Choisissez la langue:

Quelle est la durée d’un visa ?

Quelle est la durée d’un visa ?

Quelle est la durée d’un visa ?

 

Voyager pour l’étranger est adossé à une réglementation distincte. Si vous décidez de séjourner aux États-Unis, sachez que certains documents de voyage vous seront exigés. Vous êtes tenu par exemple de faire la demande d’un visa touristique, document officiel qui vous garantit une entrée sur le territoire américain.

 

Le gouvernement américain met à la portée des voyageurs, différents types de visa en fonction du motif de voyage, mais aussi, de la durée de votre séjour sur le sol américain. Il est donc recommandé, avant de planifier votre voyage, de connaître les exigences du pays de destination en matière de conditions d’entrée sur son territoire.

 

Ainsi, la durée du visa américain sera fonction du type de visa sollicité. Vous avez la possibilité, en tant que touriste, de demander un visa court séjour ou long séjour en fonction des cas. Si vous êtes ressortissant de certains pays de l’espace Schengen notamment la France, Belgique et l’Allemagne pour ne que les citer, une autorisation de voyage électronique vous octroie un titre de séjour de 90 jours maximum pour les USA.

 

Le visa américain : que retenir des différentes typologies ?

 

Lorsqu’on parle de visa, on voit automatiquement cette étiquette que les autorités compétentes d’un pays apposent sur votre passeport biométrique ou électronique lorsque vous voyagez. C’est un document qui permet d’authentifier et de légitimer le voyage d’un visiteur vers un pays étranger.

 

Le visa est greffé au passeport du voyageur qui, lui aussi, est adossé à sa carte nationale d’identité. Sur ce document, il est possible d’avoir toutes les informations sur le motif et la durée de séjour du voyageur, y compris la durée de validité du visa. Les États-Unis ont mis au total près de 23 types de visas. Ainsi, fonction de votre motif du voyage, vous pouvez en solliciter un qui vous convient.

 

Ces visas sont catégorisés et à chaque catégorie correspond une lettre de l’alphabet française. Les lettres oscillent de « A » à « V » avec des lettres spéciales pour un type particulier de visa. Le visa de type « A » est attribué aux chefs d’État, hauts dignitaires, fonctionnaires et diplomates étrangers.

 

Le type « B » est attribué aux professionnels et aux simples touristes. Le type « C » concerne les voyageurs en transit aux USA. Le type « D » est uniquement attribué aux membres d’un équipage. Le type « E » est attribué aux investisseurs et opérateurs économiques. Le type « F » est attribué aux étudiants.

 

Le type « G » est attribué à tout travailleur ou responsable en mission aux USA. Le type « H » pour les fonctionnaires ou travailleurs. Le type « I » pour les professionnels de la presse et les journalistes. Le type « J » est attribué aux visiteurs d’échange. Le type « K » pour un amoureux qui compte rejoindre son (sa) conjoint (e) de nationalité américaine. Le type « L » pour les expatriés travailleurs spécialisés.

 

Le type « M » attribué aux étudiants suivant une formation pro. Le type « N » pour ceux des immigrants en possession d’un visa SK-3. Le type « O » attribué aux personnes douées et surdouées dans tous les domaines d’activité (sport, culture, art, etc.). Le type « P » attribué aux titulaires ou assistants ayant un visa P-1. Cette catégorie de visa est aussi attribuée aux sportifs et artistes.

 

Le type « Q » attribué à tous les participants ou adhérents d’un programme ou festivités culturelles. Le type « R » accordé aux hommes d’église au religieux. Le visa de type « S » est attribué aux travailleurs ou fonctionnaires des services secrets. Le type « T » pour ceux des voyageurs victimes des affres du trafic de toute nature. Le type « U » accordé aux victimes des crimes ou activités criminelles.

 

Le visa de type « V » pour les résidents permanents et le type « TPS » pour la protection temporaire des États-Unis. Par ailleurs, le voyageur peut également solliciter un visa électronique pour séjourner aux États-Unis. Il s’agit de l’e-visa ESTA USA. Tout comme le visa Schengen, l’autorisation de séjour électronique a une durée de validité bien précise.

 

La durée d’un visa américain

Obtenir un visa touristique en cours de validité vous donne immédiatement droit à un séjour dans un pays étranger. Pour ce qui est des USA, vous devez comprendre que la durée varie en fonction du type de visa.

 

La validité de votre visa dépend également de celle de votre passeport électronique ou biométrique. Si ce dernier venait à expirer, votre visa ne vous servira plus dans la pratique. Alors, selon les situations, vous pouvez obtenir un visa dont la durée de séjour dépendra de votre voyage.

 

Dans l’ensemble, le visa américain a une durée de validité allant de quelques mois à 10 ans, voire plus. Si vous demandez par exemple un visa « B », sachez que sa durée de vie est limitée à 10 ans. Pour le visa électronique, sa durée de validité est de 2 ans renouvelables. Pour le visa « C », vous verrez bien que la durée de validité est comprise entre 2 jours et plus, ce qui n’est pas pareil pour le visa « H » dont la validité est de 3 ans.

 

Ces différences montrent à quel point la variabilité du nombre de jours à passer sur le territoire américain est fonction du type de visa. Toutefois, l’e-visa court séjour ESTA (voir la durée de l’ESTA) limite le séjour de son détenteur à 90 jours maximum. Il sera donc possible à son bénéficiaire de faire des allers-retours chaque trimestre jusqu’à son expiration ou à celle de son passeport.

 

Qu’il s’agisse d’un visa touristique, de travail ou d’études, l’expiration du passeport entraînera inéluctablement celle de votre visa. Le renouvellement du passeport exigera celui de votre visa. De plus, seul le motif de votre voyage vous donnera accès, soit à un visa long séjour, soit à un visa court séjour.

 

ESTA Vs Visa classique : y a-t-il des différences ?

 

La première différence concerne l’éligibilité de l’ESTA et du visa américain classique. Il faut dire que l’ESTA est une autorisation de voyage réservée exclusivement aux ressortissants de pays membres du programme d’exemption de visa américain (PEV). La liste des pays partenaires du PEV est non exhaustive, mais on en dénombre 37 pays au total.

 

De plus, il offre un court séjour de 90 jours au bénéficiaire avec la possibilité de l’obtenir en mois de 72 heures. L’obtention d’un visa de tourisme électronique se fait uniquement en ligne, ce qui n’est pas le cas avec le visa classique américain dont le remplissage du formulaire de demande de visa se fait auprès d’une ambassade des États-Unis ou d’une représentation consulaire américaine.

 

En outre, tandis que le motif de voyage d’ESTA ne se limite qu’au voyage d’affaires, de loisir et de transit, le visa classique offre un éventail d’opportunités plus large (vacances-travail, affaires, etc.). Une lettre d’invitation peut être exigée à l’entrée des USA à un voyageur VWP, ce qui n’est pas toujours le cas avec un visa d’entrée classique.

 

Au niveau du coût d’obtention ou des formalités, le système électronique d’autorisation de voyage ESTA est bien moins onéreux que les formalités d’obtention d’un visa pour entrer aux États-Unis.

L’ESTA est-elle nécessaire pour voyager aux USA ?

 

Tous les voyageurs à destination des États-Unis doivent avoir un visa. De ce fait, l’autorisation de voyage ESTA, sorte de visa obligatoire pour les voyageurs VWP, est nécessaire pour un séjour de courte durée.

 

Ce visa de voyage électronique est obligatoire pour les ressortissants des pays signataires du PEV qui souhaitent séjourner au pays de l’oncle SAM temporairement. Pour tout dire, l’ESTA est obligatoire si, en plus d’un court de séjour de 3 mois maxi, vous voyagez aux USA pour des raisons d’affaires, de loisir ou de transit.

 

Si par contre votre voyage ne s’écarte de ces trois conditions majeures (être ressortissant d’un pays membre, passer 90 jours au maximum sur le sol américain et respecter les trois motifs de voyage), alors vous seriez dans l’obligation de faire la demande de visa d’entrée aux USA classique. À ce moment, le dépôt de la demande se fera auprès d’une des représentations diplomatiques américaines de votre pays de résidence.