Skip to content

Drapeau américain : tout sur ce symbole des États-Unis

Le drapeau américain est l’un des premiers symboles qui nous viennent à l’esprit quand nous évoquons les États-Unis. Viennent ensuite la statue de la Liberté, le sport national (le baseball), l’aigle, ou encore le célèbre dollar américain.

L’étendard national reste le symbole le plus important aux USA. Nous le voyons quasiment un peu partout, devant des demeures, sur les bâtiments officiels, dans les voitures, et même sur les porte-clés. Les Américains sont fiers de leur bannière. Elle a même déjà été sur la lune !

Le bleu, le blanc et le rouge sont les couleurs principales de la bannière américaine. Ce sont les mêmes que celle de la France et de l’Angleterre. Elle renferme une histoire, des origines et une signification comme celle des autres pays.

Nous allons vous emmener en voyage aux États-Unis – avec un document ESTA USA indispensable bien évidemment -, grâce à cet article sur le drapeau américain

ESTA

Le drapeau américain : une bannière chargée d’histoire

Sur les traces du premier drapeau américain

Les origines du drapeau américain suscitent beaucoup l’engouement des passionnés par l’histoire des États-Unis d’Amérique. C’est le 4 juillet 1776 que les treize États fondateurs des USA obtiennent leur indépendance. Ils ont décidé de créer une bannière officielle pour marquer cette situation.

Le drapeau américain actuel est le résultat de plusieurs modifications. La toute première bannière officielle voit le jour le 14 juin 1777, après que le Congrès américain s’est réuni. L’ancien Président Truman décide de proclamer la date du 14 juin comme étant la Journée Nationale du drapeau.

Le premier étendard américain est composé de six bandes blanches et de sept bandes rouges présentant une largeur égale. Elles font référence aux treize colonies britanniques ayant lutté pour la sécession.

Les treize bandes représentent treize États membres de l’union. Les personnes ayant défini le design de la bannière se sont inspirées de celle des Indes orientales et de la Colombie-Britannique. À part les bandes, treize étoiles sur fond bleu étaient également présentes sur le drapeau.

Les historiens sont incertains quant à l’origine de la bannière. Des recherches ont quand même révélé qu’elle a été cousue par Betsy Ross, une couturière américaine de renom à Philadelphie. C’est la même personne ayant confectionné des drapeaux dédiés à la marine.

 

drapeau americain | Esta-formulaire.us

Concernant le drapeau actuel

Le drapeau américain a été modifié vingt-sept fois avant d’être celui qu’il est actuellement. Les États-Unis se sont agrandis. Le Congrès a alors décidé de transformer la bannière pour qu’aucun État ne soit lésé.

Une étoile a été attribuée à chacun d’entre eux. À titre de rappel, il y en avait treize au départ. Maintenant, elles sont au nombre de cinquante-et-un. Elles représentent les cinquante-et-un États des USA. Cette bannière a obtenu une approbation le 4 juillet 1960.

Le nouvel étendard est approuvé juste après le 21 août 1959. Cette date marque la proclamation d’Hawaï comme l’un des États fédérés des USA. Les treize bandes sont restées intactes au niveau symbole et design. Le blanc, le bleu et le rouge restent les couleurs officielles du drapeau.

Le blanc symbolise la pureté, le bleu la justice, et le rouge la bravoure. « Stars and Stripes », ou « les étoiles et les bandes » en français est le surnom attribué au drapeau américain. Dans le langage courant, les francophones l’appellent « la bannière étoilée ».

Elle mesure 90 x 150 cm (Longueur x largeur). Les cinquante-et-une étoiles blanches présentent cinq pointes chacune. Elles sont alignées sur neuf rangées horizontales, et elles sont localisées en haut à gauche sur fond bleu.

Concernant l’origine des bandes blanches et rouges, elle reste encore méconnue. Les historiens sont encore incertains à ce sujet.

Des théories avancent qu’elles sont similaires aux bandes retrouvées sur le blason appartenant à George Washington et sa famille.

Le drapeau américain : la signification des treize bandes

Les treize bandes rouges et blanches se réfèrent aux treize colonies britanniques détachées de l’Empire britannique. Ces éléments sont restés à leur place, et cela depuis la conception de la première bannière.

Au départ, Betsy Ross avait assemblé des tissus rouges et blancs pour former les bandes horizontales. Le but était de représenter l’union des États fédérés fondateurs des USA. Dans cette prochaine partie, nous allons vous les présenter un à un.

Connecticut

Le Connecticut, créé en 1636 par Thomas Hooker, est l’un des treize États fondateurs des USA. Ils étaient répartis sur trois zones, à savoir en Nouvelle-Angleterre, au centre et dans le Sud. Le Connecticut appartient à la Nouvelle-Angleterre.

Il est localisé en Amérique du Nord, et plus précisément sur la côte atlantique. Auparavant, il était surnommé « Quinnehtukqut », un terme qui signifie « À côté du long fleuve à marrée ». Le commerce et l’agriculture sont les secteurs qui l’ont permis de se démarquer des autres États.

Le Connecticut a participé à la révolution américaine. Il a joué un rôle au sein du parti fédéraliste constitutionnaliste. Ses villes principales sont Waterbury, New Haven, Greenwich, Danbury, Norwalk, ou encore Hartford.

New Hampshire

La colonie du New Hampshire est fondée par John Wheelwright, le capitaine John Mason et plusieurs autres colons en 1638. Elle est située en Amérique du Nord, sur la côte atlantique. Elle figure parmi les colonies au sein de la Nouvelle-Angleterre.

New Hampshire est aussi connu sous le nom de Province supérieure du Massachusetts et/ou Province royale du New Hampshire. Les Abénakis et Les Pennacook étaient les peuples autochtones ayant résidé dans la province, avant l’arrivée des Anglais.

Rochester, Hudson, Concord, Salem, Manchester, Londonderry, Nashua, ou encore Errimack sont les villes principales de New Hampshire.

New York

New York fait partie des États les plus peuplés des États-Unis. Elle a été créée par Peter Minnuit, le duc d’York et d’autres personnes sur l’île de Manhattan en 1626. La colonie tire son nom du « Duke of York », qui devient le futur Jacques II.

New York est classé avec les colonies du centre. Le 26 juillet 1788, il est proclamé État de l’Union.  Les Hollandais sont les premiers Européens à s’être installés sur sol New Yorkais, en 1614. Durant le XVIIIe siècle, les Français et les colonies anglaises sont entrés en conflit pour obtenir Manhattan.

New York a beaucoup évolué durant le XXe siècle. C’était à cette époque que la statue de la Liberté a été conçue. Ce symbole des États-Unis lui a permis d’acquérir une notoriété. Buffalo, Albany, Rochester, Syracuse, Schenectady ou encore Mount Vernon font partie des villes principales.

New Jersey

La colonie du New Jersey est fondée en 1664 par Sir George Carteret et Lord Berkeley, des colons anglais. Elle est située dans la zone médio-atlantique sur le nord-est des USA. Elle figure parmi les colonies du centre et du sud.

Le New Jersey est l’un des plus petits États, mais il fait partie des plus peuplés. Il faut remonter à la période glaciaire pour tracer l’histoire de la colonie. Les Amérindiens sont les premiers à s’installer sur le territoire, au niveau des côtes de l’Océan Atlantique.

L’industrie est le secteur force du New Jersey. C’était à partir de 1971 que la colonie devient un État industriel. Newark, Paterson, Edison, Princeton, Trenton, Woodbridge, Hamilton, Dover, Camden ou encore Jersey City sont les villes principales dans le New Jersey.

Massachusetts

Massachusetts est une colonie américaine fondée par John Winthrop et d’autres colons. Elle est divisée en deux, notamment Plymouth des Pères Pèlerins qui a vu le jour en 1620 et Puritains de la Baie du Massachusetts dont l’établissement date de 1630.

Massachusetts est une colonie de la Nouvelle-Angleterre. C’était à cet endroit que le basketball voit le jour. La discipline a été inventée en 1891 par James Naismith, un enseignant d’éducation physique à Springfield. Il avait placé des cageots de poisson à 3 mètres du sol avant de demander à ses élèves de lancer un ballon de football dedans.

Massachusetts, c’est le lieu de rendez-vous des passionnés de cuisine et de tourisme maritime. Springfield, Lexington, Quincy, Lynn, Fall River, Cambridge, Worcester, Boston, Salem ou encore Concord sont les villes principales.

Pennsylvanie

Fondée en 1682 par William Penn et plusieurs autres colons, la Pennsylvanie est l’un des États créateurs des USA. Pennsylvanie tire son nom du terme latin « Sylvania » qui signifie forêt et « Penn » ayant pour sens la terre. La colonie est une propriété du centre.

La Pennsylvanie est surnommée le cœur de la démocratie américaine. C’était dans cet endroit que la Liberty Bell (une déclaration d’indépendance) a été signée. L’ancien président Abraham Lincoln avait saisi cette occasion pour faire le fameux discours de Gettysburg.

C’est en Pennsylvanie que se trouve l’une des plus vieilles colonies amish des États-Unis. Philadelphie et Pittsburgh sont l’une des deux plus grandes villes. Il y a aussi Allentown, Upper Darby, Bethlehem, Reading ou encore Scranton.

Le Delaware

La New Sweden Company et Peter Minuit décident de fonder le Delaware en 1638. Ce nom est tiré de la rivière Delaware, d’une Baie et du nom de Sir Thomas West, le premier gouverneur. L’État est une colonie du centre et du sud.

Delaware est surnommé le paradis fiscal. L’industrie chimique, agroalimentaire et le raffinage de pétrole font partie des secteurs importants sur les lieux. La colonie s’intéresse à l’élevage de volailles et la production de légumes pour subvenir aux marchés urbains sur la côte Est.

Les Suédois et les Hollandais sont les premiers peuples à s’installer sur Delaware, au XVIIe siècle. C’est à partir du XVIIIe siècle qu’il obtient son indépendance. Newark, New Castle, Wilmington, Milford, Middletown, Elsemere ou encore Smyrna sont des villes qui composent le territoire.

La Virginie

La Virginie est fondée par John Smith et John Rolfe en 1607 à Jamestown. Elle est catégorisée avec les colonies du Sud. Le territoire a été baptisé pour faire honneur à la reine Elisabeth d’Angleterre.

Le nom de la reine vierge a servi à concevoir le nom de la Virginie. Cette dernière est riche en histoire, en cultures et en paysages panoramiques. La gastronomie et le vin font la popularité de l’État. Il existe près de six cents établissements viticoles et brasseries sur les lieux.

Virginia Beach, Williamsburg, Richmond, Newport News, Portsmouth, Alexandria, Lynchburg, Roanoke, ou encore Norfolk sont de grandes villes en Virginie.

La Caroline du Nord

La Caroline du Nord a été découverte en 1512 par Ponce de Léoru, un Espagnol. Ce dernier n’était pas parvenu à établir une colonie. Il avait alors décidé de céder le territoire aux Français. Ils ont envoyé Jean de Ribault pour le prendre en charge.

Ce n’est que plus tard, notamment en 1653, que des colons virginiens arrivent à créer une colonie. Ils la nomment Caroline, pour faire honneur au monarque Charles IX. En 1663, des Anglais prennent place en Caroline du Nord.

Le gouvernement britannique avait divisé l’État en deux, à savoir la Caroline du Nord et la Caroline du Sud. À noter que le territoire appartient à l’Amérique du Nord. Charlotte, Greensboro, Wilmington, Raleigh, Cary, Fayetteville ou encore High Point sont des villes importantes.

La Caroline du Sud

L’histoire de la Caroline du Sud est rattachée à celle de la Caroline du Nord. Des colons anglais sont à l’origine de la création de cet État. La charte était basée sur un accord entre huit Anglais. À noter que c’est une colonie d’Amérique du Nord.

Caroline est un dérivé du terme latin Carolus, qui signifie Charles. L’État a été appelé de cette façon pour faire honneur à de Charles IX de France, au roi Charles I et II d’Angleterre. Les premiers peuples sur le territoire étaient réputés pour leur capacité à concevoir des outils.

La Caroline du Sud devient une colonie royale anglaise, à compter de 1712. Ses villes sont Greenville, Columbia, Rock Hill, Sparanburg, Florence ou encore Hilton Head Island.

La Géorgie

La colonie de Géorgie existe depuis 1733 grâce à son fondateur James Oglethorpe ainsi que d’autres colons. Elle fait partie des colonies du Sud. Elle tire son nom de celui du George II, un roi d’Angleterre.

La colonie entre en guerre de Sécession le 19 janvier 1861, en portant le statut d’État sudiste avant de se détacher de l’Union. Elle décide de la réintégrer vers juillet 1870.

À titre de rappel, la Géorgie est entourée par la Caroline du Nord et du Sud, mais aussi par le Tennessee, et l’Alabama. Atlanta est sa capitale. Augusta-Richmond Countyl, Columbus, Savannah, Roswell, Macon ou encore Albany sont ses villes.

Rhode Island

Rhode Island est une colonie de la Nouvelle-Angleterre. Elle est créée par Roger Williams et ses compagnons comme Anne Hutchinson à Providence. Rhode Island est issu du terme « Island of Rhodes ».

Le territoire portait le nom de « Roodt Eylandt » avant d’être le Rhode Island que nous connaissons. C’est l’explorateur néerlandais Adrian Block qui lui avait attribué cette appellation. Le tissu industriel figure parmi les richesses du territoire. Cette situation a augmenté le taux d’immigration de personnes provenant du Canada francophone.

Ses grandes villes sont Pawtucket, Warwick, Coventry, Cranston, Newport, Cumberland ou encore Providence.

Le Maryland

Le Maryland est une colonie mise en place en 1632 par la famille de Cecil Calvert Lord Baltimore. Le nom du territoire est inspiré de celle de l’épouse de Charles I d’Angleterre, Reine Marie-Henriette. Maryland appartient à l’Amérique du Nord.

Maryland est localisé dans une zone démographique et commerciale allant du Maine, jusqu’à la Virginie.

Baltimore, Rockville, Annapolis, Hagerstown, Frederick, Bowie ou encore Gaithersburg sont des villes de Maryland.

ESTA

Dates d’admission des États dans l’Union

  • Connecticut : 9 janvier 1788
  • New Hampshire : 21 juin 1788
  • New York : 26 juillet 1788
  • New Jersey : 18 décembre 1787
  • Massachusetts : 6 février 1788
  • Pennsylvanie : 12 décembre 1787
  • Delaware : 7 décembre 1787
  • Virginie : 25 juin 1788
  • Caroline du Nord : 21 novembre 1789
  • Caroline du Sud : 23 mai 1788
  • Géorgie : 2 janvier 1788
  • Rhode Island : 29 mai 1790
  • Maryland : 28 avril 1788

Pourquoi figurent sur le drapeau américain des étoiles ?

 

Le drapeau des États unis est une pièce d’étoffe de dimensions 150 X 90 cm souvent surnommé « Stars and Stripes » qui signifie des étoiles et des bandes en français ou « The Star-Spangled Banner » qui signifie bannière étoilée.

 

Au coin gauche supérieur, le drapeau américain est parsemé de 51 étoiles blanches à 5 pointes, arrangées en 9 rangées horizontales. Mais pourquoi toutes ces étoiles sont-elles présentes sur le drapeau des États-Unis ?

 

C’est pourtant simple. Tout d’abord, pour comprendre la signification du drapeau américain, il faut commencer par compter le nombre d’étoiles sur le drapeau. Il y en a 51 étoiles en tout. Ces étoiles blanches sur fond bleu représentent surtout le nombre d’états du pays.

 

En effet, les États-Unis sont avant tout une association de plusieurs États. Par ailleurs, nous parlons de fédérations d’États qui constituent les États-Unis. Il y a donc 51 étoiles sur le drapeau américain pour représenter les 51 états des USA.

Bon à savoir sur le drapeau américain

La disposition des étoiles sur la bannière américaine n’a pas toujours été comme celle que nous voyons aujourd’hui. Sur le premier drapeau, elles étaient alignées en cercle.

Tous les ans, une date marque la célébration du drapeau américain : le 14 juin. Ce jour est nommé le « Flag day ». Cette journée est proclamée fériée en Pennsylvanie.

Il est important de savoir qu’accrocher la bannière au plafond est strictement interdit.

Bien qu’elle soit déjà le fruit de plusieurs modifications, il est possible qu’une nouvelle version circule dans les années à venir. La raison : Washington DC désire être un État indépendant. Aussi, le Porto Rico souhaite devenir un État américain.