Choisissez la langue:

Pouvez-vous quitter les États-Unis afin d’obtenir 90 jours supplémentaires ?

Pouvez-vous quitter les États-Unis afin d’obtenir 90 jours supplémentaires ?

Le système électronique d’autorisation de voyage ESTA USA a une durée de validité qui s’étend sur une période de deux ans, à compter de sa date d’émission, ou jusqu’à expiration du passeport. Il permet aux ressortissants de pays bénéficiant de l’exemption de visa d’obtenir un séjour touriste ou un voyage d’affaires allant à 90 jours maximum aux Etats-Unis.

Vous devez donc absolument mettre vos informations personnelles à jour afin de pouvoir obtenir une autorisation ESTA. Par contre, si des modifications concernant votre état civil (nom, prénom, genre, etc.) ou vos antécédents médicaux et judiciaires apparaissent au cours de ces deux années, vous vous retrouverez dans l’obligation de nouvellement refaire ou remplir le formulaire de demande d’ESTA pour les Etats-Unis.

Par ailleurs, au cas où votre passeport électronique ou biométrique aurait expiré avant les deux ans de validité de l’ESTA, vous devrez automatiquement effectuer une nouvelle demande d’autorisation d’ESTA.

Par contre, si cette autorisation de court séjour arrive au terme de sa validité pendant votre voyage, vous ne devez pas avoir d’inquiétude pour pouvoir sortir du territoire pour rendre dans votre pays de résidence initial, et ce, que vous le fassiez par avion ou par bateau, puisque ce document est seulement nécessaire lors de votre départ pour les États-Unis.

Conditions de validité de votre ESTA

L’ESTA vous donne la possibilité d’entrer sur le territoire et de rester sur le sol américain pour une courte durée et consécutivement. Dans ce cas, si votre souhait est de faire des aller et retour aux États-Unis au cours de ces deux années de validité de l’ESTA, vous n’avez qu’à payer un billet d’avion aller et retour, avoir un passeport en cours de validité et le tour est joué.

Toutefois, vous devrez impérativement respecter un délai de 3 mois sur le sol américain. Dans la mesure où vous refuserez de respecter ce délai d’attente fixé par l’ESTA (qui existe entre deux séjours), vous serez dans l’obligation de faire recours à une autre solution. Vous pourrez par exemple solliciter un visa d’entrée, visa de tourisme, visa d’affaires ou une carte verte.

Cette autorisation de voyage ne permet pas de travailler, encore moins de poursuivre des études pour obtenir un diplôme sur le territoire américain.

Il arrive parfois qu’un voyageur qui souhaite séjourner plus de 90 jours aux États-Unis quitte le territoire pour se rendre dans un pays voisin comme : le Mexique, le Canada, voire jusqu’à dans les Caraïbes. Ce transit peut lui permettre de retourner aux USA afin de pouvoir y séjourner 90 jours de plus.

Conséquences du non-respect des termes de séjour de l’ESTA

Malgré le fait que l’ESTA accorde parfois 90 jours de plus à un ressortissant qui se déplace vers les pays voisins des États-Unis avant d’y retourner, le département des douanes et de la protection des frontières se chargent parfois de bloquer son retour pour violation de la loi d’immigration.

Cependant, si votre souhait est de rester plus de 90 jours prévus par l’ESTA, il serait préférable et avantageux de faire directement une demande de visa auprès de l’ambassade des États-Unis. De ce fait, les justificatifs ou informations que vous présenterez doivent être complètes et en règle que possible, afin d’éviter le risque d’un quelconque rapatriement ou d’être expulsé.

En résumé, si vous décidez de quitter le pays après 90 jours, les jours seront techniquement et automatiquement réinitialisés quand vous reviendrez. Cependant, il est du ressort de l’agent d’immigration ou des autorités américaines de vous donner à nouveau la possibilité de rentrer sur le sol américain.

Par conséquent, si la décision prise par l’agent d’immigration stipule que vous avez tenté d’enfreindre la loi, vous pourrez dès lors être interdit de tout accès et de revenir aux États-Unis après une période de 10 ans. Cela conduira automatiquement à des complications futures, lorsque vous essayerez de retourner aux USA.

Exemple 1: Daniel
Daniel et ses amis sont venus à Miami il y a moins d’un mois. Il est tombé amoureux de la ville et a décidé de rester indéfiniment.Il a utilisé un ESTA pour entrer aux États-Unis et est conscient qu’il devra partir dans deux mois, pour ne pas devenir illégal.

En outre, l’ESTA ne vous permet pas de travailler aux États-Unis.

Daniel a commencé à travailler dans un restaurant pendant qu’il s’installait dans sa nouvelle vie de Miami, tout en recherchant des solutions à son dilemme.

Il veut quitter le pays dans 40 jours et aller en République Dominicaine pour quelques jours. Il pense que ça lui permettra de rester 90 jours supplémentaires.

Après avoir consulté un avocat d’immigration, Daniel décide qu’il préfère retourner en France et faire une demande de visa auprès de l’ambassade américaine.

Nous vous recommandons de toujours suivre la loi.

Exemple 2: Stéphane
Stéphane est un citoyen australien qui rend visite à sa copine à Los Angeles.Stéphane est aux États-Unis depuis environ deux mois avec un ESTA. Il ne veut pas quitter sa copine et est à la recherche d’un moyen de prolonger son voyage.

Sa première idée est de faire un court séjour avec sa copine au Mexique, pour pouvoir bénéficier, à son retour, de 90 jours supplémentaires dans le pays.

Quand ils sont revenus du Mexique, l’agent d’immigration est devenu méfiant vis à vis de Stéphane. Il a vu que sa copine avait un visa à long terme, et qu’il n’avait que l’ESTA.

Stéphane a été autorisé à revenir dans le pays, mais seulement pour le temps restant sur ses premiers 90 jours. Il devra quitter les États-Unis dans deux semaines.