Les meilleurs retraits de montagnes au Colorado

Quand l’hiver arrive dans l’hémisphère nord, la plupart des gens sont confrontés avec deux alternatives pour leur vacances : ou accepter le froid ou fuir quelque part au sud à la recherche de la chaleur. En ce moment, par contre, beaucoup de destinations d’hiver – avec le charme et le confort des stations de ski – ont persuadés les touristes, qui ont choisi de passer leur vacances d’hiver dans les montagnes glacé au lieu d’aller à la plage. Les options sont nombreuses et répondent aux attentes de tout le monde, skieurs et autres.

Demandez votre autorisation de voyage ESTA et recevez-la par email.

Aux États-Unis, l’état de Colorado est une destination très rechercher entre les amoureux de la montagne. La géographie de l’état est marqué par les Rocky Mountains, ou les Rockies – une vaste chaîne de montagnes qui traverse les États-Unis et le Canada. Au Colorado, le terrain est très robuste et a beaucoup de précipitation pendant l’hiver, ce qui fait que c’est un endroit très agréable pour les sports d’hiver. Parmi les nombreuses montagnes et stations de ski Aspen, Snowmass, Vail Mountain, Breckenridge, Keystone, Telluride et Steamboat sont les plus renommés. Dans tous cela, au pied des montagnes, vous pouvez encore trouvez une variété de restaurants de classe mondial, des bars, des boîtes de nuit, des boutiques de luxe, des spas, des centres récréatifs pour les enfants et des écoles de ski. Bien qu’étant près de la capital Denver, chacune de ces montagnes a ces particularités – un autre trait qui fait que le Colorado soit une retraite de montagne tellement convoité.

Voici un récapitulatif des meilleurs montagnes au Colorado:

Vail Mountain

Au cœur des Rocky Mountains, Vail Mountain est la plus grande station de ski aux États-Unis, avec 193 pentes et des nouveautés allant de restaurants gourmet à une gondola spectaculaire. À part les aficionados, la ville accueille des célébrités de partout dans le monde qui viennent pour jouir des restaurants, des boîtes de nuits et des boutiques. C’est une destination d’hiver très polyvalente et c’est idéal pour des visiteurs de profiles très variés, avec l’infrastructure pour satisfaire aux enfants, aux personnes âgées, aux skieurs débutants et même aux athlètes professionnels. Les activités principales sont le ski, le snowboard, le tube entre autres. Dans une superficie de 21.4 km², il y a des pistes pour tous niveaux avec l’option pour des circuits plus radicaux. Pendant l’hiver la température peut atteindre moins 20 degrés, donc vous devrez êtres préparé. Et aussi en haute saison, des hôtels et des stations offre des spas de luxe, idéales pour détendre vos muscles après une journée intense d’activités.

Vérifiez si vous êtes admissible pour le Programme d’exemption de visa.

Aspen

La station de ski d’Aspen est une des destinations les plus traditionnels pour ce qui recherche des « vacances de neige ». Aspen est une ville avec une population de 7.000 personnes, qui retient le charme Victorien et une ambiance de western. Avec une altitude de 2.500 mètres, la ville a plein d’histoire et de culture, ainsi que des boutiques internationales de luxe, des galeries d’art et plus de 100 cafés confortables, de restaurants, de bars, de pubs et de boîtes de nuit. Cette ville de montagne accueil aussi annuellement le Aspen Music Festival and School pendant l’été.

Snowmass

Situé à côté du village qui a le même nom, le Snowmass fait parti de la station de ski de Aspen/Snowmass qui a 237 km de pentes. Les montagnes sont pour tous les âges et sont idéales pour des vacances en famille, avec du ski et du snowboard, des parcs de neige, et même des demi-tuyaux. La station de ski a une variété d’accommodations, parmi des condominiums et des stations de luxe. Le sommet de la montagne est à 3.800 mètres et a le téléski verticale le plus hauts des États-Unis.

Keystone

Keystone est connu pour fournir l’expérience unique de faire du ski la nuit, avec 17 pentes illuminés qui ferment seulement à 20h ce qui permets 12 heures d’activités chaque journée. La montagne est situé au cœur des Rocky Mountains et la station offre 3.100 acres pour faire du ski, 20 téléskis et trois sommets. À Keystone, vous pouvez choisir de profiter de faire du ski, du snowboard, du ski de fond, du patinage sur glace, de la raquette, des tours en gondole, de la luge, du cyclisme et de la motoneige. En plus, un spa de qualité international assure de la détente après une journée amusante.

Voir aussi: Les plus belles plages des États-Unis

Telluride

Telluride fait parti des San Juan Mountains au Colorado, niché dans un canyon creusé par des glaciers. La ville est reconnu internationalement comme une des top destinations pour faire du ski, parce qu’elle fourni un atmosphère conviviale ainsi que des conditions idéales pour pratiqué des sports d’hiver à tous les niveaux. Il y a 127 pentes de ski et deux villages de montagne connectés dans une zone approximé 647 km². Un élément clé de Telluride est le Helitrax – une opération de ski assisté par un hélicoptère.

Steamboat

Situé sur les rives de la rivière Yampa au Colorado et actif pendant plus de 100 ans, le Steamboat hospitalier reste une des stations de ski les plus modernes des États-Unis. Avec 165 pentes, des téléfériques et des machines de neige à la fine pointe. La grande diversité des zones de ski nous permets faire du ski de fond, des bosses et même du ski extreme, tous dans plus de mille acres.

Breckenridge

Considéré comme une des stations de ski les plus populaires du Colorado, Breckenridge offre du ski et du snowboard à environs 3.000 mètres d’altitude. Il y a quatre montagnes qui s’appellent 7, 8, 9 et 10. Le Peak 7 a les pistes les plus avancés ; le 8 couvre presque la moitié du terrain entier de la station, avec des pistes intermédiaires et avancés ; et Peak 9 offre des pistes plus faciles, idéales pour des débutants et des skieurs de niveaux intermédiaires. Finalement, peak 10 a beaucoup de pistes difficiles pour des skieurs plus expérimentés.

Le parc national des Séquoias

Il n’y a pas de pénurie de parcs nationaux, de paysages incroyables et d’une riche flore et faune à travers les États-Unis. Pourtant, parmi toutes les caractéristiques naturelles que le pays a à offrir, l’un des arbres les plus uniques et impressionnants est peut-être le séquoia géant. Bien que la plupart des voyageurs ne viennent pas aux États-Unis pour voir cette magnifique espèce, si vous êtes en Californie ou vous prévoyez un voyage dans le sud-ouest, assurez-vous d’inclure le parc national des Séquoias dans votre itinéraire.

Postulez en ligne et obtenez votre autorisation ESTA par email.

L’arbre Sequoia: une oeuvre de la nature

Le Séquoia a trois genres de la famille des Cupressaceae (certains auteurs peuvent encore le traiter comme appartenant à la famille des Taxodiaceae, mais la classification a changé après d’autres études phylogénétiques). Le nom Séquoia a été donné en l’honneur d’un grand chef de la tribu amérindienne Cherokee, dont le nom était Sequoyah.

Le Séquoia sempervirens est populairement appelé séquoia à feuilles persistantes ou séquoia côtier et atteint plus de 90 mètres de hauteur, ce qui est à peu près la même hauteur qu’un bâtiment de 30 étages. Habituellement, les branches inférieures sont à 45 mètres du sol et son tronc peut atteindre 3 mètres de diamètre. La coloration de cet arbre peut varier entre brun rougeâtre et brun cannelle, son écorce peut avoir une moyenne de 15 à 30 cm et des rainures profondes. Ces dernières années, cette espèce a été plantée dans différentes régions du monde à des fins ornementales. En août 2006, un spécimen de séquoia de la côte a été découvert à San Francisco et a été surnommé Hyperion, maintenant le plus grand arbre du monde mesurant environ 115 mètres (~ 380 pieds).

Verifiez ici si votre passeport est admissible à l’autorisation ESTA.

Pendant ce temps, la famille Sequoiadendron – dans laquelle il n’y a qu’une seule espèce, le Sequoiadendron giganteum – est connue sous le nom de «séquoia géant» et est considérée comme le plus grand arbre du monde en termes de volume. C’est l’une des plus grandes espèces d’arbres connues sur Terre, la plus ancienne date d’environ 4 650 ans et se trouve en Californie. Cette espèce présente un tronc épais et fibreux dans la base et sa couleur est rougeâtre; ses sillons peuvent atteindre 60 cm d’épaisseur et servent souvent de protection contre le feu.

Enfin, il existe un troisième genre en Chine, le séquoia du genre Metasequoia, qui possède une espèce vivante unique, Metasequoia glyptostroboides. Cette espèce est caractérisée par ses branches feuillues qui changent de couleur selon la saison: claire au printemps, bleue en été, jaune en automne et rouge en hiver. Généralement, ce type particulier de séquoia est utilisé à la fois dans le boisement et l’ornementation et il est également considéré comme un fossile vivant puisqu’il peut atteindre 60 mètres de hauteur tout en résistant aux vents froids et glacials. Ceux-ci sont polyvalents et s’adaptent à tout type de sol à condition qu’ils soient bien drainés.

Le parc national des Séquoias

Célèbre pour ses arbres qui mesurent 80 mètres de hauteur, le parc national des Séquoias aux États-Unis attire plus de 1,5 million de visiteurs par an. Le parc est situé dans la chaîne de montagnes de la Sierra Nevada, en Californie et son attraction principale est le général Sherman, le plus grand séquoia géant au monde en ce qui concerne le volume. L’arbre mesure 83 mètres de hauteur et présente un tronc de 33 m de circonférence à la base; même à 36 mètres de hauteur, le tronc mesure encore 5 m de diamètre.

Le tronc du général Sherman pèse 1 400 tonnes, soit l’équivalent de 15 baleines adultes ou de 25 chars de guerre. Afin d’avoir un aperçu de ce géant, vous devriez suivre une piste pavée qui serpente à travers d’autres arbres gigantesques. En plus de ces « gratte-ciels naturels », la région compte également 200 grottes de marbre qui attirent les touristes pour leurs ruisseaux souterrains et leur architecture interne parsemée de stalactites et de stalagmites. Après avoir exploré à la fois sous et sur terre, une visite au Musée de la Forêt Géante – un musée qui raconte l’histoire de la célèbre forêt qui abrite les séquoias – en vaut la peine. Si cela ne suffisait pas pour une journée, une autre attraction digne d’intérêt est un tunnel de 2,4 m d’extension et 5,2 m de largeur qui passe à l’intérieur d’un séquoia qui est tombé en 1937 par des causes naturelles. On croit que l’arbre avait environ 2000 ans lorsqu’il est finalement tombé au sol.

Créé en 1980, le parc national des Séquoias est le deuxième parc national plus ancien des États-Unis. En plus des arbres géants, il détient un autre record: dans la même région se trouve le mont Whitney, considéré comme le sommet le plus haut des États-Unis continentaux, à 4 417 m d’altitude.

Voir aussi: Le paradis retrouvé – le top 5 des choses à faire à Hawaï

Le paradis retrouvé – le top 5 des choses à faire à Hawaï

Hawaï, le nom de l’État américain constitué uniquement d’îles est devenu synonyme de «paradis» : son climat chaud, son littoral étendu et pittoresque et ses volcans actifs en ont fait un endroit de rêve pour le tourisme, le sport et la recherche.

Postulez en ligne et obtenez votre autorisation ESTA par email.

 

Voici 5 choses à ne pas manquer:

Visitez les îles

Hawaï est aussi l’archipel peuplé le plus éloigné. Il y a 8 îles principales, dont 6 peuvent être visitées. Du magma chaud du parc national des volcans d’Hawaï aux sommets enneigés de Mauna Kea sur la ‘Grande Ile’ éponyme d’Hawaï, à Maui, ‘l’île aux vallées’, qui attire avec ses plages pittoresques et ses baleines à bosse, et Oahu, ‘le lieu de rassemblement’, avec son mélange unique de cultures de grandes villes et de petites villes de surf. Puis continuez vers Kauai, ‘l’île aux jardins’, qui enchante avec des forêts tropicales, des cascades et des rivières, jusqu’à Molokai – ‘l’île conviviale’, où le style de vie natif hawaïen continue à prospérer et Lanai, ‘l’île aux ananas’, connue pour ses eaux cristallines et luxueuses. Niihau.  ‘L’île interdite’ et Kahoolawe, ‘l’île de la cible’, sont les deux autres des grands 8 hawaïens.

 

Visitez le volcan Kilauea

Une fois sur la Grande Ile, vous ne résisterez pas à la tentation de faire face à un volcan actif et de regarder les forces primitives de la nature à l’œuvre – Kilauea s’étend sur des dizaines de kilomètres, a compté plus de 50 éruptions au 20ème siècle et a même ajouté de nouveaux territoires à la Grande Ile avec sa lave en éruption lente. Vous pouvez faire une promenade de 20 km autour de Kilauea Caldera avec une voiture de location, vous pouvez rester dans l’hôtel du parc, naturellement appelé la Maison du Volcan ou vous sentir comme à la maison dans l’une des auberges. Pour une expérience plus proche de la nature, choisissez l’un des 2 campings publics et restez jusqu’à 7 jours. Et si vous avez des questions sur la région, n’hésitez pas à demander aux gardes du parc, ils sont prêts à tout.

Verifiez ici si votre passeport est admissible à l’autorisation ESTA.

 

Faites du sport

Les côtes paradisiaques d’Hawaï et le climat tropical l’ont transformé en une capitale mondiale des sports nautiques. Le surf est naturellement le sport le plus populaire de l’état car c’est là que le sport est né. Les débutants peuvent profiter d’une leçon sur la plage de Waikiki et s’aventurer sur les côtes abruptes nord et ouest une fois qu’ils ont avancé. Les pentes de Hookipa Beach sont la Mecque des champions de surf. Le kayak, un sport adapté à tous les âges, vous permet de vivre de près l’océan et les petites îles côtières tandis que la planche de paddle met tout votre corps au travail: bras pour pagayer, torse pour se tenir debout et jambes pour équilibrer. Grottes, gorges et reliefs de lave vous invitent à faire de la plongée toute l’année, notamment à Lanai, le cratère sous-marin de Molokini ou Oahu et Kauai qui offrent d’incroyables paysages sous-marins. Vous pouvez aller pêcher le thon et l’espadon sur la côte Kona de la Grande Ile ou rester sur terre et faire de la randonnée autour de la plage immaculée de Makalawena ou autour de la lave qui coule dans le parc national du Volcan d’Hawaï.

 

Visitez la Vallée des Temples

Ce parc unique a été créé en 1968 pour célébrer le 100e anniversaire du premier Japonais immigré à Hawaii. Il s’agit d’une réplique exquise à petite échelle du temple bouddhiste millénaire Byodo-In d’Uji qui respire la paix harmonieuse. N’oubliez pas de sonner la cloche de la paix avant d’entrer et de retirer vos chaussures devant le temple. Ce parc unique situé au pied de la chaîne de Koolau à Oahu vous accueillera avec ses paysages luxuriants, ses paons sauvages et ses carpes japonaises. Vous pouvez reprendre votre souffle autour du grand étang réfléchissant, des niches de méditation et des petites cascades. Pour voir la statue de Bouddha assis de 3m de haut, de 8h30 à 16h30 pour les frais symboliques de 2 $ par adulte et de 1 $ par enfant de plus de 12 ans. Vous serez transporté dans un nouveau pays en un clin d’œil.

Voir aussi: Les régions les plus chaudes des États-Unis

 

Excursion à Mauna Kea

Mauna Kea — l’un des cinq volcans qui forment aujourd’hui la Grande Ile d’Hawaï reste dormant et parfois même recouvert de neige à 4207 m d’altitude. En fait, c’est de là que vient son nom qui signifie «Montagne Blanche» et mesuré à partir de sa base sous-marine, elle bat même les plus hautes montagnes de la Terre. C’est un lieu sacré pour les autochtones, abritant aussi les télescopes les plus puissants du monde. Heureusement, ce volcan contant un millions d’ans est également accessible en voiture, mais assurez-vous qu’il s’agit d’un vrai 4×4 si vous voulez aller au-delà de la station d’information des visiteurs, car le terrain est assez raide et accidenté. Si vous voulez aller très haut, assurez-vous de vérifier les conditions météorologiques et gardez un œil sur l’air amincissant à mesure que vous montez pour profiter du cadre incroyable.

Checklist Voyage USA: tout savoir pour un voyage parfait aux Etats-Unis

Vous êtes enfin prêts pour votre premier grand voyage aux États-Unis, vous avez fait votre « checklist voyage USA », longuement étudié la meilleur façon de vous préparer pour cette aventure d’une vie et déjà pensé à tout ce qu’il faudra amener avec vous dans vos bagage.

Mais avez-vous vraiment pensé à tout? Savez-vous vraiment ce que vous devez ou pouvez emporter avec vous aux États-Unis? Une fois sur place, ne sera-t-il pas trop tard pour y penser?

Pas de panique, ESTA Formulaire est là pour vous aider!

Pour que vous passiez un voyage de rêve aux USA, que ce soit en mode routard ou en road trip, nous avons compilé ici tous nos meilleurs conseils et astuces qui vous permettront de voyager avec une sécurité, un confort et un plaisir maximum!

Nous mettrons régulièrement à jour cette checklist des essentiels pour un voyage parfait aux USA, n’hésitez pas à revenir la consulter avant chaque voyage aux États-Unis. Bonne lecture, et bon voyage!

    1. Checklist Passeport, ESTA, et Documents importants pour votre voyage aux USA

    2. Checklist Assurance de transport et Médicales pour les USA

    3. Checklist Moyens de paiement, Retraits, Pratiques et Astuces

    4. Checklist Essentiels pour voyager confortablement aux États-Unis

 

Checklist Voyage USA – ARRIVée Aux USA

Pour les lecteurs pressés, vous pouvez aussi lire nos 11 meilleurs conseils pour préparer votre arrivée aux USA:

Envisagez-vous de visiter les États-Unis? Voici 11 conseils pour votre voyage.

Checklist Voyage USA: Passeport, ESTA, et documents importants pour votre voyage aux USA

Passeport, ESTA, et documents importants pour votre voyage aux USA

Retour à la liste Checklist Voyage USA

  • Soyez certain que votre passeport est prêt pour un voyage aux États-Unis?

C’est une évidence, sans passeport valide, pas de voyage aux USA! Cependant il y a nombre de petits détails importants à savoir avant de partir la fleur au fusil au pays de l’Oncle Sam.

Tout d’abord, vous devez vous assurer que votre passeport est valide, et en premier lieu vérifier que la date d’expiration est suffisamment éloignée pour ne pas avoir de problème avant, pendant et au retour de votre voyage aux États-Unis.

Avec les nouvelles directives édictées par le gouvernement fédéral américain et les restrictions toujours plus sévères pour limiter les entrées suspectes notamment en raison des événements terroristes récents, il est fortement préconisé d’utiliser un passeport dont la date de validité n’expire pas avant 6 mois après votre retour.

Évitez aussi de présenter un passeport en mauvais état, il ne doit bien sûr comporter aucune rature, page abîmée ou déchirée. Soyez certain que toutes les informations sont correctes et à jour (nom, adresse, etc.). Si vous voyagez beaucoup, assurez-vous qu’il reste assez de place aux agents de l’Immigration pour apposer leurs tampons et autres documents potentiels.

Checklist Voyage USA – Passeport USA

Pour rappel, il est désormais obligatoire de posséder un passeport électronique ou biométrique! Pour savoir si votre passeport répond aux dernières exigences du gouvernement américain, vous pouvez consulter notre page d’aide (avec vidéo):

Quel type de passeport est valable pour obtenir l’ESTA?

En cas de doute, il peut être judicieux de faire refaire votre passeport, une démarche rapide et gratuite (hors timbre fiscal) qui peut vous éviter beaucoup de problèmes!

  • Obtenez, imprimez et conservez votre Autorisation de voyage ESTA

Outre le passeport, le document le plus important dont vous avez besoin pour voyager aux USA est l’autorisation de voyage électronique ESTA (Electronic System for Travel Authorization).

L’ESTA vous permet de voyager aux États-Unis avec le Programme d’Exemption de Visa (Visa Waiver Program) pour plusieurs séjours dans une même année calendaire sous les conditions principales suivantes:

  • Nombre de séjours illimité, mais de 90 jours maximum par séjour
  • 180 jours de séjour cumulé par année calendaire
  • Autorisation valable 2 ans
  • Passeport valide

Pour plus d’info sur le Programme d’Exemption de Visa (Visa Waiver Program), consultez notre article:

Visa Waiver Program

L’ESTA est un système très bien rodé, rapide et efficace, et l’autorisation de voyage peut être obtenue en quelques minutes seulement (obligatoirement via internet).

Pour obtenir votre autorisation de voyage électronique ESTA, et connaître les détails des conditions requises, vous pouvez consulter notre page d’Aide sur l’ESTA, ou directement faire votre demande d’ESTA en ligne.

Une fois votre demande approuvée, vous recevrez par e-mail votre autorisation de voyage avec la mention « Autorisation Approuvée ». Vous n’êtes pas obligé d’imprimer l’autorisation ESTA, cependant nous vous conseillons de le faire malgré tout afin de conserver une trace écrite avec vous pour parer à toute éventualité.

Checklist Voyage USA – Aide & FAQ ESTA

AIDE

  • Préparez, rangez et conservez vos documents de voyage

Bien que de nombreux documents de voyage soient dématérialisés sur internet, il est fortement conseillé de conserver une copie imprimée de tous vos documents de voyage, en particulier ceux dont vous aurez besoin pour le voyage en avion et la location de véhicules.

En effet, sur place vous pouvez rencontrer des problèmes inopinés de connexion à internet, soit dans une “zone blanche” pour votre opérateur mobile, soit parce que votre forfait d’itinérance n’est pas adapté, soit à cause de l’absence de points de connexion (hôtels, cybercafés) ou du prix de connexion via ces derniers.

Même si vous n’imprimez pas vos documents, vous pouvez aussi au minimum conserver des “impressions d’écran” de tous vos billets et documents sur votre téléphone ou ordinateur portable, mais cela peut aussi se révéler problématique au moment où vous en aurez besoin.

  • Créez une liste de contacts en cas d’urgence

Le meilleur moyen d’éviter des problèmes, c’est encore de parer à toute éventualité. C’est pourquoi nous vous conseillons de préparer une liste de contacts d’urgence avec tous les noms et informations de contact des personnes importantes qui peuvent vous aider en cas de besoin.

Cela inclut votre famille bien sûr, des amis proches sur lesquels vous pouvez compter et qui sont au courant de votre voyage, mais aussi des personnes dont vous pourriez avoir besoin en cas de problème, aussi trivial soit-il, notamment vos contacts de banque, d’assurance, de services médicaux, ainsi que des adresses officielles françaises sur place (ambassades, consulats, Alliances Françaises).

Nous vous souhaitons de ne jamais en avoir besoin, mais si le cas se présente vous vous féliciterez d’avoir votre liste sous la main. Pour qu’elle soit efficace, imprimez votre liste et gardez-la avec vos papiers importants, vous pourriez ne pas être en mesure de la communiquer mais des personnes pourraient alors les trouver et prendre les mesures nécessaires.

  • Recensez vos informations médicales, équipements de santé et médicaments

S’il y a bien quelque chose qui peut gâcher un voyage et réduire à néant le rêve d’un voyage parfait aux USA ou n’importe où ailleurs, ce sont bien les problèmes de santé.

Pour être sûr de pouvoir faire face au mieux à tout souci, il est fortement conseillé de préparer, imprimer et conserver avec vous tout document adéquat (contacts médicaux, allergies, contre indications, ordonnances…).

N’oubliez pas qu’une fois sur place, vous ne trouverez pas forcément tous vos médicaments habituels, même les plus courants.

De plus, le fonctionnement des pharmacies est différent aux États-Unis puisque nombre de médicaments sont disponibles en supermarché et magasin spécialisé (Drugstores) mais par forcément avec les conseils d’un professionnel de la santé comme cela peut être le cas en France.

Si vous devez voyager avec vos médicaments, articles médicaux ou des équipements de santé pour votre voyage aux USA, sachez que ces derniers sont potentiellement soumis à des restrictions particulières, nous vous conseillons de lire attentivement nos pages d’aide sur le sujet.

Checklist Voyage USA – Bagages AVION

Pour plus d’info, consultez notre article:

Que peut-on emporter dans ses bagages en avion pour les Etats-Unis?

Vous y trouverez toutes les informations nécessaires, et précautions à prendre afin de préparer au mieux votre séjour aux USA.

Ce qui nous amène au prochain point important à considérer avant un voyage aux États-Unis, les assurances de voyage.

Checklist Voyage USA: Assurances de transport et médicales pour les USA

Assurance de transport et médicales pour les USA

Retour à la liste Checklist Voyage USA

En termes d’assurance pour votre voyage aux USA, les deux principales sont les assurances de transport, pour couvrir d’éventuels désagréments liés aux voyage en avion mais aussi en cas de location de véhicule sur place, et les assurances médicales.

  • Assurez vos véhicules de location aux États-Unis

L’assurance de transport vous permettra de partir sans arrière pensée et de faire face à toute situation problématique sur place. En cas de location de véhicule, l’assurance est obligatoire, le plus simple étant de souscrire à une des assurances proposées par le loueur.

Seule l’assurance en responsabilité civile est obligatoire, ce sont les assurances LI (Liability Insurance) ou TPL (Third Party Liability). Les assurances collision sont facultatives mais fortement conseillées, notamment si vous louez un véhicule de forte valeur et voyagez en zone sensible (en pleine nature, sur des routes désertiques, en montagne, ou même en centre ville).

  • Partez l’esprit tranquille avec une assurance médicale de voyage

Il n’est pas obligatoire de souscrire à une assurance médicale de voyage pour vous rendre aux  États-Unis. Cependant, bien que merveilleux et accueillant à bien des égards, ce pays recèle aussi de nombreux dangers auxquels le visiteur n’est pas toujours bien préparé.

Checklist Voyage USA – Système de Santé

Le système de santé des États-Unis est très différent de la France, pour plus d’infos vous pouvez lire notre article:

US Health Care System: ce qui est bon à savoir

De l’accident en randonnée aux maladies inopinées, en passant par les problèmes de sécurité habituels de tous les pays, en sachant de plus que vous serez éloigné du confort de votre domicile, de vos services habituels (médecin, assureur, hôpital, pharmacie…), il est fortement recommandé de souscrire au moins à une assurance médicale pour parer à toute éventualité et voyager le cœur léger.

Une assurance médicale de voyage vous garantit une couverture en cas de prestations médicales imprévues. Vous pouvez aussi prétendre à des indemnisations en cas d’annulation de voyage si vous prenez les polices adéquates.

A ce titre, l’assurance médicale de voyage permet de faire face à de nombreux imprévus, ennuis de santé et accidents courants.

Dans tous les cas et quelque soit les assurances que vous choisirez, soyez certains de bien préparer tous les documents nécessaires, de les imprimer et les conserver avec vous pendant votre voyage aux USA, y compris les numéros de contact et d’urgence à utiliser en cas de problème que vous pourrez par exemple entrer au préalable dans votre portable.

Checklist Voyage USA: Tout savoir sur les moyens de paiement, retraits, pratiques et astuces pour votre voyage aux pour un voyage aux États-Unis

Tout savoir sur les moyens de paiement, retraits, pratiques et astuces pour votre voyage aux pour un voyage aux États-Unis

Retour à la liste Checklist Voyage USA

Tout d’abord, sachez que les deux principaux moyens de paiement sont la carte bancaire, et les espèces. Les chèques sont très rarement utilisés et bien entendu les chèques français ne sont pas acceptés, inutile donc d’emmener votre carnet avec vous.

  • Les cartes bancaires, le paiement universel aux USA

Comme en France, le moyen de paiement le plus pratique et le plus courant reste la carte bancaire, cependant il y a de nombreuses différences notables aux États-Unis, et quelques bonnes astuces que vous feriez bien de connaître avant de partir.

Avec votre carte bancaire, vous pourrez payer presque toutes vos dépenses importantes, notamment dans les magasins et supermarchés. Elle vous servira aussi comme garantie de paiement pour vos lieux de séjour (hôtels, motels, campings) et de garantie (location de matériel ou de véhicule).

Cependant l’usage de la carte bancaire peut parfois s’avérer déstabilisant pour le voyageur novice aux USA. Tout d’abord les Américains distinguent deux types de cartes bancaires: les cartes de crédit (Credit Card) et les cartes de débit (Debit Card).

Dans la plupart des cas, le choix vous sera proposé, et à de rares exceptions près, vous devrez presque toujours choisir “Debit Card” (y compris en débit différé), les “Credit Card” étant généralement réservées aux américains possédant un compte bancaire ou une ligne de crédit sur place aux États-Unis.

De plus, au moment de payer il vous sera souvent demandé votre code confidentiel comme en France, mais parfois vous devrez faire glisser votre carte sur des appareils à lecture de bande magnétique, ce qui est très rare en France. Dans ce cas, on vous demandera de signer un reçu vous récupérerez une copie à conserver pour vos comptes personnels.

Inutile de dire qu’il est nettement préférable d’utiliser les appareils nécessitant un code pour éviter tout désagréable surprise lorsque vous consulterez vos comptes à votre retour.

  • Attention aux plafonds de débits et de retraits aux USA

Avant de partir, vérifiez auprès de votre banque que votre carte de débit possède un plafond de dépenses suffisant pour couvrir toutes vos dépenses. Si vous payez toutes vos dépenses en cartes (restaurants, hôtels, essence, achats divers…) vous pouvez rapidement dépasser votre plafond et vous retrouver à cours de ressources. Il y a notamment des plafonds de retrait journaliers et mensuels, pensez à adapter les deux avant de partir!

Pour votre protection, certaines banques sont alertées en cas de dépenses inhabituelles, en particulier quand elles sont effectuées à l’étranger, mais cela peut se retourner contre vous. Le plus simple est d’appeler votre conseiller bancaire habituel et, outre de vérifier les plafonds de dépenses, de lui signaler que vous serez en voyage aux États-Unis avec les dates de votre voyage.

Toutes ces démarches seront plus compliquées une fois sur place (numéros verts non joignables depuis les USA, heures décalées, fermetures le week-end, etc), faites donc les démarches avant de partir!

  • Ayez toujours des espèces (dollar américain, $USD)

En ce qui concerne les espèces, le dollar est roi comme vous le savez, et il est judicieux de vous assurer de n’être jamais à court de cash! A contrario, il est déconseillé pour des raisons évidentes de conserver des sommes importantes que ce soit sur vous-mêmes ou dans vos bagages.

De plus, les taux de change proposés en France ou aux USA sont souvent élevés, la façon la plus rentable d’obtenir des espèces est donc tout simplement de faire des retraits réguliers avec votre carte bancaire au gré de votre voyage.

Pensez à consulter votre banque pour savoir s’il existe des accords avec de grandes banques locales, cela vous permettra d’économiser sur les frais de retrait qui sont en général de quelques dollars par retrait ($2 sur $20 cela fait tout de même 10%, mais sur $200 seulement 1% ce qui est plus intéressant que les taux de change).

Gardez en permanence entre $100 et $200 avec vous, vous permettra d’éviter de fâcheux désagréments ou contre-temps, et pourra vous sortir de plus d’un mauvais pas! Pensez-donc à retirer lorsqu’un distributeur est disponible pour garder ce niveau d’espèces en permanence.

Il est judicieux de préparer ainsi entre $100 et $200 de réserve en cash AVANT de prendre l’avion, ce qui vous permettra de régler la plupart de vos dépenses durant votre voyage et à votre arrivée (taxi, bus…).

  • Tout savoir les prix, taxes et le pourboire aux USA

Au moment de payer vos dépenses, sachez que les prix affichés en magasin sont toujours HORS TAXE (TVA) qui sera appliquée lors du paiement. Cette TVA change d’état à état, certains états étant particulièrement avantageux par rapport à la France (6.5% au Nevada, et même 0% en Oregon par exemple!).

Dans tous les magasins, lieux de service et restaurants américains, les notes et reçus s’accompagnent d’un espace vide appelé “Gratuity” ou “Tip”. Il s’agit d’une espace où vous pouvez écrire un montant de pourboire à prélever sur votre carte.

Dans les magasins cela reste tout à fait optionnel (si le vendeur vous a particulièrement aidé par exemple), en revanche dans les restaurants c’est une pratique courante et de bon aloi, étant donné que c’est parfois la ressource principale des serveurs! La norme est de donner généralement 15% du total, et vous pouvez arrondir pour le côté pratique. Exemple: la note est de $103,80, donc 15% font $15,57, pour un total de $119,40, vous pouvez arrondir à $120 mais $110 passera pour une mauvaise appréciation du service rendu.

Vous pouvez aussi vous simplifier la vie en gardant toujours à portée de main une liasse de billet de $1 et quelques $5 qui vous seront utiles pour des petits pourboires, par exemple lors d’une pause café.

Checklist Voyage USA – Pourboire USA

Pour plus d’info, consultez notre article:

Le pourboire aux USA

  • Trucs et astuces pour obtenir des espèces sans distributeur aux USA

Parmi les astuces à connaître, il existe une option très pratique, notamment dans les supermarchés, qui s’appelle le “cashback”, et qui permet de payer plus sur votre note mais de récupérer du liquide à moindre frais. Vous pouvez par exemple acheter pour $15 de marchandises et demander $40 en espèces en payant un total de $55. Cette possibilité dépend de votre banque et du type de carte mais vous pouvez vous renseigner avant de partir, cela pourra vous éviter de tourner en rond des heures pour trouver du cash dans un trou perdu sans distributeur à l’horizon!

En cas d’urgence absolue il existe des moyens de récupérer de l’argent en cash, même avec une carte bancaire qui ne peut plus retirer $1!

Certains agents bancaires et hôtels vous permettent ainsi d’échanger des moyens de paiement divers (cartes de crédit, chèques voyage…) contre des espèces. Par exemple, si votre plafond de retrait est dépassé, vous pouvez dans certains cas utiliser votre carte bancaire comme carte de crédit, en profiter pour acheter des chèques de voyage (même un dimanche dans un centre commercial par exemple) à une agence de type Western Union, et ensuite échanger vos chèques de voyage dans un hôtel. C’est compliqué mais cela marche et peut vous sortir d’un mauvais pas!

Checklist Voyage USA: Les essentiels pour voyager confortablement aux États-Unis

Les essentiels pour voyager confortablement aux États-Unis

Retour à la liste Checklist Voyage USA

Vous êtes en train de vous installer dans votre siège d’avion pour 11h de vol, lorsque vous voyez une mère débordée avancer dans l’allée centrale avec deux enfants en bas-âge en train de hurler…

Vous n’avez pas eu le choix et avez dû prendre la dernière chambre d’un motel en travaux coincé entre une autoroute et une voie ferrée…

Vous êtes invité chez un ami qui vous permet de dormir sur son canapé au petit matin après une sortie en soirée, mais vous réalisez avec horreur que l’immeuble n’a pas de volets, et l’appartement aucun rideau opaque…

Si ces situations vous semblent familières c’est tout simplement que vous êtes un voyageur qui n’a pas appris à prendre ces précautions, car de simples astuces – et quelques achats judicieux – vous permettent de vivre ces désagréments ponctuels sans en subir les conséquences.

Voici donc quelques articles que vous pouvez emmener avec vous pour rendre votre voyage aux USA beaucoup plus agréable en toute situation.

  • Pour votre voyage en avion vers les USA

Les principaux désagréments en avion sont: la faim, la soif, l’inconfort, le bruit, la lumière, l’ennui, les besoins urgents.

Pour la faim: pensez à préparer un casse-croûtes maison, d’emmener des snacks ou toute autre denrée qui vous réconfortera et vous permettra de tenir jusqu’au prochain plateau repas. Ces derniers ne sont parfois pas servis au bon moment pour vous, vous pourriez aussi vous endormir trop profondément et les laisser passer, ou avoir faim à tout autre moment alors qu’aucune hôtesse n’est disponible pour vous servir, même en payant!

Evitez les aliments qui pourraient déranger vos entrailles, rien de pire qu’un problème gastrique ou intestinal en avion! Optez pour des nourritures simples (salades, sandwichs…) pouvant se manger froid à tout moment et sans abuser d’épices, moutardes ou autre.

Si vous êtes végétarien ou vegan, victime d’allergies alimentaires, ou que vos convictions religieuses prohibent certains aliments, pensez à le signaler à votre compagnie aérienne avant de partir pour bénéficier d’un repas adapté.

Pour la soif: la plupart des boissons sont disponibles en avion, mais pas forcément votre boisson préférée surtout si elle ne fait pas partie des plus populaires. Vous pouvez donc emmener votre boisson avec vous au lieu de devoir payer une surtaxe ou attendre sans fin pour raison x ou y. Attention, les règles de transport de boisson sont strictes et les contenants autorisés limités en taille, et carrément interdits au moment de passer les contrôles de sécurité.

En revanche vous pouvez acheter ce que vous voulez une fois la sécurité passée, et l’emmener avec vous dans l’avion en bagage à main. De manière générale, nous vous conseillons les boissons rafraîchissantes et les plus simples possibles comme des jus de fruits non agressifs (pomme, abricot, raisin…), du thé glacé aromatisé, ou bien entendu la meilleure et la plus simple de boisson: l’eau!

Évitez ou limitez les alcools forts, les boissons plus agressives sur l’estomac (jus de tomates, de citron), et même les boissons gazeuses (la dilatation des bulles d’air en cabine dans votre ventre peut vous donner de très désagréables surprises…).

Pour l’inconfort: vous pouvez emmener avec vous quelques accessoires simples qui vous aideront à passer un meilleur voyage. Par exemple un coussin pour le cou ou la tête vous permettra plus facilement de vous positionner pour dormir quelque soit la position de votre siège. Un grand châle ou une écharpe peuvent aussi servir à se caler, ou à se réchauffer car il fait parfois frisquet dans un avion à cause de la climatisation.

Ajoutez une bonne paire de chaussettes épaisses (pour pouvoir enlever vos chaussures sans prendre frais) et vous serez prêt pour un long voyage en première classe faite maison. Vous pouvez aussi à prendre une petite crème hydratante et du baume pour les lèvres,

Pour le bruit: les indispensables boules Quies (en cire, ou en silicone) seront vos meilleures armes contre le bruit des moteurs, des enfants excités, et des nombreuses annonces souvent superfétatoires. Pour les geeks, le casque anti-bruit est aussi un superbe accessoire!

Pour la lumière: un châle, bandana ou écharpe peut faire l’affaire mais rien ne vaut un bon bandeau pour les yeux, en vente sur internet et dans toutes les aéroports.

Pour l’ennui: ordinateurs, tablettes et smartphones (chargés en musique, films et séries) sont vos amis, mais un chargeur portable peut s’avérer indispensable si aucune prise de courant n’est disponible.

Lire vos guides de voyage pour les USA avant d’atterrir ou un bon livre de poche, peut aussi vous faire passer le temps et/ou vous endormir tranquillement.

Enfin pour les besoins urgents, pensez à vous soulager quelques minutes avant l’embarquement, et ralentissez les boissons environ 1h à 2h avant d’embarquer. Un bon voyage en avion se prépare dès le repas précédent pour éviter tout accident, les aliments qui tiennent au corps (pâtes, féculents) vous éviteront des aller-retours aux toilettes de l’avion pas toujours disponibles.

Checklist Voyage USA – Guide Voyage USA

Blog

  • Pour les transports et la voiture aux USA

Si vous souhaitez louer un véhicule aux USA, il vous faudra deux choses: une carte bancaire, et un permis valide. Le permis français ne ressemble en rien aux permis américains (émis par les états), et nombre de policiers en zone moins touristique fronceront les sourcils en voyant ce petit bout de carton rose. Si vous en avez le temps, vous pouvez demander un permis international qui vous évitera quelques regards dubitatifs. A ranger avec passeport et documents importants.

Pour vous déplacer sans vous perdre, rien ne vaut un bon atlas routier. Préférez les grands atlas aux cartes dépliantes (moins pratiques, s’abîment facilement) qui sont souvent plastifiés et couvrent un état sur juste deux pages. Michelin, National Geographic en font des très pratiques, mais rien en bat celui de l’AA (Automobile Association) que vous trouverez sur place dans les librairies et stations essence.

En parlant de stations essence, vous vous apercevrez rapidement que sur les pompes américaines un mécanisme permet de bloquer le débit de la pompe tandis qu’elle débite du carburant, et s’arrête seule lorsque le réservoir est plein. Pratique pour aller faire une pause toilettes ou shopping pendant le plein, mais n’en abusez pas par courtoisie et surtout par sécurité. Vous trouverez souvent plusieurs stations à l’entrée et à la sortie des villes.

L’avantage par rapport aux GPS via internet et autres applications smartphones, ce sont les informations très complètes mais aussi le fait que cela marche aussi en zone blanche (sans compter les coûts de connexion). Ce sont aussi de beaux objets que vous aurez plaisir à lire comme des livres avant, pendant et longtemps après votre voyage.

La plupart des véhicules de location sont équipés de ports USB de recharge, mais si ce n’est pas le cas achetez un chargeur qui se branche sur l’allume-cigare avant de partir.

Lors de votre visite dans une “bakery” (pâtisserie / salon de thé – café), une franchise de boissons au café, ou au supermarché, achetez-vous un mug/thermos qui vous permettra de garder vos boissons au chaud ou au frais tout en conduisant, toutes les voitures ou presque ont un emplacement pour les garder près de vous. C’est pratique, économique et écologique.

Dans les “drugstores” vous trouverez de petits nécessaires à pharmacie (avec pansements, pince à épiler, désinfectants, etc.) peu onéreux que vous pourrez ranger dans la boîte à gants en cas de besoin plutôt que d’emporter une pharmacie ambulante dans vos bagages et la garder à l’hôtel où elle ne sera pas disponible le moment venu.

Bien que des milliers de radios arrosent les ondes aux quatre coins du pays, vous n’entendrez souvent que quelques sermons religieux et de la country music dans de nombreuses zones, notamment en pleine nature et autour des parcs nationaux.

Pensez à faire le plein de CDs et MP3s avant de partir, vous n’en aurez jamais assez si vous comptez faire beaucoup de kilomètres. Si les voitures les plus récentes sont équipées de ports USB, un petit câble Jack 3,5mm mâle-mâle pourrait vous être fort utile en de nombreuses occasions.

Checklist Voyage USA – PLAYSLIST USA

Pour un voyage parfait, rien de tel que de rouler au son de musiques adaptées aux paysages que vous traverserez! Préparez à l’avance votre playlist de musiques spéciales roadtrip USA!

Checklist Voyage USA – Conseils Voyage USA

Envisagez-vous de visiter les États-Unis? Voici 11 conseils pour votre voyage.

Retour à la liste Checklist Voyage USA

Découvrez les États-Unis à travers la musique!

Si vous êtes amateur de musique, si vous vous aimez voyager et vivre dans un pays comme la France, restez avec nous, car dans cet article, vous allez découvrir  le Тop 3 des villes américaines, qui selon nous ont une étonnante tradition musicale. Si vous venez de France, n’oubliez pas que, en raison de la réglementation du gouvernement américain, vous devez demander une autorisation de voyage électronique appelée ESTA, qui peut être demandée en ligne.

Dans cet article, nous parlerons de l’importance des genres musicaux américains originaires d’Afrique, qui ont une influence anglo-saxonne significative et qui se sont adaptés aux tendances de la musique afro-américaine. Des rythmes comme le blues, la soul, le jazz, la musique gospel et le ‘rhythm and blues’ rendent compte du rôle important historique, ethnique, culturel et géographique que les États-Unis ont joué dans la scène musicale internationale depuis le XVIIIe siècle.

Notre Top 3 comprend trois des villes ou destinations liées à la musique que vous pouvez visiter si vous avez déjà votre Visa ESTA, et vous allez voyager aux États-Unis.

Memphis City

La ville de Memphis est située dans le sud-est de l’État du Tennessee, où convergent les rivières Mississippi et Wolf. Tennessee a un renommé international pour sa musique Blues qui transmet un sentiment triste et lyrique à travers les mots de chaque chanson. Cette ville est la maison de certains des grands chanteurs de Blues, y compris B.B. King, Anita Ward, Aretha Franklin et le roi des rois Elvis Presley, jamais oublié. Le blues est né des rythmes folkloriques africains et des chansons chrétiennes, et a été la base, avec la musique gospel et le jazz trouvée dans les rythmes typiques du genre, de ce qu’on appelle R & B ou ‘rhythm and blues’, qui est une fusion musicale créée par des Afro-Américains autochtones.

La Nouvelle-Orléans

La ville de La Nouvelle-Orléans est située sur le delta du Mississippi au sud-est de la Louisiane. La Nouvelle-Orléans est considérée comme le plus grand port du Mississippi et le septième plus grand des États-Unis. Son caractère multiculturel est présenté sous de nombreuses formes, car il a été fortement  influencé par les cultures africaines, espagnoles, françaises et latino-américaines. La ville est la maison du célèbre Louis Armstrong, qui a excellé sur la scène jazz, ainsi que d’autres musiciens exceptionnels comme Wynton Marsalis et Harry Connick. Elle est également de grande renommée internationale pour sa cuisine de festivals, plus précisément, pour des événements comme Mardi Gras, le Jazz Fest et le Sugar Bowl, qui aident à conserver le tourisme de cette belle ville.

Chicago

Connue également sous le nom de «Windy City – La ville des vents», Chicago est située dans le comté de Cook, dans l’État de l’Illinois et au sud-ouest du lac Michigan. C’est la troisième plus grande ville des États-Unis. La ville de Chicago a fait de grandes contributions en termes musicaux et culturels, puisqu’elle est connue musicalement et mondialement pour promouvoir, produire et sponsoriser des genres musicaux, y compris certains de ceux déjà mentionnés, tels que Blues, Soul, Jazz et Gospel. En 1967, le groupe The Big Thing a été fondé dans la ville et a été le premier à incorporer des instruments de musique comme le saxophone, la trompette et le trombone dans des genres comme le rock, tout en conservant l’influence des rythmes qui ont rendu célèbre Chicago. Minnie Riperton était l’une des représentantes les plus emblématiques de la soul. Elle est née dans la ville et est très connue parmi les fans de la musique Soul. Chicago compte plusieurs compagnies de danse, d’opéra et de ballet bien connues, ainsi que des écoles de théâtre, devenant la maison des grandes stars, qui évoque sans aucun doute le caractère multiculturel de cette ville importante du pays de l’Oncle Sam. Trouver des choses à faire la nuit n’est pas un problème — les visiteurs peuvent visiter des clubs comme Hard Rock Café et Planet Hollywood Chicago.

Les 5 meilleurs sites du patrimoine mondial aux Etats-Unis

Le titre de Site du patrimoine mondial est attribué à tous les endroits spécifiques dans le monde qui ont été choisis en raison de leur valeur universelle pour le patrimoine humain. Les sites peuvent être des bâtiments, des villes, des complexes architecturaux, des forêts, des lacs ou des paysages. Parmi les sites les plus connus au monde figurent les Pyramides d’Égypte, la Grande Barrière de Corail en Australie et le Serengeti.

Les titres sont décernés par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), un organisme affilié à l’Organisation des Nations Unies pour la contribution à la paix et à l’ordre par l’éducation, la science et la culture. Afin d’évaluer et de choisir les sites, l’UNESCO dispose d’une commission composée d’un représentant de chacun des États membres de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Reconnaître l’importance naturelle et culturelle du patrimoine humain est un moyen de comprendre et de conserver l’histoire de la planète et la diversité de ses habitants. Bien que tous les sites du patrimoine mondial appartiennent au pays dans lequel ils sont situés, ils sont considérés comme présentant un intérêt pour la communauté internationale à être conservés pour les générations futures.

Avec son territoire aussi vaste et diversifié, les États-Unis conforment souvent à ces conditions préalables. Par 2016, 23 sites du patrimoine mondial ont été déclarés aux États-Unis, avec l’inclusion récente de San Antonio Missions dans l’État du Texas.

Si vous êtes un amoureux de la nature, essayez cette visite originale. Avec le visa touristique ESTA, vous pouvez voyager partout aux États-Unis.

1. Parc national du Grand Canyon, Arizona

Proclamé en tant que site du patrimoine mondial en 1979, le Grand Canyon est considéré comme l’une des sept merveilles du monde. Les combinaisons uniques de couleurs, de roches et d’érosion ne montrent pas seulement l’évolution géologique de la nature dans cette région, mais ornent également la vue du fleuve Colorado qui traverse le milieu de ce canyon qui est un mile de profondeur.

2. Parc national de Yosemite, Californie

Proclamé site du patrimoine mondial en 1984, le parc national de Yosemite possède une collection de roches ou de monolithes de granit qui sont le résultat de 10 millions d’années d’érosion glaciaire. Il n’y a rien de tel ailleurs dans le monde. En outre, ce paysage est complété par des animaux, des cascades, des ruisseaux clairs, des falaises et les énormes séquoias qui sont originaires du parc.

3. Parc national des Everglades, Floride

Proclamé comme un site du patrimoine mondial en 1979, ce site est un habitat important pour les espèces rares et en voie de disparition comme le lamantin, le crocodile américain et la panthère de la Floride. En même temps, ce désert subtropical est très important comme attraction touristique avec des programmes de camping, des excursions en bateau, la pêche, la marche, l’observation des oiseaux, etc. Le Parc a également été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril au fait que la dégradation de ce site naturel a entraîné la perte de l’habitat marin de nombreuses espèces sauvages.

4. Parc national de Mammoth Cave, Kentucky

Le parc national de Mammoth Cave est essentiellement un réseau de grottes et de longs passages souterrains — en fait le plus long du monde ! Ses grottes abritent plus de 130 espèces d’animaux et d’animaux sauvages. En 1981, ce parc a été inclus en tant que site du patrimoine mondial de l’UNESCO aux États-Unis afin de conserver cet habitat naturel pour ces espèces.

5. Parc national des Great Smoky Mountains, Tennessee et Caroline du Nord

Proclamé en tant que site du patrimoine mondial en 1983 et non seulement parce que c’est le parc national le plus visité aux États-Unis. Le parc national des Great Smoky Mountains possède une beauté naturelle exceptionnelle. Il abrite plus de 3 500 espèces de plantes et, contrairement à d’autres endroits de la liste, est relativement épargnée par l’influence humaine, à part les excursions touristiques, les camps, la pêche et les sentiers dans la région.

Découvrir Pittsburgh

Pittsburgh est une ville dans l’état de Pennsylvanie, située sur la côte est des États-Unis. La ville est située a l’intérieur sur les rives de la rivière Ohio. Ses ressources naturelles exceptionnelles ont permis, depuis sa création, de développer ses industries métallurgiques. C’est un point de repère dans la région, où la première centrale nucléaire du monde a été construite en 1957.

Aujourd’hui, l’industrie des métaux lourds a cédé la place à l’industrie informatique, à de grands groupes médicaux et scientifiques. L’adaptabilité américaine, par opposition à l’adaptabilité française, vous laisse pensif : en fait, plutôt que de compter sur une crise pour pleurer les temps anciens comme on fait parfois en France, les Américains n’hésitent pas à reconnaître les vestiges des choses avant d’assumer leurs responsabilités, même si cela signifie changer pour un secteur d’activité plus prometteur.

Vous appréciez le dynamisme américain, c’est vrai, mais honnêtement, vous n’êtes pas venu ici pour visiter des entreprises, peu importe leur degré d’innovation. Non, vous préférez essayer le Point Park (dont on vous a tant parlé) pour vous dégourdir les jambes un peu après vos heures de vol.

The Point, comme on l’appelle communément, est un parc de 15 000 mètres carrés au cœur du centre-ville de Pittsburgh, où les rivières Allegheny et Monogahela se jettent dans la rivière Ohio.

Le parc a été conçu et aménagé sur un ancien territoire industriel des années 1950. Il a ouvert ses portes au public en 1974. Dans ce grand parc, vous pouvez visiter le musée Fort Pitt, un hommage à la guerre franco-indienne de 1754.

La fontaine du Point est très célèbre. Beaucoup de touristes viennent seulement pour cela. Ses jets, en action, atteignent néanmoins 46 mètres de hauteur. La ville de Pittsburgh s’en occupe. Elle a été rénové en 2009 et le festival des arts visuels de Three Rivers se déroule chaque année en juin dans ce parc.

Ensuite, allez au centre historique du sénateur John Heinz. Vous découvrirez un ancien tramway du milieu du XXème siècle et des véhicules qui dates d’entre les deux guerres. Tout ce qui a été construit, découvert, élaboré au cours des siècles par les colons qui s’y sont installés est exposé ici.

L’endroit est immense, il couvre six étages! Et comme dans tout grand musée, vous trouverez des expositions permanentes et temporaires. Vous verrez que la ville a hébergé d’illustres inventeurs et scientifiques (vaccin anti-poliomyélite) mais aussi, de manière totalement différente, la création du Big Mac.

Comme un système de poupées matriochkas, le musée abrite un autre musée dans ses murs. C’est le Western Pennsylvania Sports Museum. Pour les amateurs de sport de toutes sortes, le lieu est un petit paradis, avec des objets et des accessoires qui appartenaient aux plus grands sportifs, et tout cela, sur deux étages!

Si vous vous promenez autour de Pittsburgh, c’est que vous avez demandé votre visa un peu à l’avance. N’oubliez pas de remplir votre formulaire ESTA sur internet quelques jours avant le départ. Mais notez que vous passerez les contrôles douaniers en arrivant à l’aéroport américain. Si vous ne cachez pas un camembert raffiné sous votre manteau, les portes de Pittsburgh vous seront ouvertes! Prenez plaisir!

La Willis Tower

La Willis Tower, qui auparavant se nommait la Sears Tower, est une immense tour située à Chicago, dans l’état de l’Illinois. Elle mesure 443 mètres de haut et s’étend sur 110 étages. Pendant un quart de siècle, elle était considérée comme la plus élevée de la planète. Bien évidemment, la tour est vue comme une des plus belles réalisations de la municipalité de Chicago… selon un sondage auprès des habitants de la même ville !

Au départ, la société Sears, en pleine expansion après la deuxième guerre, souhaitait regrouper ses collaborateurs dans un seul et même endroit de la ville. Une tour semblait être la meilleure décision. L’édifice se devait d’être ultra spacieux vu le nombres de personnes qui travaillaient, à l’époque, au sein de la Sears Company.

Les architectes qui ont conçu les plans de la tour (Skidmore, Owings et Merrill) décidèrent d’une surface de 5000 m2 au sol pour, progressivement, diminuer en s’élevant. Les plans de départ n’ont pas été totalement respectés puisque la hauteur finale augmentait sans cesse. C’est le gouvernement fédéral de l’armée de l’air qui décida de la fin de la progression de la construction de la tour afin de ne pas perturber le passage des avions, pour que le gratte ciel ne devienne pas un obstacle sur les couloirs aériens de la région des Grands Lacs. L’état américain a tout de même permis à la société, d’ajouter des antennes médias (chaînes de télévision et de radio).

C’est réellement en 1971 que commence cette entreprise de construction colossale. Trois années seront suffisantes pour venir à bout de cette édification (1971- 1973).

Au fil des ans, l’entreprise Sears perdra ses parts de marché, ne sera plus aussi prospère qu’au sortir de la guerre et se verra contrainte de renoncer à la moitié de son espace dans la tour au profit d’entreprises plus florissantes. Le loyer des murs coutant extrêmement cher, la société quitte peu à peu les lieux.

Celles qui ont pris le relais mesurent la chance qu’elles ont de pouvoir travailler et avoir leur siège social dans un tel lieu prestigieux et reconnu dans le monde des affaires. Divers secteurs sont représentés dans le gratte-ciel : autant des sociétés d’assurances que des courtiers, des notaires, avocats…

Aujourd’hui, toujours en activité, la tour accueille également des visiteurs de passage et des touristes de tous horizons, venus principalement admirer la vue imprenable qu’elle offre sur tout Chicago et sur son lac. En montant au 103eme étage, le panorama est grandiose. Si vous comptez vous y rendre en tant que simple touriste, l’entrée de l’immeuble ne se situe pas au même endroit que celle dévolue aux employés du gratte-ciel : pour la visite, prenez l’entrée qui se trouve sur Jackson Boulevard.

La Willis Tower a perdu de sa suprématie au profit de l’Asie, au niveau de sa taille, en 1998, date à laquelle les tours de Kuala Lumpur ont été inaugurées, en Malaisie. En 2004, c’est un gratte-ciel de Taiwan qui s’éleva encore au-dessus de la Willis Tower. La construction de la Willis Tower coûtera plus de 120 millions d’euros. Pour l ‘époque, c’est à dire au début des années 70, la tour était un modèle de modernité technique puisque sa structure novatrice s’adaptait et s’adapte toujours, aux rafales de vent qui peuvent occasionnellement souffler dans la région. Par conséquent, le gratte-ciel « bouge » presque tout le temps de quelques centimètres sur sa base ! Ressent-on les mouvements de la tour lorsqu’on se trouve à l’intérieur ? C’est une bonne question… à laquelle vous répondrez vous-même lorsque vous vous rendrez à Chicago !

Cuisine américaine

C’est une cuisine aux origines multiples. En effet, les origines culinaires des Etats-Unis proviennent à la fois de la culture amérindienne que de l’européenne, apportée par les premiers colons. Il est donc assez compliqué d’identifier une véritable cuisine américaine à proprement parler. Cependant, si l’on devait rassembler les principaux piliers de la cuisine made in USA, on listerait certainement les plats suivants : le poulet frit, l’épi de maïs, l’apple pie, la dinde, les pommes de terre, les steaks au barbecue ou le pain de viande.

Pourtant, en fonction des régions, la cuisine américaine se diversifie un peu. Par exemple, si vous vous rendez dans le Nord-Est des Etats-Unis, d’une part vous profiterez de spécialités qui ressemblent fort aux spécialités britanniques : des rôtis, des plats en sauce, des haricots lingots et d’autre part, de beaucoup d’autres poissons, crustacés ainsi que l’indétrônable homard qui se plaît tant dans ces eaux froides….

La cuisine du Sud des Etats-Unis, quant à elle, se résumerait par plus de fritures, des sauces riches et des tartes aux noix de pécan. Tout du moins sur la côte Est. Se rajoutent les inévitables ribs au barbecue qui ont au préalable longuement baigné dans un mélange d’épices et d’aromates de toute sorte. Le cornbread est également un met emblématique du Sud des Etats-Unis.

A l’intérieur des terres, toujours au Sud, en Louisiane, la cuisine cajun est aussi très spécifique. C’est un joyeux mix de cuisine aux influences françaises, antillaises, africaines et espagnoles. Tout est passé au barbecue, « boucané » et épicé. Si vous aimez la paella, vous aimerez le jambalaya, le plat typique de la cuisine cajun.

Si l’on se rend un peu plus à l’Ouest, encore dans la partie Sud, on se retrouvera face à la fameuse cuisine « tex-mex ». Des influences forcément mexicaines mais également amérindiennes et espagnoles s’y côtoient. Les plats sont généralement à base de viande et bien relevés. S’ajoutent aussi les désormais connus mondialement : burritos et autres tacos.

Sur la côte Pacifique enfin, on profite à profusion de la culture fruitière des régions du sud… au niveau de la production maraîchère et fruitière, la Californie s’apparente à la Floride, du côté Est du pays.

Il est vrai que la Californie bénéficie de nombreux atouts car son climat est très doux. De plus, sa population est parmi les plus cosmopolites du territoire américain : on peut donc aisément y manger épicé autant qu’asiatique ou amérindien. L’état est également réputé pour son côté « healthy food »,c’est à dire le plus bio possible avec le moins de mauvais gras possible.

On peut dénicher au restaurant et partout dans les supermarchés locaux, une variété incroyable de salades composées de toute sorte. On y teste également beaucoup de nouvelles recettes. C’est donc moins traditionnel qu’en Nouvelle-Angleterre par exemple, car la région a plutôt la réputation de lancer les nouvelles tendances culinaires du pays et également de s’exporter hors des frontières.

Terminons par New York. Là également, ses habitants sont assez soucieux de leur santé et préfère manger une nourriture saine et bio. Pour le reste, par son côté cosmopolite, la plus grande ville des Etats-Unis représente culinairement le monde dans son entier.

Le pourboire aux USA

Aux Etats-Unis, à l’inverse de l’Europe, le pourboire revêt une importance particulière. En effet, autant dans d’autres pays, les employés ont un salaire fixe, les pourboires étant un bonus, aux USA, le « tip » constitue une très grosse partie du salaire de base. D’où son côté quasi-obligatoire. Jadis, les employés des services de bouche étaient exclusivement payés de cette façon : si aucun client ne passait la porte, personne n’était payé !

Heureusement, depuis maintenant presque 80 ans et les crises financières qui ont secoué le pays, le gouvernement américain a peu à peu instauré une base fixe de revenu, permettant à tous de vivre décemment malgré les aléas économiques.

Cependant, malgré ces mesures, les patrons ne sont pas obligés de donner tout le smic mais simplement une petite base. Donc, encore aujourd’hui, si les pourboires ne sont pas donnés par les clients, les employés du secteur des services ne toucheraient qu’un micro-salaire. Même si, au départ, cette pratique peut perturber les visiteurs de passage, il faut simplement se rendre compte qu’elle favorise une meilleure relation entre clients et employés. Le serveur, au final rendra plus de comptes à son client qu’à son patron.

Il en découle une attention, une écoute, un soin apporté au client qui dépasse de loin de nombreux pays européens. Il n’est pas rare que vous puissiez rentrer chez vous avec un doggy bag. De plus, si les plats ne sont pas corrects au niveau des cuissons par exemple, le serveur donnera presque systématiquement raison au client puisque sa rémunération et sa satisfaction en dépendent. Passée l’idée que tout est fait « par intérêt », on apprécie l’échange qu’il se crée.

Si vous vous rendez aux Etats-Unis, vous devrez donc systématiquement laisser un pourboire équivalant à 15% en moyenne de la note globale de votre addition. Faites simplement attention aux taxes qui s’ajoutent. Quelquefois, dans les lieux où l’on voit régulièrement beaucoup de touristes, en cas d’oubli de ces derniers, les restaurateurs incluent des « taxes de pourboires ». Par conséquent, lisez attentivement votre note pour ne pas verser à deux reprises le « tip ».

Si vous réglez par carte bancaire, vous préciserez avant la transaction, combien vous souhaitez ajouter au niveau du pourboire.

Pour terminer, il est pratiquement inconcevable pour les Américains de ne pas laisser de pourboire. Même si le service a été particulièrement lent et peu affable, vous vous devez de laisser ne serait-ce qu’un dollar (pour montrer que vous n’avez pas oublié la pratique).

Il est cependant vrai que, venant d’Europe, la pratique peut sembler très exagérée et peu claire : pourquoi payer encore au dessus de la note finale ? Lorsque l’on part aux Etats-Unis, on doit également prévoir un budget « pourboires ». Pour de nombreux européens, les USA peuvent s’avérer une destination bien trop couteuse si l’on considère cette pratique. Pourtant, si vous dépassez votre façon de fonctionner dans votre pays d’origine, qui n’est ni meilleure no plus mauvaise qu’ailleurs, si vous vous fondez dans l’ « american way of living », vous devriez passer un agréable séjour et rentrer ensuite chez vous l’esprit plus large.