Choisissez la langue:

Que pouvez-vous faire si l’ESTA vous est refusé?

Le programme d’exemption de visa ESTA permet aux ressortissants de pays concernés de séjourner aux USA. Cette initiative des parlementaires américains permet à la fois de vanter la destination USA tout en renforçant la sécurité aux frontières.

Ainsi, les touristes peuvent aisément entrer sur le territoire américain sans obligation de visa classique valable pendant 90 jours maximum. Les ressortissants de ces pays bénéficiaires ont désormais l’opportunité d’effectuer plusieurs voyages sur le sol américain sous deux années calendaires.

Toutefois, les procédures d’obtention d’une autorisation de voyage électronique sont simplifiées et se font en ligne. En tant que requérant, vous n’aurez plus à vous confronter aux longues procédures administratives dans une ambassade américaine ou une représentation consulaire. Mais, il peut arriver que votre requête ESTA soit rejetée.

Quelle voie de recours après une autorisation de séjour ESTA refusée ?

Si le formulaire ESTA est rejeté, le demandeur a une seule façon d’obtenir le permis d’entrer aux États-Unis : s’adresser à l’ambassade ou au consulat américain le plus proche de votre ville. Il n’a pas la possibilité de faire un recours en cas de motif de refus définitif.

Le système en ligne qui donne les autorisations de voyage ne donne pas les raisons pour lesquelles une demande est refusée. En cas de refus, ESTA a un lien vers le programme DHS Voyage Redress Inquiry (TRIP), mais ce département ne garantit pas une solution concernant la pertinence du programme d’exemption de visa.

Même en cas d’urgence, les ESTA USA non délivrées et considérées inadéquates ne permettent pas d’obtenir des rendez-vous dans de plus courts délais à l’ambassade ou au consulat. Il est donc souhaitable de demander l’autorisation de voyage avant d’acheter un billet d’avion ou de payer une réservation d’hôtel aux États-Unis.

Dans ces cas, la meilleure chose à faire est de contacter l’ambassade, plutôt que d’essayer de redemander l’ESTA. En théorie, il est impossible pour le système d’approuver un permis si celui-ci a déjà été rejeté. Même si par quelques miracles le système approuvait la demande la deuxième fois, l’agent de frontière détectera le problème et vous refusera l’entrée aux États-Unis.

Rappelez-vous qu’une fausse déclaration est considérée comme un crime, et cela pourrait conduire à ne plus jamais être considéré comme apte à entrer aux États-Unis. Pas besoin de refaire une demande d’ESTA.

Quels peuvent être les motifs de refus d’ESTA ?

La demande de visa électronique est sujette à une réglementation bien rigide. De ce fait, le demandeur doit pouvoir se soumettre à cette réglementation à des fins d’obtenir son autorisation de séjour. La décision de refus peut s’expliquer différemment et en fonction du profil du demandeur.

Tout comme une demande de prêt introduite dans un établissement financier peut vous être refusée, les autorités américaines peuvent décider de vous refuser l’autorisation de voyage ESTA. Pour quels motifs ? Plusieurs raisons peuvent être évoquées, mais les motifs irrévocables sont les suivants :

Avoir un casier judiciaire

Le voyageur VWP du système électronique ESTA ne doit pas avoir un casier judiciaire, quel qu’il soit. Si jamais vous avez été condamné et que vous avez besoin d’un visa électronique ESTA, sachez qu’il vous sera refusé sans aucune voie de recours.

Le non-respect de la loi américaine sur l’immigration

La loi d’immigration américaine s’impose à tous les touristes en séjour sur le territoire américain. Ainsi, si lors de votre précédent voyage vous n’avez pas respecté la durée de votre séjour ou avez enfreint la loi, sachez que votre dossier ESTA sera rejeté. De plus, si en séjour aux États-Unis, vous ne disposiez pas d’un visa conforme à votre motif de voyage (travail, étude, etc.), l’ESTA vous sera refusée.

Refus d’un visa d’entrée aux USA

Si l’administration américaine vous avait refusé un visa touristique et que vous sollicitez une autorisation électronique de voyage pour les USA, sachez qu’elle vous sera refusée. Lorsqu’un visa vous a été refusé préalablement, il vous sera difficile d’obtenir un titre de séjour pour les États-Unis. Ce motif est irrévocable.

Avoir la nationalité des pays non concernés par le programme

Le refus d’autorisation peut aussi s’expliquer par votre nationalité. Si votre nationalité n’est pas éligible au programme d’exemption de visa américaine, votre requête ne connaîtra jamais une suite satisfaisante.

Si par contre vous bénéficiez d’une double nationalité dont l’une est issue de la Syrie, du Soudan ou de l’Irak, pas besoin d’espérer obtenir une autorisation ESTA. Il s’agit là d’un motif de refus non négociable.

Ne pas avoir résidé dans certains pays depuis le 1er mars 2011

Si par exemple vous avez résidé dans les pays tels que l’Iran, l’Irak, le Soudan, le Yémen, la Somalie, la Libye et la Syrie, alors cela constitue un motif valable pour le département de la sécurité intérieure des États-Unis de vous refuser l’ESTA.

Une maladie contagieuse

Si le touriste VWP est atteint d’une maladie contagieuse, il lui sera difficile d’obtenir son permis de séjour aux États-Unis. Une fois que le système détecte une maladie transmissible qui constitue une urgence aux USA, votre dossier est de ce fait rejeté.

Pour les plus malins, l’ESTA peut également vous être refusée au cas où vous renseignez de fausses informations sur votre personnalité. Après traitement de votre dossier et que ces incohérences sont constatées, l’e-visa ne vous sera plus jamais accordé.

Comment bien remplir son formulaire ESTA ?

Pour éviter les cas de refus ou de nouvelle demande d’ESTA, il est intéressant de bien remplir son formulaire. Obtenir une autorisation de séjour est consubstantiellement lié à votre passeport biométrique ou électronique en cours de validité.

Ainsi, une fois sur notre plateforme, veillez à bien remplir les données qui permettent de vous identifier telles qu’écrites sur votre passeport valide. Si le gouvernement américain constate une seule erreur à ce niveau, votre demande sera rejetée, et votre voyage aux États-Unis sera annulé.

En plus des informations biographiques, veillez à bien répondre aux questions. Pour ce faire, vous pouvez bénéficier d’un accompagnement par nos experts sur notre site. Avant de soumettre votre demande, prenez le temps de bien la relire afin de déceler tous les défauts ou erreurs. Pour finir, acquittez-vous des frais exigibles qui sont non remboursables.

Exemple: Fréderic
Frédéric a souvent voyagé aux États-Unis ces dernières années, en particulier à la Nouvelle-Orléans dont il est tombé amoureux. Il a même décidé de monter une nouvelle entreprise dans cette ville. Il est maintenant très proche de l’ouverture de son restaurant français dans cette ville particulièrement charmante.Son statut d’immigration est en suspens, car il a demandé un visa d’investisseur grâce à son investissement dans son restaurant mais ce visa ne lui a pas encore été accordé.

En attendant le visa en France, Frédéric a demandé un ESTA pour se rendre à la Nouvelle-Orléans, et celui-ci lui a été refusé.

Frédéric vit à Lyon et sur les conseils de notre service à la clientèle il est ensuite allé au consulat américain de sa ville, où il a été informé qu’il devrait attendre en France le résultat de sa demande de visa de travail (investisseur) pour être en mesure de revenir au États-Unis.

C’est donc ce qu’il a fait, et après environ quatre semaines il a enfin reçu son visa. Un nouvel avenir l’attend maintenant dans sa chère Louisiane.

Exemple 2: Thelma
Thelma a 25 ans et est de nationalité irlandaise. Il y a environ 3 ans, elle a prolongé son voyage à New York pour plusieurs mois. En fait, la ville lui a tellement plu qu’elle a même pris un emploi comme barman dans un pub irlandais et est restée à New York pendant environ six mois avec son ESTA.L’ESTA permet un séjour maximum de 90 jours, et n’autorise pas à travailler comme salarié.

Thelma a maintenant l’intention de visiter des amis dans la Big Apple et a demandé un nouvel ESTA. Comme on pouvait s’y attendre, celui-ci a été refusé.

Laissons de côté le fait que Thelma a travaillé car même si cela n’est pas autorisé les autorités ne sont probablement pas au courant de ce fait. Par contre les autorités migratoires des États-Unis ont enregistré la sortie du territoire de Thelma et constaté qu’elle avait violé les lois de l’immigration en restant 6 mois au lieu des 3 mois maximum autorisés.

La seule option qui lui reste est de contacter l’ambassade des États-Unis et de demander un visa de résidence, qui dans son cas sera particulièrement difficile à obtenir.