Visiter le Canada ou le Mexique avec l’ESTA

esta usa vers le canada

Visiter le Canada ou le Mexique depuis les États-Unis sous le programme d’exemption de VISA

Vous envisagez bientôt un voyage aux États-Unis ? Les voyageurs de nationalité française ainsi que certains ressortissants de pays de l’espace Schengen peuvent se rendre dans ce pays avec une simple autorisation de voyage grâce au programme d’exemption de VISA. Vous souhaiteriez également vous rendre au Canada et/ou au Mexique durant ce périple ? Découvrez les démarches à accomplir et les contraintes à respecter dans ce cadre.

 

Voyager à l’étranger : des formalités administratives

Pour tout séjour en dehors du territoire français, il vous faut entreprendre des démarches administratives en faisant en sorte de respecter les exigences du pays de destination. Il peut être nécessaire d’effectuer une demande de VISA auprès de l’ambassade de ce dernier. Certains pays et certaines ambassades ont néanmoins mis en place certains dispositifs qui allègent les formalités. Des voyageurs ayant une certaine nationalité sont alors dispensés d’obtenir un VISA.

C’est notamment le cas pour séjourner aux États-Unis. Un grand nombre de ressortissants de pays européens, dont les Français, bénéficient de cette exemption de VISA touristique et de VISA de transit. Vous avez seulement besoin d’une autorisation de voyage électronique ou ESTA Visa au lieu d’un visa pour entrer dans le pays. Bien évidemment, les voyageurs doivent également justifier d’un passeport en cours de validité, sans oublier le billet d’avion (ou autre titre de transport). Cette autorisation de voyage est demandée en ligne et est validée en quelques jours seulement (en moyenne 72 heures). Il suffit de remplir le formulaire pour obtenir l’autorisation.

Et bien que vous soyez exemptés de VISA, vous devez également préparer votre passeport ainsi qu’une carte bancaire pour procéder au paiement : les frais se chiffrent à 14 dollars US. L’E VISA ainsi délivré est valable pendant une durée de deux ans et permet de se rendre aux États-Unis pour une durée totale ne dépassant pas 90 jours maximum, les entrées multiples étant autorisées.

Ce document est valable uniquement sur le territoire américain, plus précisément les États-Unis ainsi que les territoires d’outre-mer. Si vous décidez de sortir du territoire et de vous rendre dans un autre pays, vous serez soumis aux réglementations en vigueur dans ce dernier. Qu’est-ce qu’il faut donc savoir en cas de passage au Mexique et/ou au Canada ? De quels documents faut-il être en possession ? En plus d’un passeport valide pour toute la durée du voyage, est-il nécessaire de demander un VISA ?

 

Visiter le Canada depuis les États-Unis

Avant tout, il convient de noter que les États-Unis et le Canada partagent de larges frontières. Celles-ci s’étendent sur une douzaine d’États parmi lesquels on peut citer L’Idaho, le Montana, Washington, le Minnesota, le Dakota du Nord, New York, le Michigan, le New Hampshire, le Maine, le Vermont ou encore l’Alaska. Il est donc aisément compréhensible que des voyageurs de passage au pays de l’Oncle Sam souhaitent faire un petit tour au Canada durant leur séjour. Néanmoins, pour éviter les surprises de dernière minute, il est essentiel d’être bien informés sur les formalités sur place.

Concrètement, il faut savoir qu’il existe des différences en fonction du moyen de transport utilisé pour entrer sur le territoire canadien. Différentes alternatives sont envisageables : l’avion, la voiture, mais aussi le bateau.

Si vous vous rendez au Canada par la voie terrestre ou maritime, il n’existe pas de formalités d’entrée spécifiques ou d’obligation de VISA. Vous n’avez alors pas besoin de VISA pour visiter ce pays. Tout ressortissant français peut s’y rendre à condition d’être muni d’un passeport valide. Les démarches ne sont pas aussi contraignantes qu’une immigration. Vous n’aurez plus besoin de demander une autorisation de voyage pour entrer sur le sol canadien. Voyagez donc sereinement et profitez de votre séjour !

Votre autorisation de voyage électronique ESTA n’a donc pas de répercussion sur votre escapade canadienne. Faites néanmoins attention au temps que vous allez passer sur place. En effet, les jours, semaines ou mois pendant lesquels vous y restez sont comptabilisés sur la durée de validité de votre autorisation de voyage aux États-Unis.

Dans le cas où vous revenez en France après un séjour aux États-Unis, le compteur est remis à zéro, ce qui n’est pas le cas si vous allez au Canada avant de revenir aux États-Unis. La remise à zéro du compteur n’est, en effet, pas valable pour les déplacements à travers les frontières terrestres.

La situation est donc différente si vous voyagez par la voie aérienne vers le Canada. Dans ce cas, il vous faut demander une autorisation de voyage au Canada, l’équivalent de l’ESTA. Il s’agit de l’eTA ou autorisation électronique de voyage. Les démarches pour effectuer la demande sont assez similaires dans les deux cas. Vous devez, une fois de plus, avoir un passeport ainsi qu’une carte bancaire pour le paiement des frais qui se chiffre à 7 dollars canadiens. Attention ! Les démarches doivent être entreprises 72 heures avant le voyage.

Concernant l’eTA, cette autorisation permet au demandeur de profiter d’un séjour sur une période pouvant aller jusqu’à 6 mois au Canada. Sa validité est, en outre, de 5 ans (ou alors tant que le passeport français n’est pas arrivé à expiration).

À titre d’information, si vous faites le chemin inverse, c’est-à-dire du Canada aux États-Unis, il n’est pas nécessaire de demander une autorisation préalable ESTA pour les voyageurs par la terre ou par la mer. Par contre, elle est obligatoire si votre voyage s’effectue par avion ou dans le cadre d’une croisière. Une fois sur place, il faut remplir le formulaire I-94W.

Il s’agit également d’une exemption de VISA dont les formalités s’apparentent à celles de l’ESTA. Le coût est de 6 dollars US et quelques minutes suffisent pour remplir le formulaire. La validation peut se faire en quelques minutes ou quelques heures, tout dépend du volume des dossiers à traiter et des aléas auxquels les agents des frontières sont confrontés. Attention ! Il est essentiel de remettre ce document aux autorités afin d’éviter les mauvaises surprises lors d’un autre séjour aux États-Unis. Il pourrait être considéré que la période légale de 90 jours maximum autorisée pour un VISA temporaire.

En résumé, si vous voyagez par la voie des airs des États-Unis au Canada ou inversement, il est indispensable de préparer les autorisations de voyage électroniques, respectivement l’ESTA et l’eTA, sachant que la durée de votre séjour est limitée dans les deux cas.

 

Visiter le Mexique depuis les États-Unis

Si le passage des États-Unis vers le Nord est une option très populaire, le passage vers le Sud, notamment vers le Mexique, n’est pas en reste. Le pays de l’oncle Sam partage également une vaste frontière avec les terres mexicaines. Parmi les états frontaliers, l’on peut notamment mentionner l’Arizona, la Californie, le Texas ou encore le Nouveau-Mexique.

Les ressortissants français et de certains pays de la zone Schengen peuvent facilement voyager au Mexique et faire l’aller-retour pour faire des magnifiques découvertes. Une fois sur place, il faut savoir qu’il existe une zone dite « libre » ou « frontalière ». Celle-ci s’étend à environ 20 à 35 kilomètres au-delà des frontières des États-Unis. Elle a été mise en place pour booster le tourisme et pour simplifier les formalités pour les voyageurs. Les voyageurs qui se déplacent par la voie terrestre sont guidés par un système de lumière qui passe de vert au rouge lorsqu’une inspection est exigée. Il est intéressant de noter qu’il n’y a pas de vérification de pièce d’identité avant le retour aux États-Unis.

Un voyageur qui souhaite s’aventurer au-delà de cette zone de libre circulation doit respecter certaines exigences d’entrée. Bien qu’il soit exempté de VISA, il faut entreprendre des démarches avant de partir plus loin. Il faut, en effet, remplir un formulaire appelé FMM ou formulaire d’émigration multiple, indispensable à l’entrée du territoire non libre. Bien évidemment, il faut posséder un passeport. À cela s’ajoute la carte touristique dont le coût s’élève à environ 500 pesos mexicains. À noter que ce document de voyage peut également être délivré à l’avance, via des démarches en ligne. Ou alors, vous les réalisez directement sur place, en vous rapprochant du bureau d’émigration.

Attention, au même titre qu’un voyage via la voie terrestre pour le Canada, la période que vous allez passer au Mexique est décomptée de votre droit de séjour total au Etats-Unis (durée du séjour de 90 jours au maximum pour faire du tourisme).

Dans le cas où vous démarrez votre aventure du côté mexicain pour entrer aux USA, il n’est pas nécessaire d’effectuer la demande d’une autorisation de voyage en ligne à l’avance. Vous serez invité à remplir le formulaire I-94W lorsque vous décider d’entrer sur le territoire américain. Pour rappel, ce document doit impérativement être remis aux autorités lors de votre sortie du territoire, quand vous revenez en France.

 

Que vous souhaitez aller au Mexique ou au Canada depuis les Etats-Unis, pour un court-séjour ou un séjour assez prolongé, prenez toujours soin de vous renseigner sur les exigences de chaque pays de destination, non seulement du point de vue administratif, mais également du point de vue sanitaire. Cela vous évitera toute mauvaise surprise de dernière minute.