Peut-on travailler aux USA avec l’ESTA?

Travailler a Ney Work | Esta-formulaire.us

Travailler aux États-Unis avec un formulaire ESTA est possible, mais sous plusieurs conditions. Les détenteurs du permis de voyage électronique ne sont autorisés qu’à exercer une liste restreinte d’activité professionnelle. Un document spécifique, notamment le visa H1B, est obligatoire pour réaliser plus de projets. Envie d’en savoir plus ? Nous allons vous aborder les possibilités liées à la demande ESTA avant de vous parler des démarches pour travailler aux USA.

Comprendre le fonctionnement du document ESTA

Le document ESTA : une autorisation de voyage électronique

L’ESTA ou « Electronic System for Travel Authorization » est le terme utilisé pour désigner l’autorisation de voyage électronique. C’est un document mis en place en 2007 pour les visiteurs éligibles au programme d’exemption de visa souhaitant aller aux États-Unis.

Parmi les pays concernés par le programme se trouvent la France, la Belgique, la Suisse, le Monaco ou encore l’Italie. La majorité des citoyens de pays européens sont soumis à la demande ESTA pour aller aux États-Unis.

Il leur permet d’embarquer dans un avion ou un bateau, sans demander le visa américain. L’autorisation de voyage est utilisée dans le cadre d’un séjour touristique, d’un voyage d’affaires et/ou d’un transit. Le document autorise son titulaire à séjourner pendant 90 jours, au maximum, aux USA.

Le document ESTA n’est pas obligatoire si vous voyagez par voie terrestre. Par exemple, vous partez du Canada pour vous rendre aux États-Unis en voiture.

La procédure pour demander le document ESTA

Le document ESTA est un formulaire disponible et à remplir en ligne. Individuel, il est obligatoire que chaque voyageur en possède un peu importe son âge. Cela signifie que même un bébé doit avoir le sien.

Remplir le formulaire ESTA consiste à répondre à des questions relatives au domaine socioprofessionnel et au séjour aux États-Unis. Le document original est uniquement accessible sur le site du gouvernement américain. Attention aux arnaqueurs affirmant posséder le formulaire original sur leur site web.

Dans le véritable document ESTA, vous allez renseigner des informations concernant :

  • Des coordonnées, notamment le contact et l’adresse de votre hôte (cela peut être un hôtel ou un particulier) ;
  • Votre passeport ;
  • Votre emploi actuel ;
  • Votre carte de crédit/débit utilisée pour régler les frais liés à la soumission de dossier ;
  • Votre lieu de contact aux USA ;
  • Vos renseignements sur les réseaux sociaux, c’est-à-dire votre compte.

Renseigner le nom de son compte sur les réseaux sociaux est facultatif. Indiquer cette information augmente les chances de faire accepter sa demande.

Une fois le formulaire envoyé, un système de vérification automatique s’en occupe. Le délai de traitement prend quelques minutes au minimum, et 72 h au maximum. La majorité des demandes sont traitées en quelques heures.

Les chances d’un formulaire renseignant des informations correctes sont élevées. Veillez à vérifier minutieusement l’orthographe et les chiffres avant de confirmer la demande.

Ce que le document ESTA donne le droit

Voyage d’affaires

Faire un voyage d’affaires avec un document ESTA est possible. Nous vous encourageons à vous tourner vers cette alternative plus simple que demander un visa.

Attention, le voyage d’affaires est soumis à des conditions. En résumé, il est interdit d’exercer une activité en échange d’une rémunération. Le titulaire de l’autorisation de voyage n’est pas censé exécuter les services d’un employeur américain. Il doit se maintenir à l’échange ou encore à la négociation.

Tourisme

L’autorisation de voyage électronique est un document nécessaire dans le cadre d’un séjour touristique aux États-Unis. Le tourisme est l’un des motifs les plus choisis par les ressortissants étrangers.

Voici une liste non exhaustive d’activités touristiques autorisées :

  • Visiter des monuments incontournables aux USA : le Golden Gate à San Francisco, le Death Monument Valley ou encore le Central Park à New York ;
  • Assister à des concerts ou des théâtres : un show de votre artiste préféré ;
  • Jouer dans des casinos terrestres : Las Vegas possède de nombreux établissements spécialisés dans les jeux d’argent ;
  • Visiter des membres de la famille ou des amis : assister un mariage, faire une visite de courtoisie ;
  • Faire du road trip : plusieurs circuits existent pour les aventuriers et passionnés de nature.

Transit

Les passagers comptant faire une escale aux États-Unis doivent se procurer la demande ESTA, selon le message du gouvernement américain. C’est pour limiter les risques d’insécurité dans le pays.

L’autorisation de voyage électronique va servir de moyen pour contrôler l’identité de chaque passager. Cela permet d’identifier les personnes à risque pour la sécurité.

À noter qu’il n’est pas obligatoire de se procurer le permis de voyage électronique dans le cas d’un transit par voie terrestre. Par exemple, vous arrivez du Mexique ou du Canada.

Les démarches pour obtenir le document ESTA restent la même, peu importe le motif de voyage. Dans le cas d’un transit, le renseignement sur « l’adresse aux États-Unis » est remplacé par « Transit ».

Le document vous autorise à transiter autant de fois aux USA.

Concernant le travail

Les activités professionnelles autorisées avec un document ESTA

Voici les activités professionnelles qu’un détenteur de l’autorisation de voyage électronique peut faire aux États-Unis :

  • Livrer un produit à un client ou à une entreprise américaine ;
  • Rendre service à un client américain ;
  • Effectuer des travaux de réparation, d’inspection et d’installation ;
  • Donner des conseils, apporter un point de vue ou faire des suggestions auprès d’un client américain ;
  • Négocier avec un fournisseur américain ;
  • Discuter d’un projet ou soumettre des idées à un client américain ;
  • Participer à un séminaire, une conférence ou un congrès.

Les activités professionnelles interdites avec un document ESTA

Il est interdit de poursuivre son activité professionnelle aux États-Unis avec un document ESTA. Il va falloir entamer les démarches pour demander un visa de travail pour cela.

Voici des exemples d’activités professionnelles interdites aux États-Unis :

  • Investir dans une entreprise américaine ;
  • Créer, lancer ou diriger une entreprise ou une organisation aux USA ;
  • Effectuer un service journalistique ou réaliser une production médiatique ;
  • Reprendre les activités d’une entreprise.

Violer le statut autorisé par la demande ESTA : les risques et les conséquences

Bien que le gouvernement américain soit clair sur le sujet, il n’est pas rare de voir des étrangers enfreindre les règles du document ESTA. Ils exercent des activités lucratives durant leur séjour aux États-Unis.

Par ignorance ou par facilité, nous ne pouvons pas définir les raisons qui les poussent à violer leur statut. Ce qui est certain, c’est qu’ils compromettent leurs futures opportunités professionnelles/personnelles si les autorités américaines découvrent les infractions.

Ces étrangers vont être classés sur une liste rouge. À l’avenir, ils vont voir leur demande de permis de voyage, d’immigration ou de travail pour les États-Unis être refusée. Ils vont éprouver de la difficulté à obtenir la carte verte.

Dans les pires des cas, le gouvernement peut les interdire de revenir dans le pays. Dans cette situation, la solution est de contacter un avocat spécialisé. Une chance, petite soit-elle, existe pour que l’intéressé retrouve ses droits.

Travailler aux USA avec un visa H1B

Présentation du visa H1B

Le visa H1B est un document autorisant à travailler aux États-Unis pendant 3 ans. Il permet à une entreprise américaine d’embaucher un employé étranger disposant d’une qualification ou d’une compétence.

Chaque année, beaucoup de ressortissants étrangers postulent pour l’obtenir. Le gouvernement américain n’en délivre que soixante-cinq mille par an. C’est pour éviter une pénurie d’emploi, néfaste pour les travailleurs américains, mais aussi pour conserver la stabilité économique du pays.

Le visa H1B autorise un séjour de 3 ans. Il est possible d’entamer des démarches pour le prolonger jusqu’à 6 ans. Une personne ayant demandé une green card ou un labor certification bénéficie d’un an d’extension jusqu’à ce qu’elle obtienne le document.

Les profils éligibles à une demande de visa H1B

Voici les critères requis pour obtenir le visa H1B :

  • Être diplômé d’un Bachelor ou équivalent, d’une filière en rapport avec le poste convoité ;
  • Correspondre à une offre d’emploi et être accepté pour le poste ;
  • Avoir une licence prouvant que vous disposez des compétences pour exercer le poste demandé ;
  • Être titulaire d’un Bachelor américain correspondant à la fonction convoitée.

Le visa H1B est délivré aux personnes qualifiées et capables de contribuer à l’évolution économique du pays. Ce sont les comptables, les enseignants, les experts informatiques, les avocats ou encore les chercheurs informatiques.

Les ressortissants étrangers recrutés par les employeurs américains accomplissent une mission que les travailleurs locaux ne peuvent pas assurer. La rémunération proposée doit être conforme aux normes établies aux États-Unis et à la hauteur du poste.

Les démarches pour obtenir un visa H1B

La première étape pour travailler aux États-Unis consiste à trouver une entreprise à la recherche d’une qualification comme la vôtre. C’est important puisqu’elle va entamer les démarches pour vous embaucher et vous autoriser à séjourner sur le territoire américain.

Cela va être la même entreprise qui va se charger des frais liés aux procédures d’obtention du visa H1B.

Voici les démarches qu’elle va accomplir pour y parvenir :

  • Demander une approbation de Labor Condition Application via le Department of Labor ;
  • Compléter le formulaire I-129 du service d’immigration américaine ;
  • Préparer les documents nécessaires, comme une copie de l’autorisation d’embauche, une copie du diplôme du futur employé ou encore un exemplaire du contrat de travail ;
  • Envoyer le document I-797 « Notice of Approval » au futur employé pour que ce dernier le complète, si la demande est approuvée ;
  • Informer l’employé sur un entretien se déroulant à l’ambassade américaine de son pays.