Choisissez la langue:

Est ce que d’autres pays demandent des frais d’entrée / sortie?

La sécurité aux frontières est un sujet préoccupant. Le contrôle du flux des migrants dans certains pays devient un véritable défi au regard du contexte géopolitique internationale.

À côté des États-Unis qui ont mis en place un système électronique d’autorisation d’entrer sur son territoire, certains États ont adopté cette même politique à l’instar du Canada, l’Afrique du Sud.

Désormais, il est exigé aux touristes de se plier aux modalités ou exigences de contrôle transfrontalier des pays d’accueil. Cinquante-six pays facturent des frais d’entrée ou de sortie.

Il peut même arriver que des preuves ou frais de sortie du territoire vous soient exigés. Toutefois, il n’est pas toujours évident pour les voyageurs de se rendre compte des frais prélevés à l’entrée ou à la sortie d’un pays étranger. Ils sont quasi invisibles par ces derniers, car prélevés différemment.

Quels sont les pays qui exigent les frais d’entrée et/ou sortie ?

Les frais d’entrée ou de sortie sont exigés par plusieurs pays. En plus des frais du passeport et ceux liés à la demande de visa, il s’agit d’une taxe imposable à tous les visiteurs ou touristes en partance pour ces pays.

Cette participation financière n’est rien d’autre qu’un moyen de lever des fonds servant à soutenir l’action des personnes déployés pour le contrôle des frontières. On en dénombre à ce jour, près de 56 pays qui exigent aux touristes des frais d’entrée ou de sortie sur le territoire.

Parmi ces pays, on compte certains pays de l’espace Schengen et ceux des pays de l’UE, les pays de l’Amérique du Nord et centrale (Mexique, Panama, Guatemala, Honduras, Belize, Groenland, El Salvador, Nicaragua, Costa Rica, Canada, États-Unis, etc.), les pays d’Afrique (Afrique du Sud, Kenya, Zambie, etc.), et d’autres pays qui prélèvent des taxes ou frais à l’entrée ou sortie de leur territoire.

Pour plus d’informations sur les frais additionnels ou supplémentaires à ceux exigés pour l’obtention d’un visa ou d’un titre de séjour, prenez des renseignements auprès d’une ambassade ou d’un consulat du pays de destination.

Comment sont prélevés les frais d’entrée ou sortie ?

Il faut dire que cette opération n’est pas toujours la même selon qu’on migre dans un pays ou dans un autre. Il s’agit, pour tout dire, des formalités imposables aux touristes sans que ces derniers ne soient mis au courant des taxes prélevées.

Les gouvernements procèdent de différente manière pour contraindre les voyageurs de s’acquitter desdits frais. Mais comment ? Aujourd’hui, l’autorisation de voyage électronique est à la mode. Plusieurs systèmes électroniques d’autorisation de voyage ont ainsi vu le jour (ESTA, AVE, ETA, etc.).

De nombreux voyageurs en direction des États-Unis, et ressortissants des pays membres de l’ESTA en font la demande chaque jour. Que dire des voyageurs qui frappent aux portes du Canada, de l’Australie y compris de l’Afrique du Sud qui ont également mis en place des programmes ou systèmes d’autorisation de voyage électroniques ou e.visa.

À côté de l’autorisation électronique, les services d’immigration peuvent prélever ces frais au niveau des frontières.

C’est par exemple le cas du Mexique qui prélève le fameux « derecho de non residente » ou taxe d’entrée aux postes-frontières contre un document de voyage FMM (forma migratoria multiple), sorte d’attestation d’accueil que le voyageur devra garder et présenter au service d’immigration ou au poste-frontière à la sortie du territoire.

Le troisième moyen utilisé pour prélever les frais est le billet d’embarquement. La contrainte ici est telle que le voyageur doit avoir un billet ou ticket d’embarquement aller-retour avant d’entrer dans le pays de destination.

Lorsque le voyageur achète par exemple son billet d’avion aller-retour, les frais d’entrée ou de sortie sont ainsi déduits sans qu’il ne s’en rende compte. Le quatrième moyen de prélever ces frais consiste à exiger du voyageur lors de la demande de visa, une souscription à une assurance rapatriement ou assistance adossée à une lettre d’invitation provenant d’un établissement du pays.

Si vous êtes mineur, et que vous devez voyager pour l’étranger, une autorisation parentale peut s’ajouter à votre dossier d’obtention de visa. Ces différents moyens sont généralement utilisés par les 56 pays qui contraignent les touristes et voyageurs, de s’acquitter des frais d’entrée et/ou de sortie de leur territoire afin d’y séjourner.

Comment demander une autorisation de voyage ou un visa classique ?

Les formalités pour l’obtention d’un visa d’entrée ou d’une autorisation de séjour dans l’un de ces 56 pays sont quasi identiques. Toutefois, les conditions d’entrée dans ces pays peuvent varier d’un pays à un autre.

Pour la France par exemple, ces conditions d’entrée et formalités sont conformes au code de l’entrée et de séjour des étrangers et droit d’asile (ceseda). Si vous êtes voyageur et que vous souhaitez obtenir des documents nécessaires à votre voyage, notamment le visa valide ou une autorisation électronique, voici les possibilités qui s’offrent à vous :

Demander un visa classique

La demande de visa classique se fait exclusivement auprès d’une représentation diplomatique ou des autorités consulaires du pays de destination. Le demandeur devra fournir aux autorités consulaires ou diplomatiques un certain nombre de documents justificatifs.

Il s’agit principalement des passeports ou un passeport en cours de validité, d’un formulaire de demande de visa long séjour, une photo d’identité au format exigé par les autorités compétentes, une photocopie et/ou originale du relevé de compte bancaire ou un justificatif de revenus et de billet retour, un certificat médical, une assurance voyage et les frais de visa imposables.

Demander une autorisation de voyage électronique

L’autorisation de voyage électronique s’obtient en ligne. Il suffit de remplir le formulaire de demande d’e.visa et de l’obtenir en moins de 3 jours. Généralement, l’autorisation limite le séjour du demandeur de 30, 60 et 90 jours maximum.

Ce type de visa s’obtient sur la base d’un passeport biométrique et de certains d’autres documents en fonction du pays initiateur du programme. Vous pouvez bénéficier d’une assistance experte sur notre plateforme pour obtenir votre autorisation.