Est-ce que l’ESTA est un visa ?

Est-ce que l’ESTA est un visa ?

Est-ce que l’ESTA est un visa ?

 

Est-ce que l’ESTA est un visa ?

 

Electronic System for Travel Authorization ou ESTA est donc un document grâce auquel les ressortissants de pays bénéficiant du programme relatif à l’exemption de visa peuvent passer des séjours plus ou moins courts aux États-Unis.

 

C’est dans l’optique de renforcer la sécurité intérieure du pays ainsi que celle aux frontières que le gouvernement américain a donc mis en place un système électronique de renseignement. Ce programme permet un meilleur contrôle des entrées et des sorties sur le territoire américain.

 

On a donc tendance à penser à première vue que L’ESTA ressemble au Visa. Ce qui crée très souvent la confusion chez les novices. Cet article vous permettra alors d’avoir une idée beaucoup plus claire des différences existantes entre l’ESTA et le Visa.

 

Ne peuvent bénéficier du programme ESTA que les 37 pays ressortissants signataires

 

Premièrement, l’ESTA ne concerne que les voyages aux USA, et ce, même si l’Australie avait déjà établi un système qui y ressemble beaucoup, l’ESTA. En plus de cela, ce système n’est destiné qu’aux 37 pays bénéficiaires du programme d’exemption du visa.

 

La majorité des pays qui en font partie sont des pays d’Europe de l’Ouest et du Nord. On y retrouve aussi le Chili, la Nouvelle-Zélande ou encore le Japon.

 

L’erreur qui est généralement commise est de considérer que l’ESTA ne se résume qu’à un simple visa classique pour les pays bénéficiaires de ce programme. Néanmoins, la réalité est tout autre.

 

En effet, ceux qui bénéficient de ce programme sont en théorie susceptibles de voyager aux États-Unis et d’y séjourner pour 90 jours maximum. Ceci sans les habituels visas de tourisme et d’affaires qui étaient encore autrefois requis.

 

Néanmoins, avant un voyage aux USA, le voyageur se doit de remplir un formulaire ESTA en ligne. Tout ceci dans le but de s’enregistrer auprès des services qui eux sont sous le contrôle du gouvernement américain.

 

Grâce à cette démarche et à son caractère ponctuel, on obtient donc une meilleure traçabilité de toute entrée sur le territoire américain.

 

Laquelle de ces deux autorisations me convient-elle réellement : ESTA ou Visa ?

 

Obtenir une autorisation de voyage ESTA est beaucoup plus simple et plus rapide. L’autorisation peut être obtenue électroniquement par le biais du Web et bien sûr, les conditions à remplir pour son obtention sont moindres.

 

La seule chose à garder à l’esprit est que l’ESTA ne permet un voyage aux États-Unis que dans un cadre restreint alors que le visa classique est beaucoup plus ouvert.

 

Effectuer une demande d’autorisation de voyage ESTA pour :

 

Mes séjours touristiques : je me rends sur le sol américain en tant que touriste (dans le cadre d’un séjour touristique) pour une durée égale ou inférieure à 90 jours.

 

Mes voyages d’affaires : je pense me rendre aux USA pour un voyage d’affaires, comme un salon, des foires, des expositions ou bien dans le cadre d’une acquisition ou d’une vente de propriété par exemple.

 

Transit vers d’autres États : je ne serai sur le territoire américain que dans le cadre d’une escale pour ensuite me rendre vers un autre pays qui cette fois-ci est ma destination finale.

 

Présenter une demande de visa pour :

 

Le travail : je dois obtenir un visa si je veux exercer sur le territoire américain tout travail rémunéré. Ceci est tout aussi valable pour un travail qui ne durera que quelques heures.

 

Les études : il est relativement plus aisé d’entrer en possession d’un visa d’étude. En plus de pouvoir bénéficier d’une prolongation, le visa d’étude offre certains avantages par rapport à d’autres visas et à l’ESTA.

 

Un mariage : il est donc primordial de faire une demande auprès des autorités américaines pour obtenir son visa, car ce n’est grâce à lui que je pourrai changer mon statut matrimonial et obtenir donc par la suite mon statut de résident.

 

Une immigration : je vais aux États-Unis dans le but de m’y installer. Éventuellement, je pourrai obtenir dans un futur proche le statut de résident permanent et celui de citoyen.

 

Une naturalisation : je vais aux USA dans le seul but d’en devenir un citoyen.

 

Bien sûr, il est interdit de demander l’autorisation de voyage ESTA si votre but est parmi ceux cités ci-dessus. L’ESTA ne permet ni une modification ni une autre étude de votre statut sur le sol américain.

 

Les conditions de l’ESTA

 

Elles sont les suivantes :

  • L’ESTA est valable pendant 24 mois, et ce, dès la date. Toutefois, si durant cette période, votre passeport arrivait à expiration, l’autorisation ne serait plus valide ;
  • L’ESTA est considéré comme un visa à entrées multiples, chaque visite n’excédant donc pas 90 jours ;
  • Cette limite des 90 jours n’entre en vigueur qu’au moment où vous entrez sur le territoire américain ;
  • Un ressortissant qui dispose d’un ESTA peut en toute légitimité faire du tourisme et même entreprendre quelques activités commerciales. Entre par exemple en ligne de compte : le renseignement sur de possibles offres d’emplois, se livrer à diverses consultations avec des associés, assister à des conférences ou à des conventions ;
  • Néanmoins, ce dernier n’est nullement autorisé à travailler ou à se livrer à une quelconque étude ou à une formation quelle qu’elle soit.

Notez qu’on vous refusera d’entrer sur le territoire américain si vous avez des démêlés avec la justice. Renseignez donc vous bien auprès de votre consulat si vous êtes dans l’optique de solliciter une autorisation de voyage électronique ESTA.

 

L’autorisation de voyage suffit-elle pour me garantir l’entrée aux États-Unis ?

 

Dans le cas où l’autorisation électronique de voyage aurait été approuvée, elle rend éligibles toutes personnes voulant se rendre aux USA dans le cadre du programme d’exemption de visa. Néanmoins, elle ne garantit pas à toutes ces personnes d’y être admissibles.

 

Une fois que vous aurez mis pied sur le territoire américain, un fonctionnaire des services des douanes et de la protection des frontières vous inspectera au niveau d’un point d’entrée.

 

Il existe la possibilité que l’accès aux États-Unis vous soit refusé par ce dernier dans le cadre du programme d’exemption de visa ou pour une autre raison entrant en ligne de compte dans la législation américaine.

 

Alors, l’ESTA est-elle un visa ?

 

Non, ce n’est pas le cas. En effet, l’autorisation de voyage ne peut remplacer le visa quand celui-ci est exigé, et ce, en vertu de la législation américaine, car elle ne répond ni à l’exigence juridique ni à celle réglementaire.

 

De toutes les façons, les personnes qui possèdent un visa en cours de validité pourront pénétrer sur le territoire américain pour un usage conciliable à celui pour lequel ce dernier avait été émis. Les personnes qui disposent de visas d’entrée qui sont valides ne sont plus tenues d’effectuer une demande d’autorisation de voyage.

 

Quels sont donc les voyageurs qualifiés pour présenter une demande de visa ESTA dans le cas du programme d’exemption de visa ?

 

Vous êtes qualifiés pour ce programme si : vous avez prévu entrer aux USA pour 90 jours ou moins. Ceci dans le cadre d’un voyage d’affaires, d’agrément ou en transit et vous avez en votre possession un passeport valide.

 

Ce document qui vous a été régulièrement délivré par un état faisant partie du programme d’exemption de visa. Vous possédez une autorisation de voyage qui vous a été octroyée par ESTA. Vous arrivez aux États-Unis au moyen d’un transporteur signataire dudit programme.

 

Il faut aussi que vous déteniez un billet en vue du retour ou pour la continuation de votre voyage. Le déplacement ne peut en aucun cas se terminer dans des îles adjacentes ou dans un territoire contigu.

 

Sauf si le voyageur est issu de l’une ou l’autre de ces régions. Il faut également que vous soyez un citoyen ou encore un ressortissant d’un des pays qui participent à ce programme.

 

Quelle attitude le voyageur doit-il adopter si son voyage n’a pas été approuvé par ESTA ?

 

Eh bien, si la demande est refusée et que le voyageur désire toujours continuer son voyage, il se verra dans l’obligation de demander un visa non immigrant, et ce, soit dans une ambassade ou soit dans un consulat des États-Unis.