comprend 13 bandes et 30 étoiles avec l’intégration dans l’Union du Wisconsin en mai 1848.

 

Le 4 juillet 1851, le drapeau américain comprend 13 bandes et 31 étoiles, ceci à la suite de l’intégration dans l’Union de la Californie en septembre 1850.

 

Le 4 juillet 1858, le drapeau américain comprend 13 bandes et 32 étoiles suite à l’intégration dans l’Union du Minnesota en mai 1858.

 

Le 4 juillet 1859, le drapeau américain comprend 13 bandes et 33 étoiles du fait de l’intégration dans l’Union l’Oregon en février 1859.

 

Le 4 juillet 1861, le drapeau américain comprend 13 bandes et 34 étoiles suite à l’intégration dans l’Union du Kansas en janvier 1861.

 

Le 4 juillet 1863, le drapeau américain comprend 13 bandes et 35 étoiles suite à l’intégration dans l’Union de la Virginie-Occidentale en juin 1863.

 

Le 4 juillet 1865, le drapeau américain comprend 13 bandes et 36 étoiles suite à l’intégration dans l’Union du Nevada en octobre 1864.

 

Le 4 juillet 1867, le drapeau américain comprend 13 bandes et 37 étoiles suite à l’intégration dans l’Union du Nebraska en mars 1867.

 

Le 4 juillet 1877, le drapeau américain comprend 13 bandes et 38 étoiles suite à l’intégration dans l’Union du Colorado en août 1876.

 

Le 4 juillet 1890, le drapeau américain comprend 13 bandes et 43 étoiles suite à l’intégration dans l’Union du Dakota du Nord, Dakota du Sud, du Montana, de Washington en novembre 1889 ; et de l’Idaho en juillet 1890.

 

Le 4 juillet 1891, le drapeau américain comprend 13 bandes et 44 étoiles suite à l’intégration dans l’Union du Wyoming en juillet 1890.

 

Le 4 juillet 1896, le drapeau américain comprend 13 bandes et 45 étoiles suite à l’intégration dans l’Union de l’Utah en janvier 1896.

 

Le 4 juillet 1908, le drapeau américain comprend 13 bandes et 46 étoiles suite à l’intégration dans l’Union de l’Oklahoma en novembre 1907.

 

Le 4 juillet 1912, le drapeau américain comprend 13 bandes et 48 étoiles suite à l’intégration dans l’Union du Nouveau-Mexique en janvier 1912 et de l’Arizona en février de la même année.

 

Le 4 juillet 1959, le drapeau américain comprend 13 bandes et 49 étoiles suite à l’intégration dans l’Union de l’Alaska en janvier 1959.

 

Le 4 juillet 1960, le drapeau américain comprend 13 bandes et 50 étoiles du fait de l’intégration dans l’Union d’Hawaï en août 1959. C’est la version actuelle !

 

Drapeau des États-Unis : informations sur les signes et symboles

 

Depuis le 4 juillet 1818, les étoiles sont ajoutées au drapeau américain au fur et à mesure que l’union intègre de nouveaux États membres. Ce qui modifie à chaque fois la version du drapeau. L’actuelle version de cette pièce d’étoffe de tissu floqué aux couleurs savamment choisies comprend 13 bandes et 50 étoiles.

 

À quoi renvoient les 13 bandes sur le drapeau américain

 

Le drapeau officiel des États-Unis d’Amérique est constitué de 07 bandes rouges et de 06 bandes blanches. Ces bandes font un total de 13 bandes, représentent les treize colonies ou États fondateurs qui se sont unis à l’origine pour former les États-Unis. C’était en effet des colonies britanniques d’Amérique qui ont pris leur indépendance entre 1787 et 1788, pour devenir « États-Unis » et faire flotter leur drapeau.

 

Ces colonies étaient les suivantes : la Virginie (1607), les colonies de New York (1626), Massachusetts (1630), Maryland (1633), Rhode Island (1636), du Connecticut (1636), du New Hampshire (1638), Delaware (1638), les colonies de la Caroline du Nord (1653), celles de la Caroline du Sud (1663), les colonies du New Jersey (1664), les colonies de la Pennsylvanie (1682) et celles de la Géorgie (1732).

 

À quoi renvoient les 50 étoiles blanches ?

 

Sur le côté supérieur gauche du drapeau confédéré américain se trouve un canton de couleur bleue comprenant 50 étoiles de couleur blanches. La hauteur de ce canton correspond à la hauteur des 7 premières bandes du drapeau. En ce qui concerne la disposition de ces étoiles sur le canton, les 50 étoiles sont disposées sur 09 rangées horizontales de 05 ou 06 étoiles en alternance de couleur rouge et blanc. Il y a 05 rangées de 06 étoiles et 04 rangées de 05 étoiles chacune.

 

Les 50 étoiles représentent tous les États membres de l’United State of America (USA) parmi lesquels, les treize États du Nord qui ont fait la guerre d’indépendance. Le drapeau tricolore américain affiche trois couleurs : bleu, blanc, rouge. Les mêmes couleurs du drapeau de la France.

 

Signification des couleurs du drapeau américain

 

En ce qui concerne la signification des couleurs et des symboles, le président Georges Washington affirmait que « nous prenons les étoiles du ciel, le rouge de notre pays d’origine (l’Angleterre), avec des bandes blanches en guise de séparation montrant ainsi que nous nous sommes séparés d’elle, et les bandes blanches passeront à la postérité comme symbole de liberté »

 

La bande blanche signifie donc la pureté et l’innocence, le rouge renvoie à la bravoure et la valeur et le bleu qui signifie l’espoir, la persévérance et la justice.

 

Certains nouveaux États candidatent encore pour devenir le 51e État de l’Union. C’est le cas par exemple de Washington DC ou de Porto-Rico. Il faut noter que des drapeaux qui anticipent déjà sur cette possibilité d’union circulent déjà au sein du pays.

 

Envie de partir aux USA ? Pensez à votre ESTA Etats-Unis