Choisissez la langue:

Que pouvez-vous faire si l’ESTA vous est refusé?

Si le formulaire ESTA est rejeté, le demandeur a une seule façon d’obtenir le permis d’entrer aux États-Unis: s’adresser à l’ambassade ou au consulat américain le plus proche de votre ville.

Le système en ligne qui donne les autorisations de voyage, ne donne pas les raisons pour lesquelles une demande est refusée. En cas de refus, ESTA a un lien vers le programme DHS Voyage Redress Inquiry (TRIP), mais ce département ne garantit pas de solution concernant la pertinence du programme d’exemption de visa.

Même en cas d’urgence, les ESTA non délivrés et considérés inadéquats ne permettent pas d’obtenir des rendez-vous dans de plus courts délais à l’ambassade ou au consulat. Il est donc souhaitable de demander l’autorisation de voyage avant d’acheter un billet d’avion ou de payer une réservation d’hôtel aux États-Unis.

Dans ces cas, la meilleure chose à faire est de contacter l’ambassade, plutôt que d’essayer de redemander l’ESTA. En théorie, il est impossible pour le système d’approuver un permis si celui-ci a déjà été rejeté. Même si par quelque miracle le système approuvait la demande la deuxième fois, l’agent de frontière détectera le problème et vous refusera l’entrée aux États-Unis.

Rappelez-vous qu’une fausse déclaration est considérée comme un crime, et cela pourrait conduire à ne plus jamais être considéré comme apte à entrer aux États-Unis..

Exemple: Fréderic
Frédéric a souvent voyagé aux États-Unis ces dernières années, en particulier à la Nouvelle-Orléans dont il est tombé amoureux. Il a même décidé de monter une nouvelle entreprise dans cette ville. Il est maintenant très proche de l’ouverture de son restaurant français dans cette ville particulièrement charmante.Son statut d’immigration est en suspens, car il a demandé un visa d’investisseur grâce à son investissement dans son restaurant mais ce visa ne lui a pas encore été accordé.

En attendant le visa en France, Frédéric a demandé un ESTA pour se rendre à la Nouvelle-Orléans, et celui-ci lui a été refusé.

Frédéric vit à Lyon et sur les conseils de notre service à la clientèle il est ensuite allé au consulat américain de sa ville, où il a été informé qu’il devrait attendre en France le résultat de sa demande de visa de travail (investisseur) pour être en mesure de revenir au États-Unis.

C’est donc ce qu’il a fait, et après environ quatre semaines il a enfin reçu son visa. Un nouvel avenir l’attend maintenant dans sa chère Louisiane.

Exemple 2: Thelma
Thelma a 25 ans et est de nationalité irlandaise. Il y a environ 3 ans, elle a prolongé son voyage à New York pour plusieurs mois. En fait, la ville lui a tellement plu qu’elle a même pris un emploi comme barman dans un pub irlandais et est restée à New York pendant environ six mois avec son ESTA.L’ESTA permet un séjour maximum de 90 jours, et n’autorise pas à travailler comme salarié.

Thelma a maintenant l’intention de visiter des amis dans la Big Apple et a demandé un nouvel ESTA. Comme on pouvait s’y attendre, celui-ci a été refusé.

Laissons de côté le fait que Thelma a travaillé car même si cela n’est pas autorisé les autorités ne sont probablement pas au courant de ce fait. Par contre les autorités migratoires des États-Unis ont enregistré la sortie du territoire de Thelma et constaté qu’elle avait violé les lois de l’immigration en restant 6 mois au lieu des 3 mois maximum autorisés.

La seule option qui lui reste est de contacter l’ambassade des États-Unis et de demander un visa de résidence, qui dans son cas sera particulièrement difficile à obtenir.