ESTA USA, impact du coronavirus

coronavirus et ESTA

ESTA USA, impact du coronavirus

Quelques mois déjà, que le monde traverse une période de crise sanitaire sans pareil. Une épidémie très contagieuse nommée coronavirus sévit dans tous les pays occasionnant des foyers épidémiques. La nation la plus touchée par la fameuse COVID-19 n’est autre que la première puissance du monde : les États-Unis d’Amérique. Le pays est dès lors difficile d’accès à cause des dispositions prises par le gouvernement américain. Tous les voyageurs y compris les bénéficiaires du programme ESTA USA sont affectés par la décision de limiter l’accès au pays. Toutefois, quelles sont les réelles conséquences du coronavirus sur le programme d’exemption de visa ?

Décision de suspension de voyage sur les USA

L’accès au territoire américain est désormais limité aux ressortissants étrangers sur décision du président des États-Unis. En suspendant les entrées aux USA, il comptait réduire la propagation du virus. Cette mesure concernait prioritairement les ressortissants chinois qui présentaient le plus grand nombre de cas infectés. Bien qu’effective, cette alternative était insuffisante face à la progression de l’épidémie.

Quelques jours plus tard, l’Organisation mondiale de la Santé annonçait l’avènement d’une pandémie. Une décision qui en actait une autre puisque dans la foulée le président américain élargissait le champ d’application de la restriction territoriale. La France et tout l’espace Schengen étaient alors concernés par cette mesure qui les privait d’une entrée sur le territoire américain pendant trente (30) jours.

Il s’agit bien là d’une des décisions les plus difficiles prises durant l’histoire, mais cela était nécessaire selon les autorités sanitaires. Cette situation suscite des interrogations, notamment sur la possibilité d’obtenir un visa. Plus précisément, des doutes planent sur l’utilité de l’ESTA durant cette période.

L’ESTA est-elle toujours d’actualité?

Il n’est pas formellement interdit de voyager sur les États-Unis par ce temps de Coronavirus. Ainsi, le site de délivrance de l’ESTA est toujours fonctionnel et la procédure est encore autorisée.

Peut se faire attribuer l’ESTA, une personne qui voyage dans le cadre du Visa Waiver Program. En outre, il devra aussi remplir les conditions ci-dessous :

  • Être de bonne moralité ;
  • Voyager pour : Tourisme — Affaires — Transit ;
  • Avoir un passeport valide jusqu’au retour du séjour ;
  • Détenir un passeport biométrique ou un passeport électronique ;
  • Présenter un billet de voyage de court séjour ou un billet de transit ;
  • Acheter son billet auprès d’une compagnie agréée par les États-Unis.

Qu’est-ce qui a changé par les temps de la Covid-19 ?

Certes, les entrées sont toujours autorisées aux États-Unis. Cependant, le pays n’envisage pas de permettre à une personne contaminée d’accéder au sol américain. De nombreuses mesures de restrictions sont adoptées.

Ainsi, certains voyageurs ne seront pas admis même s’ils sont éligibles pour l’ESTA. Il s’agit de ceux qui sont précédemment allés dans un pays à haut risque selon les États-Unis. Au nombre de ces pays, il y a :

Pays-Bas – Angleterre – Belgique – Suisse – Autriche – Suède — République tchèque – Brésil – Espagne – Chine — Slovénie – Danemark – Slovaquie – Estonie – Portugal – Finlande – Pologne – France – Norvège – Allemagne – Malte – Grèce – Luxembourg – Hongrie – Lituanie – Island – Liechtenstein – Iran – Lettonie – Irlande – Italie.

Se retrouvent dans cette liste, la plupart des pays de l’espace Schengen. On note tout de même l’absence des territoires d’outre-mer qui sont situés hors de l’Europe.

Par rapport aux personnes qui détiennent une ESTA pour motif de transit, elles seront autorisées. Bien entendu, la condition demeure. Elles ne se sont pas rendues dans les pays énumérés ci-dessus sous un délai de 14 jours précédents.

Cas de quelques exceptions

Le pays a prévu des exceptions à sa loi. Malgré la condition énumérée précédemment, certains sont autorisés d’entrées aux USA. Voici les exceptions prévues par les mesures citées plus haut :

La famille proche des résidents des États-Unis

Les personnes qui vivent aux États-Unis et qui ont la nationalité sont naturellement autorisées à rentrer chez eux. Cela est accepté même s’ils ont précédemment visité les pays énumérés ci-dessus.

Toutefois, les cas concernés ici sont ceux des voyageurs étrangers qui comptent venir avec l’ESTA. S’ils ont parcouru ces pays, ils ne seront autorisés que s’ils sont :

  • Enfant ou enfant adoptif d’un résident des États-Unis ;
  • Conjoint ou Conjointe d’un résident des États-Unis ;
  • Parent ou tuteur légal d’un résident des États-Unis ;
  • Frère ou sœur non marié (e) d’un résident des États-Unis et qui est âgé (e) de plus de 21 ans.

Les voyageurs qui représentent une opportunité pour les États-Unis

Le pays capitaliste autorise toute personne qui compte venir aux USA avec l’ESTA dans l’intérêt national. Les USA ne tiendront pas vraiment rigueur au fait qu’il ait voyagé plus tôt dans certains pays à risque.

Cette catégorie comprend les investisseurs, les voyageurs d’affaires et les représentants d’entreprise. Elle compte aussi, les scientifiques, les personnes qui voyagent pour une cause humanitaire ou la santé publique.

Bien entendu, les individus qui se rendent aux États-Unis dans le cadre de la sécurité intérieure sont approuvés. Ils y sont acceptés même si leur trajectoire n’est pas des plus fiables. D’autres mesures conséquentes seront prises pour éviter la propagation de la pandémie dans ces cas.

Quelques dispositions particulières

Il faut noter que pour ces cas exceptionnels, il existe encore quelques restrictions. En effet, le nombre d’aéroports et de vols dédiés à cette catégorie de personnes est strictement limité.

En septembre, l’agence de presse Reuters affirma que les États-Unis sont sur le point de changer les choses. Le nombre d’aéroports et de vols attribués à cette catégorie de voyageurs devrait augmenter.

La disposition semble s’alléger parce qu’il eut une étude concernant les voyageurs venus des destinations énumérées ci-dessus. Cette observation prouve que ces gens présentent un très faible taux de contamination.

Que faire lorsqu’un visiteur fait partie des exceptions approuvées par les USA?

Lorsqu’un visiteur estime que sa présence devrait être acceptée parce qu’il répond aux conditions énumérées, il peut le signaler. Pour cela, il devrait se rendre au consulat américain pour demander une exception et l’autorisation de l’ESTA.

Doit-on déclarer son itinéraire lors de la procédure de l’ESTA?

Il faut savoir que la déclaration de l’itinéraire antérieure n’est pas demandée lors de la soumission à l’ESTA. Ce sera au service d’immigration de contrôler que le voyageur n’a pas été dans les pays ci-haut mentionnés.

Lorsque tel est le cas, il vérifiera si le voyageur fait partie des profils jouissant d’une exception. Si tel n’est toujours pas le cas, l’ESTA est, de ce fait, purement et simplement annulée.

Il faut noter que ce rejet n’est que ponctuel. Dès que le voyageur en partance pense qu’il remplit désormais le profil requis, il peut encore soumissionner. Si son profil est effectivement éligible, il se verra octroyer la pièce. Sinon, le refus est maintenu.

Cependant, certaines fois, il peut arriver que l’autorisation électronique ait été annulée par erreur. Si le voyageur pense qu’il est absolument éligible pour la pièce, il devra donc faire une réclamation.

Cette dernière peut être enregistrée à la police aux frontières du pays. Elle peut aussi être signalée auprès de la compagnie de voyage chargée de faire partir la personne. Cette dernière dispose des qualifications nécessaires pour régler ce genre de problème.

Qu’est-ce qui n’a pas changé malgré la crise de la Covid-19?

Puisque la procédure d’autorisation de voyage électronique n’est pas interdite, plusieurs mesures y afférentes sont toujours d’actualité. Voici deux points qui n’ont pas changé :

La durée du traitement de la requête

Avant le coronavirus et en pleine crise, la durée du traitement de la demande est toujours aussi rapide. En fonction de l’encombrement des services, elle peut prendre entre quelques heures et 3 jours.

La durée de validité de l’ESTA

L’ESTA attribuée par ces temps de coronavirus est toujours valable pour 2 ans. Toutefois, il ne faut pas oublier qu’elle peut expirer plutôt. Il s’agit du cas où le passeport auquel elle est rattachée expire aussi.

Que faire lorsqu’un voyageur ne profite pas de son ESTA à cause de ces règles?

Certains se sont déjà fait octroyer l’ESTA avant de se voir interdire l’accès aux États-Unis. Cela ne voudra pas signifier que la pièce n’est pas valable. Elle l’est, et ceci pour une durée de 2 ans (ou jusqu’à expiration du passeport).

Par ailleurs, il n’y a pas moyen de se faire rembourser l’ESTA. En effet, les frais payés lors de la procédure ne garantissent pas l’accès au pays. Ils couvrent juste le traitement du dossier. Malheureusement, il n’y a donc rien à faire dans le cas d’espèce.

Quand est-ce que les choses reviendront à la normale?

Puisque cette situation liée à la Covid-19 est imprévisible, aucune date fixe ne saurait être donnée. Le moment du retour à la normale du déroulement du voyage aux USA avec l’ESTA n’est pas fixé.

  1. Il faut noter que ces mesures prises par les États-Unis en période de Covid sont évolutives. Pour cela, l’on peut s’attendre à des modifications à tout moment. Tout dépendra de l’évolution de la situation dans le pays. Il faut donc se renseigner assez souvent sur les nouvelles dispositions du gouvernement Trump avant tout projet de voyage.